fbpx
tempimageimh58i
©AT

Les enfants de la fondation Action Enfance de Villabé font leur cinéma

Une vingtaine d’enfants placé·es de Villabé (Essonne) tourne actuellement un court-​métrage dans le cadre du festival « Action Enfance fait son cinéma ». Pour l’occasion, Causette a assisté, le 16 avril, au tournage d’une des scènes de leur film, le Divin 7.

« Attention au signal. Silence sur le plateau. Moteur. Ça tourne ! » À ces mots, Alixia, 12 ans, traverse la pièce d’un pas décidé, un classeur rouge dans les bras. La jeune fille joue le rôle d’une assistante réalisatrice visiblement mécontente du tournage qui se déroule à ses côtés. À sa gauche, en guise de personnages, un réalisateur, un caméraman, une perchwoman et même un ingénieur du son, tous joués par ses petit·es camarades. À sa droite, un réalisateur, un caméraman, une perchwoman et même un ingénieur du son… professionnel·les. Le pitch du film qui se tourne pendant ces vacances scolaires est digne des meilleures mises en abyme : « C’est l’histoire d’un réalisateur qui reçoit l’oscar du meilleur film pour son long-​métrage sur les pirates, résume le réalisateur, Valentin Buronfosse. Pendant son discours, il décrit la bonne ambiance du tournage, en réalité bien loin de ce qui s’est véritablement passé… » Ceci explique le décor d’une vieille cale de navire installée sur le plateau.

IMG 4212
Le décor d’une vieille cale d’un navire de pirates ©AT

Plongée dans le noir pour l’occasion, la salle polyvalente Paul Poisson de Villabé (Essonne) accueillait ce 16 avril le tournage du court métrage, le Divin 7, dans le cadre de la quatrième édition d’« Action Enfance fait son cinéma ». Une aventure cinématographique hors-​norme puisque tous·tes les comédien·nes sont joué·es par une vingtaine d’enfants, encadrée sur place par quinze étudiant·es de l’école de cinéma de l’ESRA. Les apprenti·es acteur·trices de 7 à 15 ans viennent tous du Village d’Enfants de Villabé de la fondation Action Enfance, qui accueille dans des maisons individuelles, des fratries séparées de leurs parents sur décision du Juge des enfants. Le village de l’Essonne n’est pas le seul à s’essayer au septième art, puisque les 15 établissements de la fondation – répartis dans toute la France – participent également à ce festival de courts-​métrages. Quant aux étudiant·es, elles et ils viennent de quatre grandes écoles de cinéma et coordonnent toute la[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
toypurina page 1

Toypurina, frondeuse décoloniale

Femme-médecine réputée, Toypurina avait 25 ans lorsqu’elle guida les guerriers de plusieurs villages amérindiens, en 1785, dans une attaque contre les colons espagnols de la Mission San Gabriel, en Californie.