white and black poster
© Markus Spiske

Au-​delà des “bla­bla­bla”, les COP res­tent indis­pen­sables à la lutte contre le chan­ge­ment climatique

COP après COP, les diri­geants enchaînent les décla­ra­tions gran­di­lo­quentes, mais les émis­sions de gaz à effet de serre conti­nuent d’augmenter for­te­ment. La diplo­ma­tie cli­ma­tique reste tou­te­fois indis­pen­sable : le pro­gramme des Nations unies pour le cli­mat est le seul forum où la quasi-​totalité des pays du monde peuvent coor­don­ner leur action.

« Neutralité car­bone d'ici 2050, bla bla bla… » En trois syl­labes sèches, Gretta Thunberg fusille les diri­geants mon­diaux et leur iner­tie face au chan­ge­ment cli­ma­tique. Nous sommes au Youth4climate sum­mit, orga­ni­sé par les Nations unies, à Milan un mois avant la COP 26, qui doit s’ouvrir ce lun­di à Glasgow. La jeune acti­viste sué­doise dégaine une de ses for­mules choc pour dénon­cer une réa­li­té crue : depuis près de 30 ans, les som­mets inter­na­tio­naux s’enchaînent et les lea­ders poli­tiques pro­mettent de sau­ver le monde. Mais dans les faits, les émis­sions de CO2 ont aug­men­té de plus de 62 % sur la même période. À se deman­der si ces fas­tueuses réunions de puissant·es servent à autre chose qu’à camou­fler leur inaction.

« On peut pas dire que tout ce qui se fait lors de ces COP se limite à du bla bla », tem­père Juan Pablo Osornio, chef de délé­ga­tion pour Greenpeace inter­na­tio­nal à la COP de Glasgow, rodé à la diplo­ma­tie cli­ma­tique et à ses arcanes. « Certains pays comme la Gambie font réel­le­ment de gros efforts. » Depuis l’accord de Paris, conclu à la COP21, en 2015, ce minus­cule pays d’Afrique de l’Ouest, encla­vé dans la côte séné­ga­laise, a lan­cé des plans de refo­res­ta­tion et de déve­lop­pe­ment d’énergies renou­ve­lables par­ti­cu­liè­re­ment ambi­tieux. Dans son rap­port annuel de sep­tembre der­nier, le groupe de cher­cheur Climate Action Tracker estime que c’est le seul pays ana­ly­sé dont les plans sont ali­gnés sur l’accord approu­vé en 2015. « Mais il est vrai que la majo­ri­té des pays se limite à de belles paroles, pour­suit Juan Pablo Osornio. La science dit qu’il faut atteindre la neu­tra­li­té car­bone d’ici 2050. Le pro­blème, c’est que des gou­ver­ne­ments ou des entre­prises uti­lisent ce mot pour don­ner l’impression d’agir. »

« Fixer une limite de 1,5 °C de plus sur le ther­mo­mètre, recon­naître que les pays déve­lop­pés sont bien plus res­pon­sables du chan­ge­ment cli­ma­tique que les autres et les contraindre à finan­cer la tran­si­tion des pays pauvres, s’appuyer sur la science pour fixer les règles, pour nous, tout cela est posi­tif… », énu­mère Youth for Climate France, mou­ve­ment qui entend fédé­rer la jeu­nesse pour qu’elle exige que les diri­geants passent de la parole à l’acte. « Des choses sont donc mises en place, on ne va pas le nier, estime Zoé*, 19 ans, très impli­quée dans le mou­ve­ment Youth for cli­mate à Toulouse. Mais par rap­port aux objec­tifs à atteindre, c’est tel­le­ment peu que c’est presque rien. C’est la 26è COP, et la situa­tion empire. Quand on voit à quelle vitesse la crise sani­taire a été prise en charge, je me demande pour­quoi on ne fait pas pareil pour le cli­mat. Les connais­sances scien­ti­fiques, on les a. Les solu­tions, on les connaît. »

L’humanité se dirige droit dans le mur, en dépit des avertissements

Difficile de lui don­ner tort. Selon le groupe d’experts inter­gou­ver­ne­men­tal sur l’évolution du cli­mat (GIEC), l’humanité doit réduire ses émis­sions de gaz à effet de serre (GES) d’au moins 45 % d’ici à 2030 pour avoir une chance de limi­ter la mon­tée de la tem­pé­ra­ture glo­bale à 1,5°C par rap­port à l’ère pré­in­dus­trielle. Pour le moment, les plans de réduc­tions pré­sen­tés par les États mène­raient à une hausse de 2,7°C. La dif­fé­rence peut sem­bler infime, mais l’impact serait énorme.

C’est pour­tant le résul­tat de 29 années d’efforts diplo­ma­tiques. En 1992, la Convention-​cadre des Nations unies sur le chan­ge­ment cli­ma­tique (CCNUCC) est créée pour « struc­tu­rer la coopé­ra­tion inter­na­tio­nale dans la lutte contre » ce phé­no­mène. Les pays signa­taires, appe­lés « par­ties », se réunissent pour un pre­mier som­met, à Berlin, en 1995. C’est la pre­mière COP, pour « Conference of the par­ties ». Ces réunions se tien­dront désor­mais chaque année. En 1997, les par­ti­ci­pants à la CCNUCC tombent d’accord sur le pro­to­cole de Kyoto, qui vise à réduire les rejets de GES de 5 % par rap­port aux niveaux enre­gis­trés en 1990. L’échéance fixée se situe entre 2008 et 2012. Le texte n’a jamais été rati­fié par les États-​Unis, plus gros pol­lueur au monde à l’époque, et n’impose aucun objec­tif contrai­gnant à la Chine, qui a dépas­sé son rival amé­ri­cain depuis. Entre 1990 et 2012, les rejets de CO2, prin­ci­pal gaz à effet de serre, aug­mentent de 53 % dans le monde. 

En 2015, l’accord de Paris, approu­vé lors de la COP21, est accueilli comme un énorme suc­cès. Son but : conte­nir « l’élévation de la tem­pé­ra­ture […] net­te­ment en des­sous de 2 °C […], et pour­sui­vant l’action pour [la] limi­ter […] à 1,5 °C. » Ratifié par 191 dont les États-​Unis et la Chine, et par l'Union euro­péenne, le texte est juri­di­que­ment contrai­gnant. Mais l’économie mon­diale n’a ces­sé de vomir des quan­ti­tés tou­jours plus éle­vées de car­bone dans l’atmosphère depuis, en dehors de quelques mois de pause, au début de la pan­dé­mie. Selon l’Agence inter­na­tio­nale de l’énergie, l’année 2021 connaî­tra la seconde hausse la plus éle­vée de l’histoire… « Mais on ne peut pas géné­ra­li­ser, et décré­ter que tout cela ne sert à rien, insiste Juan Pablo Osornio, de Greenpeace. Les résul­tats déce­vants de ces som­mets ne sont que le reflet de l’action poli­tique des diri­geants qui s’ensuit. » 

Et poli­ti­que­ment, « la lutte contre le chan­ge­ment cli­ma­tique n’est pas une prio­ri­té. On voit bien que quand il y a une crise sociale, ça met la pres­sion et des déci­sions sont prises rapi­de­ment », ana­lyse Zoé, qui étu­die à SciencesPo Toulouse. Qu’à cela ne tienne. La jeune femme pré­voit de tra­ver­ser la manche, ce week-​end, pour se rendre à Glasgow et faire pres­sion depuis l'extérieur du som­met sur les diri­geants qui négo­cient dedans. « Les COP offrent une énorme tri­bune média­tique », assume-​t-​elle. Une grande mani­fes­ta­tion est pré­vue ven­dre­di 5 novembre. Zoé y sera. Le chef de délé­ga­tion de Greenpeace abonde : « C’est un espace où les mou­ve­ments citoyens, les mou­ve­ments autoch­tones et la jeu­nesse peuvent faire entendre leurs voix pour mettre la pres­sion sur les gou­ver­ne­ments. Ça contri­bue à aug­men­ter les chances d’arriver à un accord positif. »

Ces petits riens qui font déjà beaucoup 

En dépit de ses pesan­teurs, la diplo­ma­tie cli­ma­tique a tout de même fait bou­ger les choses. Le pro­to­cole de Kyoto a raté sa cible, mais il a fixé un pre­mier cadre pour mettre la ques­tion à l’agenda. Au fil de ses rap­ports, le GIEC a pro­duit une docu­men­ta­tion solide, rigou­reuse et recon­nue. Difficile de nier le phé­no­mène aujourd’hui, ou de contes­ter que l’activité humaine en soit à l’origine. 

Quant à l’accord de Paris, « il est entré dans l’esprit du public. Il ne per­met peut-​être pas de sanc­tions pour impo­ser sa mise en œuvre mais il a péné­tré les sys­tèmes juri­diques et les tri­bu­naux de dif­fé­rents pays et don­né plus de force à la loi pour agir contre les acteurs qui émettent le plus », se satis­fait Osornio. La jus­tice des Pays-​Bas, par exemple, a condam­né en mai der­nier le géant pétro­lier Shell à réduire ses émis­sions de CO2 de 45 % d’ici 2030, après une assi­gna­tion en jus­tice par sept ONG, qui l’accusaient de ne pas en faire assez pour res­pec­ter l’accord de Paris.

« Oui, il y a eu des pro­grès sur le cli­mat. Non, ce n’est abso­lu­ment pas suf­fi­sant », résume le New York Times, ce lun­di, dans un article agré­men­té d’une info­gra­phie mon­trant à la fois la tra­jec­toire sur laquelle l’humanité s’engageait avant la COP21 (+4,6 à 3,6°C), celle qu’elle suit aujourd’hui (+ 3,1 à 2,7°C) et l’avenir qui se des­si­ne­rait si tous les enga­ge­ments actuels étaient res­pec­tés (+2,4 à 2,1 °C).
« Les Nations unies sont le seul forum dans lequel la tota­li­té des pays sont pré­sents [pour coor­don­ner l’action cli­ma­tique], et dans lequel cha­cun a une voix. C’est aus­si ça qui le rend frus­trant », concède Juan Pablo Osornio. Mais « si les annonces et les pro­messes des pays ne sont pas sui­vies par des actes ou des plans d’action à court terme, cela reste des blabla. » 

Au len­de­main de l’ouverture de la COP de Glasgow ce mar­di 2 novembre, 80 pays dont ceux de l’Union euro­péenne et les États-​Unis se sont enga­gés à réduire leurs émis­sions de méthane – deuxième gaz à effet de serre en termes d’émission liée à l’activité humaine après le CO2 – de 30% d’ici 2030. « Une action rapide pour réduire les émis­sions de méthane est essen­tielle pour gar­der l’objectif de 1,5 °C à notre por­tée. Jamais les pays ne s’étaient unis pour com­battre cette par­tie du puzzle cli­ma­tique », contex­tua­lise Ani Dasgupta, pré­si­dente du think tank World Ressource Institute (WRI), ins­ti­tu­tion de réfé­rence dans l’analyse des poli­tiques de lutte contre la hausse des tem­pé­ra­tures. Pour être tenu, cet enga­ge­ment néces­si­te­ra de réduire notre uti­li­sa­tion de com­bus­tibles fos­siles, mais aus­si de réduire notre consom­ma­tion de viande et de pro­duits lai­tiers, puisque c’est l’élevage des bovins qui en émet le plus.

Partager
Articles liés
114 conseils crise climatique erik smits

Survivre entre potes

Dans «La Chute de l’empire humain», sorti le 20 août, dix figures de l’écologie confrontent leurs façons de se préparer aux pires heures de la crise climatique.
Un paquet de conseils utiles qu’on n’a pas l’habitude de lire.

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.