fbpx

Harriet Tubman, l'enchaînée déchaî­née

Mise à jour le 26 jan­vier 2021 : Victoire ! Contrairement à Donald Trump (voir enca­dré à la fin du papier), le nou­veau pré­sident des Etats-​Unis Joe Biden est favo­rable à ce qu'Harriet Tubman devienne le nou­veau visage des billets de 20$. Son admi­nis­tra­tion a annon­cé, lun­di 25 jan­vier, la relance du pro­jet de faire figu­rer son por­trait sur les billets de 20 dol­lars, en rem­pla­ce­ment du pré­sident popu­liste Andrew Jackson.

Née esclave aux envi­rons de 1820 dans le Maryland, Harriet Tubman va se défaire de ses chaînes en s’enfuyant vers le nord des États-​Unis. Elle rejoint l’Underground Railroad, une orga­ni­sa­tion secrète qui aide des esclaves noirs à pas­ser du Sud vers le Nord, et en libère à elle seule plus de trois cents.

portrait of harriet tubman 1820 1913 american abolitionist by benjamin f. Powelson Auburn New York USA 1868
Portrait d’Harriet Tubman à Auburn (État de New York), par
Benjamin F. Powelson, 1868. © Glasshouse Images /​Alamy
Stock Photo – Danielle Macinnes

Que peut bien res­sen­tir une per­sonne qui, à l’approche de ses 30 ans, se retrouve sou­dai­ne­ment libre après une vie de ser­vage ? « Quand je me ren­dis compte que j’avais pas­sé la fron­tière, je regar­dai mes mains pour voir si j’étais tou­jours la même per­sonne, raconte, en 1869, Harriet Tubman à sa bio­graphe Sarah Bradford. Tout autour devint splen­deur. Le soleil doré tra­ver­sa les arbres et se répan­dit sur les champs : j’étais comme au para­dis. » Nous sommes alors en 1849 et l’esclave noire a réus­si l’exploit de tra­ver­ser la fron­tière entre le Maryland, État escla­va­giste, et la Pennsylvanie, où l’esclavage est abo­li comme dans tout le nord des États-​Unis. C’est grâce à sa foi et à son audace qu’elle a pris la route seule, au mépris des risques. Bientôt, elle n’a plus qu’une idée en tête : reve­nir pour récu­pé­rer sa fra­trie, afin de lui faire goû­ter son pri­vi­lège de fuyarde : la liber­té.

C’est qu’Harriet vient d’une famille nom­breuse, elle a huit frères et sœurs, et les liens qui l’attachent à sa famille sont puis­sants. Née Araminta Ross dans le Maryland en 1820 (ou 1821 ou 1822 selon d’autres esti­ma­tions) de parents esclaves, Harriet et Ben, elle choi­sit de por­ter le pré­nom de sa mère pour lui rendre hom­mage. Elle a connu le pire. Nourrice en[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
HS11 eve ensler 2

Eve Ensler : le mono­logue du par­don

La dramaturge poursuit son combat contre les violences faites aux femmes en publiant Pardon. Une lettre d’excuse qu’elle aurait voulu que son père, qui l’a abusée et battue, lui adresse.