Classe Libre credit TS PRODUCTIONS 15 31 12
Classe libre © TS PRODUCTIONS

"Classe libre" : un docu­men­taire pas­sion­nant sur le tra­vail d'un inter­ve­nant vie affec­tive et sexuelle au bahut

Au rythme des sai­sons d'une année sco­laire entière, la camé­ra de la réa­li­sa­trice Clara Elalouf suit le Dr Kpote, de son vrai nom Didier Valentin, dans une série de ren­contres avec des lycéen·nes strasbourgeois·es pour par­ler sexe et amour.

Depuis des années qu'on le lit dans Causette nous racon­ter chaque mois ses inter­ac­tions avec des collégien·nes et des lycéen·nes lors de ses inter­ven­tions en tant qu'animateur en san­té sexuelle, on rêvait de pou­voir voir le Dr Kpote à l'oeuvre sans son filtre d'appréciation. C'est désor­mais pos­sible grâce à l'excellent docu­men­taire Classe libre, en accès libre sur la pla­te­forme en ligne de France 3 Grand Est dès ce ven­dre­di 2 juin et durant un mois.

Au rythme des sai­sons d'une année sco­laire entière, la camé­ra de la réa­li­sa­trice Clara Elalouf suit le Dr Kpote, de son vrai nom Didier Valentin, dans une série de ren­contres avec des élèves d'un lycée de Strasbourg, âgé·es de 15 à 18 ans. Cette tren­taine d'adolescent·es par­ti­cipe à une expé­rience inédite : celle de suivre des cours d'éducation à la vie affec­tive et sexuelle avec le même inter­ve­nant toute l'année, alors que la loi de 2001 exi­geant trois séances par classe et par an depuis l'école pri­maire n'est encore que très peu res­pec­tée.

Relations filles-​garçons, consen­te­ment, plai­sir, homo­pho­bie, tran­si­den­ti­té, slip chauf­fant, amour… Les échanges de la Classe libre stras­bour­geoise sont aus­si foi­son­nants que les chro­niques du Dr Kpote. Quinquagénaire au look mods et à la verve punk, il se donne, au-​delà de sa mis­sion offi­cielle qui est d'informer sur des fon­da­men­taux (res­pect de l'autre, contra­cep­tion, ana­to­mie…), l'ambition de bous­cu­ler des repré­sen­ta­tions sté­réo­ty­pées déjà bien ancrées chez certain·es de ces jeunes. Ses méthodes ? Une écoute active et empa­thique sans juge­ment (bien que cer­taines asser­tions into­lé­rantes doivent par­fois lui écor­cher les oreilles), un titille­ment de la curio­si­té natu­relle de ces ados (il faut le voir faire pas­ser de main en main avec le plus grand des sérieux une repré­sen­ta­tion à échelle et en sili­cone de l'anatomie d'une vulve, cli­to­ris com­pris) et un humour un peu pro­voc' qui désta­bi­lise puis rap­proche son audi­toire (« Maintenant, on parle de trouple aus­si. Vos parents, ils sont pas en trouple, par exemple ? »).

Garçons bégueules, filles féministes

Le tout donne un lieu à des échanges suc­cu­lents. « Vous par­lez sexua­li­té avec vos parents ? Non ? C'est tabou ? – Si elle entend le mot "fille" de ma bouche… – Ah ouais ? Elle pré­fère que tu lui parles de gar­çons ? » De quoi déclen­cher l'hilarité géné­rale chez ces jeunes gens qui ont déjà des idées très arrê­tées sur ces ques­tions. Classe libre montre des gar­çons bégueules qui ne veulent sur­tout pas que leur futur enfant soit homo­sexuel mais côtoient sans trop d'encombre visi­ble­ment d'autres gars ouver­te­ment gay dans le même internat. 

Didier Valentin credit TS PRODUCTIONS
Didier Valentin © TS PRODUCTIONS

Le docu­men­taire donne à voir éga­le­ment, et c'est réjouis­sant, des jeunes filles au carac­tère fémi­niste déjà bien affir­mé, qui n'hésitent pas à croi­ser le fer avec les gar­çons les plus arrié­rés – ou sim­ple­ment fan­fa­rons ? – sur ces sujets. Sans le moindre com­men­taire, Classe libre capte des moments de grâce, que ce soit dans l'alliance des filles pour clouer le bec à des petits mecs qui ont osé leur dire que l'égalité était acquise, mais aus­si dans les récon­ci­lia­tions tac­tiles après les engueu­lades autour de sujets qui, sommes toutes, les passionnent. 

Et puis, une der­nière scène noue le ventre d'émotion lorsque Didier Valentin fait ses adieux à ces jeunes gens en fleur qui se seront atta­chées à ce per­son­nage venu semer en eux des graines de tolé­rance pour autrui et d'estime envers eux-​mêmes. Un docu­men­taire impres­sion­nant, que l'on vou­drait mas­si­ve­ment dif­fu­sé à l'Assemblée et au gou­ver­ne­ment pour mon­trer l'importance capi­tale de ces espaces de réflexion et d'échanges autour des sujets fon­da­men­taux que sont l'amour et le sexe dans l'édification de jeunes adultes.

Classe libre, de Clara Elalouf, dis­po­nible du 2 juin au 2 juillet sur la pla­te­forme en ligne de France 3 Grand Est. Diffusé le jeu­di 8 juin sur France 3 Grand Est en deuxième par­tie de soirée.

Lire aus­si l Éducation à la sexua­li­té : 60% des parents ignorent que les séances sont obligatoires

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don
Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés
isabellerome

« On s'est dit qu'on allait ten­ter le coup » : com­ment plu­sieurs asso­cia­tions fémi­nistes se sont déme­nées pour qu'Isabelle Lonvis-​Rome reste au gouvernement

Dans « une sorte d'élan collectif », de nombreuses associations et militantes féministes ont signé une tribune de soutien à Isabelle Lonvis-Rome, quelques heures avant le remaniement. Retour sur « une démarche inédite » et, plus largement, sur les...