fbpx
003 SNOW LAND
Les Dolomites, dans le nord-est des Alpes italiennes. © Marco Zorzanello - Série Snow land

Ski à tout prix, le retour de bâton

Alors que la pla­nète se réchauffe, une course absurde à la neige est enga­gée dans les sta­tions. Le ski exé­cute un sla­lom dan­ge­reux entre inté­rêts éco­no­miques et enjeux envi­ron­ne­men­taux.

Le 19 octobre, la célèbre sta­tion de Kitzbühel, en Autriche, a fait à la fois le plai­sir des skieurs et skieuses et créé la contro­verse dans les médias en lan­çant sa sai­son de manière pré­coce. On pou­vait y glis­ser sur une unique piste, créée grâce à de la neige sto­ckée l’hiver pré­cé­dent. Imaginez un ruban blanc de 700 mètres de long et 60 mètres de large, dépo­sé sur l’herbe verte, à 1 800 mètres d’altitude par 15 °C. À l’heure où les gla­ciers de France et du monde fondent comme neige au soleil, est-​il encore per­ti­nent de vou­loir skier aux vacances de la Toussaint ? Toutes les sta­tions font le même constat : avec la hausse glo­bale des tem­pé­ra­tures, l’enneigement baisse de sai­son en sai­son. Si la neige conti­nue de tom­ber, c’est de manière déré­glée : par­fois de grandes quan­ti­tés en début d’hiver, puis un mois de décembre doux, et de nou­veau des paquets de pou­dreuse avant le prin­temps. Les sta­tions de basse alti­tude (autour de 1 000 mètres) se savent déjà condam­nées, mais celles de moyenne et haute mon­tagne se battent encore pour atti­rer des tou­ristes.
En France, la sta­tion de Tignes (Savoie) a éga­le­ment ouvert le 19 octobre, grâce aux pistes du gla­cier de la Grande-​Motte qui culmine à 3 456 mètres d’altitude. « Nous avons la chance à Tignes de ne pas trop souf­frir à court terme du manque de neige de par notre alti­tude », assure Amandine Renévot, res­pon­sable du ser­vice com­mu­ni­ca­tion de la sta­tion. Mais il y a quelques années encore, on skiait hiver comme été sur le gla­cier. Désormais, même Tignes doit fer­mer fin juillet, faute de neige. Alors en 2016, la sta­tion a ima­gi­né un pro­jet fou pour pro­po­ser du ski 365 jours par an : une piste de 500 mètres de long sur 50 mètres de large, cou­verte par un gigan­tesque dôme, ennei­gée arti­fi­ciel­le­ment toute l’année, comme cela se fait déjà dans les Émirats. Coût esti­mé : 63 mil­lions d’euros. Le pro­jet a été aban­don­né en 2018[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés