back camera
© "kgroovy" / CC BY-SA

Splendeur et déca­dence de la gen­der reveal par­ty

Ces fêtes qui ont pour objec­tif de dévoi­ler le sexe du futur bébé à tous les proches, parents y com­pris, sont de plus en plus popu­laires. Souvent vues comme une occa­sion de se réunir et de célé­brer la gros­sesse, elles ren­forcent par­fois la bina­ri­té et les sté­réo­types de genres.

En 2008, dans l’arrière-cour de sa mai­son de Los Angeles, Jenna Karvunidis orga­nise une fête pour célé­brer sa gros­sesse. Elle a l’idée de faire un gâteau qui, lors de la découpe, révé­le­ra une crème pâtis­sière de cou­leur rose pour annon­cer à toute la famille qu’elle attend une petite fille. « Ma belle-​soeur venait d’avoir un enfant qui acca­pa­rait un peu l’attention de la famille, alors mon but était de sus­ci­ter l'enthousiasme autour de mon bébé et j'ai pen­sé que ce serait une façon amu­sante d'impliquer tout le monde », explique-​t-​elle à Causette. La jeune blo­gueuse par­tage alors des pho­tos sur Internet qui sont ensuite reprises dans un maga­zine et le concept se dif­fuse.

Ce type de céré­mo­nies porte désor­mais un nom : les gen­der reveal par­ties, fêtes de révé­la­tion du genre en fran­çais. Le phé­no­mène décolle d’abord aux Etats-​Unis, notam­ment grâce aux influen­ceuses qui par­tagent des idées tou­jours plus créa­tives pour révé­ler le genre de leur futur enfant. Flairant la bonne affaire, le mar­ke­ting s’engouffre dans la brèche, avec des boîtes riva­li­sant de créa­ti­vi­té pour vendre des acces­soires abso­lu­ment indis­pen­sables à une gen­der reveal par­ty réus­sie (confet­tis, bal­lons, fumi­gènes…). Peu à peu, ces fêtes s’exportent en Europe. Au Royaume-​Uni, la BCC observe que le site de vente en ligne Party Delights a enre­gis­tré un boom de 87% sur les pro­duits des­ti­nés à ces céré­mo­nies entre 2016 et 2019. En France, il suf­fit, par exemple, de taper « gen­der reveal » sur le site Etsy pour voir appa­raître plus de 54 000 pro­duits et mesu­rer l’ampleur du phé­no­mène.

Une fête bleue ou rose

3,2,1… à la fin du compte à rebours enton­né par leurs proches, Jihed et son mari ouvrent un grand car­ton duquel s'échappent des bal­lons roses estam­pillés « GIRL ». Ils découvrent en même temps que leurs familles et amis qu’ils attendent une fille. Car désor­mais, le nec-​plus-​ultra de la gen­der reveal par­ty, c’est de deman­der à un·e proche d’aller s’enquérir auprès de votre gyné­co du sexe de votre enfant à naître, pour que vous ayez vous-​même la sur­prise lors des fes­ti­vi­tés. Pour Anneline, et sa com­pagne Sandrine, la décou­verte s’est faite en ouvrant la chambre du futur bébé qui avait été déco­rée, par les soins de sa belle-​sœur, de confet­tis, de bal­lons, de peluches et de bon­bons, tout ça dans les cou­leurs bleues.

On l’aura com­pris, ces[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés