Clémentine Autain : tout sur ma mère

Dans son nou­veau livre Dites-​lui que je l’aime, Clémentine Autain se raconte à tra­vers sa mère, une actrice fan­tasque et tra­gique qui se don­na la mort à 33 ans. Entre règle­ment de comptes et décla­ra­tion d’amour post­hume…

98 clementine autain © Smith pour Causette
© Smith pour Causette

En cette période de grand débat et d’actualité sociale plus qu’agitée, on la sent à moi­tié à l’aise à l’idée de faire la pro­mo de son nou­veau livre, Dites-​lui que je l’aime. La dépu­tée de La France insou­mise est plus habi­tuée à dénon­cer les injus­tices et les tra­gé­dies des autres. « Ce n’est pas un exer­cice clas­sique chez les poli­tiques que de se racon­ter inti­me­ment, ça décale, j’avais peur de ce déca­lage. À tra­vers mon enfance, je parle de filia­tion, de mémoire et de règle­ments de comptes avec ses parents, c’est uni­ver­sel », ajoute-​t-​elle, comme pour se ras­su­rer en ins­cri­vant son récit dans une dimen­sion collec­tive. C’est à sa mère, en l’occurrence, qu’elle dit, entre les lignes, qu’elle l’aime, emprun­tant au pas­sage le titre du film du réa­li­sa­teur Claude Miller, qui offrit à sa mère son pre­mier grand rôle en 1977 aux côtés de Gérard Depardieu.

Beauté tra­gique

« Je venais d’avoir 12 ans lorsque tu es morte, j’en ai 42. Tu es par­tie il y a si long­temps que la haine s’est éteinte, éva­po­rée avec les années […] Tu n’avais pas seule­ment dis­pa­ru, je t’avais fait dis­pa­raître. Tout a fonc­tion­né comme si j’avais eu un besoin impé­rieux de t’anéantir pour pou­voir m’en sor­tir et tra­cer mon che­min loin de la déprime et de l’alcool. » Ainsi écrit Clémentine Autain avec des mots tendres et durs à la fois, qui claquent, glacent, émeuvent, se révoltent, pleurent, rigolent, racontent cette maman qui ne l’a jamais trop été. 

Sa mère, c’est Dominique Laffin, une jeune comé­dienne qui crève l’écran dans les années 1970, une beau­té tra­gique et fron­deuse que se dis­putent les réa­li­sa­teurs et réa­li­sa­trices Catherine Breillat (Tapage noc­turne), Marco Ferreri[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
114 Brit Bennett © Emma Trim

Les 20 plumes fémi­nines : Brit Bennett

Avec ce roman, Brit Bennett a affolé les compteurs : paru en juin dernier aux États-Unis, il s’est vendu à 172 000 exemplaires en deux mois, et les droits ont été acquis par HBO pour une adaptation en série.

0f4a0110ok a

Amandine Gay : repen­ser les droits des adopté·es

Dans Une poupée en chocolat, la réalisatrice et militante afroféministe Amandine Gay démontre que, pour protéger les droits des personnes adoptées, des mères biologiques et, même, de toutes et tous les enfants, il existe une solution : déboulonner...