doll g359100a13 1920
Une poupée noire (ErikaWittlieb/Pixabay)

Stéréotypes raciaux : les résul­tats du « test de la pou­pée » tou­jours aus­si édifiants

Dans le docu­men­taire Noirs en France, plu­sieurs enfants noir·es doivent choi­sir entre un pou­pon blanc et un pou­pon noir celui qu’ils et elles pré­fèrent. Ce « test de la pou­pée » a été réa­li­sé pour la pre­mière fois aux États-​Unis dans les années 1940. À chaque fois, les résul­tats sont les mêmes : la pou­pée blanche est dési­gnée comme la préférée.

« Quelle pou­pée tu pré­fères ? » Mardi 18 jan­vier, dans leur docu­men­taire Noirs en France, dif­fu­sé sur France 2, la jour­na­liste Aurélia Perreau et l’écrivain et uni­ver­si­taire Alain Mackanbou ont don­né la parole aux Français·es noir·es de tous âges et de tous hori­zons. Avec, dans l’idée, de retra­cer « leurs his­toires faites de pré­ju­gés et de sté­réo­types, mais tra­ver­sées aus­si d’espoir et de fier­té », indique France TV dans la pré­sen­ta­tion du pro­gramme.

Une séquence, extraite du docu­men­taire, a été lar­ge­ment com­men­tée et par­ta­gée sur les réseaux sociaux. Celle où des enfants noir·es doivent choi­sir entre une pou­pée blanche et une noire celle qu’ils et elles pré­fèrent et celle qu’ils et elles trouvent « la moins jolie ». Tous et toutes dési­gnent spon­ta­né­ment la pou­pée à la peau blanche et aux yeux bleus comme leur pré­fé­rée. « Ma sœur ne joue qu’avec ses pou­pées blanches », explique une petite fille. Une autre pointe du doigt celle à la car­na­tion plus fon­cée pour mon­trer la moins jolie, ajou­tant : « Je n’aime pas trop le noir. Tous les enfants de mon école sont blancs et quand je serai grande, je met­trai de la crème pour deve­nir blanche. »

Des résul­tats simi­laires en 1940 et 2022

Ce test, qui montre que les pré­ju­gés liés à la peau noire sont encore très pré­sents dans la socié­té fran­çaise actuelle, a été pour la pre­mière fois réa­li­sé aux États-​Unis, dans les années 1940. Deux pédo­psy­chiatres afro-​américains, Kenneth et Mamie Clark, avaient déci­dé, pour mesu­rer le poids des sté­réo­types dans l’inconscient des enfants noir·es, de leur pré­sen­ter un pou­pon blanc et un pou­pon noir et de leur deman­der lequel était le plus beau, le plus gen­til, le plus laid ou le plus méchant. Si plus de soixante-​dix ans séparent ces deux expé­riences, les résul­tats sont, mal­heu­reu­se­ment, lar­ge­ment similaires.

« On s’apercevait que l’enfant pre­nait la pou­pée qu’il pré­fé­rait, plu­tôt que celle qui lui res­sem­blait le plus, au fond. Ce qui indi­quait qu’il pense que l’on est moins beau, moins plai­sant qu’une per­sonne avec la peau blanche », explique l’historien Pap Ndiaye dans le documentaire.

Noirs en France a réuni mar­di soir plus de 2,5 mil­lions de téléspectateur·rices, selon le site Puremédias. Il est dis­po­nible jusqu’au 25 jan­vier en strea­ming sur le site de France TV.

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.