fbpx
moelle
© Capture d'écran de la vidéo de campagne de l'Agence de biomédecine

#Les20000 : l'Agence de bio­mé­de­cine veut trou­ver de nou­veaux don­neurs de moelle osseuse, jeunes et mas­cu­lins de pré­fé­rence

L’Agence de bio­mé­de­cine, rat­ta­chée au minis­tère de la Santé, lance une grande cam­pagne de mobi­li­sa­tion autour du don de moelle osseuse. Objectif : recru­ter des hommes jeunes, les plus à même de pou­voir sau­ver une vie grâce à leur geste.

Vu de loin, les chiffres des nouveaux·elles inscrit·es au registre fran­çais des donneur·euses de moelle osseuse sont plu­tôt bons. Malgré la crise sani­taire qui a entraî­né l’interruption des pré-​inscriptions pen­dant quatre mois, 16 331 per­sonnes se sont tout de même enga­gées à faire don de leur moelle osseuse en 2020 si un·e patient·e com­pa­tible en a besoin. Mais à y regar­der de plus près, il y a un hic : par­mi ces volon­taires, seuls 31% sont des hommes, et c’est pour­tant là le pro­fil le plus recher­ché via la nou­velle cam­pagne de recru­te­ment, lan­cée lun­di 22 mars. 

« Notre cible prio­ri­taire de nou­veaux don­neurs, ce sont les jeunes hommes, de 18 à 35 ans, détaille Hélène Duguet, à la com­mu­ni­ca­tion de l’Agence de bio­mé­de­cine. D’une part, plus les per­sonnes sont jeunes, plus la moelle est riche en cel­lules. D’autre part, il y a une spé­ci­fi­ci­té du don de moelle osseuse qui demande un niveau bas d’anticorps pour faci­li­ter la prise de greffe. Or, le corps d'une femme enceinte en pro­duit en grande quan­ti­té, et ces anti­corps res­tent long­temps dans l'organisme même lorsqu'elle ne l'est plus. Les femmes sont donc glo­ba­le­ment de moins bonnes can­di­dates au don de greffe. Lorsque les méde­cins gref­feurs ont le choix, ils pré­fèrent donc un don­neur mas­cu­lin. »

Le dés­équi­libre de genre concer­nant le don de moelle osseuse est par­ti­cu­liè­re­ment éle­vé, contrai­re­ment par exemple au don du sang, pour lequel 52,6% des donneur·euses sont des femmes (ce qui est légè­re­ment plus éle­vé que la répar­ti­tion démo­gra­phique femmes-​hommes en âge de don­ner son sang, de 18 à 70 ans). Les rai­sons ? « Elles sont tou­jours dif­fi­ciles à cer­ner, reprend Hélène Duguet, mais que le don soit réa­li­sé du vivant ou de la mort de la per­sonne, les femmes répondent plus pré­sentes que les hommes. Ces der­niers sont plus réti­cents et craignent d’avoir mal lors du pré­lè­ve­ment de moelle osseuse, sou­vent par confu­sion avec la moelle épi­nière. D’autre part, beau­coup de greffes concernent des patients enfants et c’est vrai qu’encore aujourd’hui, d’une manière géné­rale, les femmes sont plus sen­sibles que les hommes au fait que ce soit des enfants qui soient dans le besoin. » Enfin, il faut ajou­ter au tableau tout ce que la socio­lo­gie a pu dépeindre autour des femmes éle­vées pour se pré­oc­cu­per d’autrui et prendre soin des autres (une preuve concrète rési­dant dans le fait qu’elles sont lar­ge­ment majo­ri­taires dans les métiers dits du « care ») pour com­prendre le manque de jeunes et vigou­reux jeunes hommes volon­taires pour pas­ser quatre heures à l’hôpital pour se faire ponc­tion­ner sa moelle par prise de sang.

80% des dons se font par simple pré­lè­ve­ment san­guin

Face à ces réti­cences, l’Agence de bio­mé­de­cine a donc lan­cé lun­di 22 mars une cam­pagne de sen­si­bi­li­sa­tion pour trou­ver 20 000 nouveaux·elles jeunes donneur·euses, et sur­tout des gar­çons. Jusqu’en sep­tembre, l’institution rat­ta­chée au minis­tère de la Santé entend mobi­li­ser les réseaux sociaux sous le hash­tag #Les20000, grâce à un spot publi­ci­taire et des influenceur·euses. L’occasion de tordre le cou aux idées reçues sur les dons de moelle osseuse, puisqu’aujourd’hui, 80% d’entre eux se font donc par simple pré­lè­ve­ment san­guin, comme pour un don de sang ou de pla­quettes. Seuls 20% néces­sitent une opé­ra­tion sous anes­thé­sie géné­rale pour ponc­tion­ner direc­te­ment dans l’os du bas­sin.

Dans la pra­tique, une fois que vous vous êtes porté·e volon­taire sur ce site, vous êtes enregistré·e dans un fichier acces­sible par des hôpi­taux à l’international et serez contacté·e en cas de grande com­pa­ti­bi­li­té avec un·e patient·e (souf­frant de leu­cé­mie ou d’une grave mala­die du sang). Et Hélène Huguet de mar­te­ler à l’adresse des douillets : « Ce qu’il faut vrai­ment faire com­prendre, c’est que cela ne fait pas mal ! »

Le clip de l'Agence de bio­mé­de­cine
Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés
110 poitrine marie boiseau pour causette

Seins : chérissons-​les !

l existe pourtant autant de poitrines que de visages. Ces poitrines, il est plus que temps de les libérer des normes qui les corsètent, affirme la philosophe Camille Froidevaux-Metterie.

113 acne marie boiseau pour causette

Acné adulte : la peau­si­tive atti­tude

Pendant leur vingtaine, six femmes sur dix souffrent de cette affection de la peau. Alors, sur les réseaux sociaux s’est formée la communauté « skin positive », pour la dédramatiser et s’entraider.