fbpx
HS10 suremballage © Fiona Crott pour Causette
© Fiona Crott pour Causette

Écologie et grande dis­tri­bu­tion : pas de quoi s'emballer !

Bien que l’agroalimentaire et la grande dis­trib aient signé un pacte avec le gou­ver­ne­ment visant à réduire les embal­lages en plas­tique, les pro­duits sur les étals res­tent très, très embal­lés ! Quant au vrac, qui com­mence à s’implanter aus­si dans les grandes enseignes, il revient sou­vent plus cher. Certain·es client·es, refu­sant d’être pris·es pour des courges, dénoncent ce green­wa­shing. 

Une pomme lavée « prête à cro­quer », glis­sée dans un sachet trans­pa­rent. Deux avo­cats pro­té­gés par une coque en plas­tique. Une banane avec sa peau cou­chée dans une bar­quette en poly­sty­rène enve­lop­pée de film ali­men­taire – ou, pis, des œufs durs déjà éca­lé. Les bras vous en tombent ? À l’heure où il est impos­sible de fer­mer les yeux sur ­l’urgence envi­ron­ne­men­tale, on se demande bien com­ment des indus­triels fran­çais peuvent encore se lais­ser aller à des pra­tiques aus­si scan­da­leuses, dignes du Japon, cham­pion toutes caté­go­ries du sur­em­bal­lage. Parfois, il s’agit[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
conti10552 1949nb17

Anita Conti : la chasse à la sur­pêche

Elle est la première femme océanographe française. Avec son appareil photo et ses carnets, elle a su se faire adopter par le monde fermé des marins et a contribué à la prise de conscience écologique sur la fragilité des océans.