fbpx
Publicité
Capture d’écran 2020 07 22 à 13.22.14
© Capture d'écran Youtube

Océane Balland, agri’youtubeuse

Océane n’avait que 14 ans quand elle a lancé sa chaîne YouTube « Océane FuturAgricultrice ». Quatre ans plus tard, elle a réalisé près de trente vidéos qui comptabilisent plus de 3 millions de vues. Son objectif : reprendre la ferme familiale et défendre la place des femmes dans le milieu autant que l’image de l’agriculture. 

Fière et intrépide comme le cerf, son animal fétiche, qu’elle s’est fait tatouer au-​dessus du cœur, Océane expliquesur sa chaîne YouTube Océane FuturAgricultrice toutes les ficelles de son métier : agricultrice. Du haut de ses 18 ans, elle répond aux questions des internautes en affirmant qu’il n’y a pas de questions idiotes ! Le vibroculteur, quésaco ? Comment cure-​t-​on le fumier ? Comment se passe le pressage, le fanage… ?

Capture d’écran 2020 07 22 à 13.40.42
© Capture d’écran Youtube
“Dans ce métier, on est sage-​femme, mécano… On fait tout à la fois !”

« Je poste des vidéos pour partager ma passion, explique-​t-​elle. Et, bien sûr, pour défendre les femmes dans un si dur métier ! »On est encore loin de la parité mais, actuellement,un agriculteur sur trois est une femme. Perchée sur son tracteur, dans les étables ou les pâturages, elle se filme avec son téléphone portable en pleine action et avec un sens inné[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

 

identifiez-vous pour lire le contenu

Ou

Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois

Partager
Articles liés
toypurina page 1

Toypurina, frondeuse décoloniale

Femme-médecine réputée, Toypurina avait 25 ans lorsqu’elle guida les guerriers de plusieurs villages amérindiens, en 1785, dans une attaque contre les colons espagnols de la Mission San Gabriel, en Californie.

edit dkabal causette ld 10

D’ de Kabal, le laborantin du masculin

Slameur, musicien, acteur, écrivain de 43 ans, D’ de Kabal m’a contacté pour évoquer ses « laboratoires de déconstruction et de redéfinition du masculin par l’art et le sensible ». Un intitulé à la Dali sur un sujet qui n’a rien de surréaliste.