Screenshot 2022 12 29 15.30.06
© Gros pour Causette

Il y a 57 ans, les femmes gagnaient le droit d'ouvrir un compte ban­caire et de tra­vailler sans l'aval de leur mari

Petit plon­geon dans une époque en noir et blanc, quand les femmes mariées n’avaient pas le droit d’ouvrir un compte ban­caire à leur nom ni de tra­vailler sans l’autorisation de leur mari. Une injus­tice répa­rée par la loi du 13 juillet 1965, un pas de plus vers la conquête de l’égalité.

C’était il y a cinquante-​neuf ans, mais Louise1 s’en sou­vient comme si c’était hier. Ce jour de 1963 où, au gui­chet de sa banque, elle s’est vu deman­der l’autorisation de son mari pour accé­der à son compte ban­caire. « C’est votre époux qui doit gérer votre argent main­te­nant », s’entend-elle répondre à son grand éton­ne­ment. Fraîchement unie à Maurice, la jeune femme de 22 ans venait en un cla­que­ment de doigts d’être vio­lem­ment confron­tée à ce que vivent les Françaises mariées de l’époque : l’incapacité finan­cière et l’obéissance au mari. Une injus­tice d’autant plus forte qu’avant de pas­ser devant le maire, Louise, qui tra­vaillait au maga­sin de jour­naux de ses parents, dis­po­sait bien d’un compte ban­caire à elle, sur lequel elle avait même 800 francs. « Ça m’a mise dans une grande colère et des années après, ça me contra­rie tou­jours », se rappelle-​t-​elle aujourd’hui.

Deux ans plus tard, le Parlement votait, dans la moi­teur du mois de juillet et dans un hémi­cycle à moi­tié vide, la réforme des régimes matri­mo­niaux por­tée par le gou­ver­ne­ment Pompidou et son ministre de la[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don
  1. Les pré­noms ont été modi­fiés.[]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés
Capture decran 2024 02 26 a 14.24.07

Sur Cnews et Europe 1, on affirme que l’avortement est la pre­mière “cause de mor­ta­li­té dans le monde” en consi­dé­rant que les fœtus sont des per­sonnes tuées par des IVG

Dans En quête d’esprit, émis­sion domi­ni­cale de com­men­taire reli­gieux de l’actualité, les deux médias de Vincent Bolloré ont affir­mé que l’avortement était la pre­mière “cause de mor­ta­li­té dans le monde”, assi­mi­lant ain­si les fœtus à des...

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.