fbpx

Rubi Pigeon, reine de l’upcycling

Elle a 23 ans et une inven­ti­vi­té débor­dante. Avec ses créa­tions de vête­ments et ses conte­nus vidéo, Rubi Pigeon démo­cra­tise l’upcy­cling dans la mode, en toute simplicité. 

Rubi Pigeon 21 Preview HD A
© Manuel Braun pour Causette

Dans une vidéo pos­tée le 10 juillet 2021 sur sa chaîne YouTube Rusmin, Rubi Pigeon se rase entiè­re­ment la tête, aban­don­nant ses longs che­veux châ­tains. Cette séquence résume bien la jeune femme. Elle par­tage ses convic­tions (« Sans mes che­veux, je ne vais plus pou­voir me cacher, je vais être libre »), ses ter­gi­ver­sa­tions (« J’ai peur qu’on me prenne pour une folle, qu’on me juge ») et enfin sa joie (« C’est un moment incroyable, c’est libé­ra­teur »). Elle finit en posant avec ses tenues pré­fé­rées et sa nou­velle tête. 
Elle est comme ça, Rubi. Sincère, radi­cale, créa­tive. Les vête­ments qu’elle invente sont à son image : affir­més, ori­gi­naux, uniques. Donnez-​lui un ­des­sus de lit mate­las­sé rose, elle en fait un man­teau over­size. Laissez-​la deux heures avec huit cra­vates, elle crée un bus­tier. Les chutes de tis­su ? Rien de plus ins­pi­rant pour fabri­quer des fringues. Rubi Pigeon pra­tique l’upcy­cling, autre­ment dit : faire du neuf avec du vieux. « L’upcy­cling implique de se cas­ser la tête pour faire avec ce qu’on a, pour en faire un truc mieux, explique-​t-​elle. Soit j’ai déjà une idée et je trouve le tis­su pour la réa­li­ser, soit le tis­su me donne une idée. Le plus com­pli­qué, c’est de par­tir de fringues exis­tantes. Avec des inven­dus de rou­leaux ou de déco­ra­tion, c’est plus facile. » Parmi ses sources d’inspiration, elle cite volon­tiers sa mère. « Elle est arri­vée du Brésil il y a vingt ans sans par­ler le fran­çais et elle est deve­nue entre­pre­neuse dans un domaine indus­triel diri­gé par des hommes. Elle m’a incul­qué de faire avec ce qu’on a, pour les sapes, la déco, la bouffe. »

Chez les parents Pigeon, on vit la nuit. Le père, Jérôme Pigeon, a ­long­temps offi­cié comme DJ sous le nom de Gringo da Parada. La mère, Rosane Mazzer, crée avec lui La Favela Chic, un bar pari­sien qui devient vite un lieu cou­ru, à quelques pas de la place de la République. « On était des parents entre­pre­neurs, on n’était pas très regar­dants sur les notes. On vou­lait que les filles aient confiance en elles et qu’elles reçoivent de la joie. Chez nous, c’était beau­coup d’autonomie et un peu de[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
pantyhose gff92a1e75 1280

Collant filé, col­lant recyclé !

La start up en innovation textile Ecollant s’est lancée un défi de taille : re-créer de nouveaux collants à partir d’anciens, pour mieux les valoriser et pour créer de nouveaux produits.

hs12 zitalka wikipedia

Zitkála-​Šá, l’avocate des Amérindiens

Elle est l'une des militantes amérindiennes les plus influentes du début du XXe siècle. Oubliée des livres d’histoire, elle créa le Conseil national des Indiens d’Amérique afin de militer pour les droits civiques de son peuple.