33143384 1854243651294637 2257973184928153600 n
Élisabeth Revol (premier plan) et son compagnon de cordée, Tomek Mackiewicz, mort dans l’Himalaya en 2018. © ELISABETH REVOL

Sports de mon­tagne : les femmes ouvrent la voie

Été comme hiver, les sports d’altitude se fémi­nisent pro­gres­si­ve­ment, à l’initiative de spor­tives moti­vées et sou­cieuses de répandre la bonne parole.

Alpiniste, moniteur·rice de ski, d’escalade ou guide de mon­tagne… Quel est le point com­mun entre ces pro­fes­sions, à part le fait d’être exer­cées en alti­tude ? Elles comptent peu de femmes. Elles sont une tren­taine seule­ment à évo­luer comme guides de haute mon­tagne sur 1 800 professionnel·les en France, soit envi­ron 2 %. Pourtant, depuis plu­sieurs décen­nies, dou­ce­ment mais sûre­ment, les femmes se fraient un che­min. La Japonaise Junko Tabei a ouvert la voie en 1975 : elle fut la pre­mière femme à gra­vir l’Everest, le som­met le plus éle­vé du monde (8 848 mètres). Plus récem­ment, en 2019, l’alpiniste fran­çaise Élisabeth Revol a sui­vi ses traces et réa­li­sé l’épopée. Des ascen­sions dan­ge­reuses, en témoigne le décès de l’ancienne cham­pionne du monde de ski-​alpinisme Adèle Milloz, en août 2022, dans
le mas­sif du Mont-​Blanc (Haute-​Savoie).

Ces der­nières années, les pas­sion­nées de mon­tagne, ama­trices ou pro­fes­sion­nelles, sont de plus en plus nom­breuses à se mobi­li­ser pour popu­la­ri­ser et fémi­ni­ser les acti­vi­tés d’altitude en espé­rant, à terme, bri­ser le pla­fond de verre. Tanya Naville, enca­drante et for­ma­trice de groupes d’alpinisme fémi­nins à la Fédération fran­çaise des clubs alpins et de mon­tagne (FFCAM), en Haute-​Savoie, a créé en 2015 le blog On n’est pas que des col­lants, dans l’objectif de pro­mou­voir la pra­tique des sports out­door. « Jusqu’ici, seules une ou deux femmes alpi­nistes hors norme étaient média­ti­sées, au milieu de nom­breux hommes, constate cette spor­tive qui a pra­ti­qué le ski-​alpinisme en com­pé­ti­tion. Je vou­lais mon­trer d’autres par­cours, moins excep­tion­nels, pour prou­ver que la mon­tagne est acces­sible à toutes et que les femmes peuvent s’intéresser à cette pra­tique sans for­cé­ment viser la compétition. »

Une piste qu’elle a explo­rée jusqu’à créer un fes­ti­val de films, Femmes en mon­tagne, dont la pre­mière édi­tion a eu lieu en 2019. Au pro­gramme, pro­jec­tions, confé­rences et ate­liers. « On veut faire de la mon­tagne un lieu spor­tif, cultu­rel, mais aus­si et sur­tout un lieu d’émancipation », détaille-​t-​elle. Hiver comme été, l’association orga­nise éga­le­ment des ren­contres entre adeptes ou inté­res­sées, dans les villes proches des Alpes, dans le but de pra­ti­quer ensemble.

Et les cor­dées – ces groupes d’alpinistes relié·es par une même corde pour une ascen­sion –, 100 % fémi­nines pro­gressent ! On en compte une dizaine aujourd’hui.
Parmi elles, le club fémi­nin Lead the Climb, créé par l’alpiniste fémi­niste Marion Poitevin, autrice du livre Briser le pla­fond de glace1, dans lequel elle retrace son incroyable par­cours. En 2008, elle fut la pre­mière femme à inté­grer le Groupe mili­taire de haute mon­tagne (GMHM), puis de nou­veau pion­nière en 2016 en rejoi­gnant les CRS de mon­tagne, spé­cia­li­sés dans les secours aux som­mets. Avec la vague de cyber­fé­mi­nisme de 2010, celle qui décrit son quo­ti­dien sur les réseaux sociaux prend conscience « du sexisme ordi­naire, du har­cè­le­ment et des vio­lences sexuelles », qu’elle a subis et qui, dans sa pro­fes­sion, sont banalisés.

En racon­tant son his­toire et via ces ini­tia­tives, elle espère faire bou­ger les lignes d’un uni­vers encore très mas­cu­lin et faire évo­luer le pay­sage de la mon­tagne vers plus de mixi­té. « Il est encore dif­fi­cile pour les femmes de grim­per en tête et de prendre le rôle de meneuse de cor­dées en pré­sence des hommes, recon­naît Marion Poitevin. Mais les choses avancent. En mon­tagne, il faut tou­jours s’armer de patience. »

  1. Briser le pla­fond de glace, de Marion Poitevin. Paulsen, 200 pages, 25 euros.[]
Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.