Série d’été – Ruptures épis­to­laires : la lettre de la poé­tesse Renée Vivien à la femme de lettres Natalie Clifford Barney

Série d’été : Te dire que je m’en vais 2/​4

Les lettres de rup­ture sont par­fois plus puis­santes que les lettres d’amour elles-​mêmes. En 1902, la poé­tesse bri­tan­nique Pauline Mary Tarn, plus connue sous le nom de Renée Vivien, adresse une élé­gante mis­sive de rup­ture à son amante Natalie Clifford Barney, las­sée par leur rela­tion tumul­tueuse. Une lettre d'adieu déchi­rante que Causette a choi­sie de vous retranscrire.

hs12 renee vivien wikimedia
Renée Vivien pho­to­gra­phiée par Otto Wegener. © Wikimedia

En 1899, la Britannique Pauline Mary Tarn, tout juste majeure, quitte le Royaume-​Uni, étouf­fée par les mœurs conser­va­trices de la socié­té vic­to­rienne, pour s'installer à Paris. Née à Londres le 11 juin 1877 d’une mère amé­ri­caine et d’un père anglais, elle a pas­sé une par­tie de son enfance au sein de la Ville Lumière, où elle a noué une ami­tié durable avec une voi­sine du même âge, Violette Shillito. À son retour en France, c'est par l'entremise de son amie que Pauline Mary Tarn ren­contre celle qui va la bou­le­ver­ser autant sur le plan sen­ti­men­tal qu'artistique : Natalie Clifford Barney1. L'Américaine, femme de lettres influente, devient la muse de la jeune poé­tesse qui lui dédie son pre­mier recueil de poèmes, Études et Préludes, sor­ti en 1901 et signé sous son pseu­do­nyme Renée Vivien.

Les deux femmes vivent pen­dant deux ans une pas­sion les­bienne tumul­tueuse, au cours de laquelle Pauline Mary Tarn souffre de la vola­ti­li­té de Natalie Clifford Barney et de ses mul­tiples conquêtes. L’Américaine fré­quente, entre autres, à cette époque, la célèbre cour­ti­sane Liane de Pougy, la cher­cheuse Eva Palmer ou la poé­tesse anglaise Olive Custance, future lady Douglas. En juillet 1901, l'écrivaine refuse de par­tir aux États-​Unis avec son amante. Elles s'écrivent alors de mul­tiples mis­sives, dont est extraite la lettre de rup­ture ci-​dessous2, qui voit Pauline Mary Tarn essayer de mettre à dis­tance sa pre­mière muse. Cette der­nière essaie tant bien que mal de la recon­qué­rir à son retour en France, tout en conti­nuant à fré­quen­ter d'autres femmes. 

À lire aus­si I Renée Vivien, les­bienne en vers et contre tous

Elles se retrou­ve­ront fina­le­ment lors d'un voyage à Mytilène, sur l’île de Lesbos, en 1905, sans pou­voir ral­lu­mer la flamme qui avait un jour brû­lé entre elles. Pauline Mary Tarn dis­pa­raî­tra quelques années plus tard, le 18 novembre 1909, âgée de seule­ment 32 ans, après être tom­bée en dépres­sion et avoir som­bré dans l'alcool. Renée Vivien laisse der­rière elle douze recueils de poé­sie, plu­sieurs nou­velles et romans, ain­si que des tra­duc­tions de poé­tesses grecques.

Lettre de Pauline Mary Tarn à Natalie Clifford Barney

14 août 1902,

J’ai reçu ton livre, Natalie – il est beau et triste comme mon sou­ve­nir de toi. Et j’ai retrou­vé, flot­tant entre les pages, le par­fum blond de ton esprit froid et fin. Tu as trou­vé, pour ton volume, des phrases d'arc-en-ciel et d'opale – de mer­veilleuses phrases irisées…

J'ai lu tout avec la joie dou­lou­reuse que l'on éprouve lorsque la Beauté se révèle à nous, des­cend en nous.

Je ne puis aller vers toi. Je te l'ai dit par la voix brève d'un télé­gramme, mes plans sont chan­gés, mon adresse sera : Hôtel Royal Dieppe – pen­dant quinze jours.

– J’ai beau­coup rêvé et réflé­chi – et j’ai vain­cu l’ardente fai­blesse qui un ins­tant m’a entraî­née vers toi… vers la souf­france cer­taine, inévi­table pour toutes deux –

– Ce que tu m’écris en marge de ton livre me le prouve une fois de plus. Je ne sais ce que tu appelles des « choses hor­ribles » ni ce qui peut te sem­bler hor­rible. je sais qu’autrefois des choses de toi m’ont éga­le­ment paru horrible- des choses que tu as dites, faites, vécues. Ceci importe peu à l’heure qu’il est, mais les paroles m’ont fait com­prendre une fois de plus com­bien il est néces­saire que nous sui­vions cha­cune notre che­min dif­fé­rent. Tu as l’amour d’Eva, l’amour pro­fond d’Eva, cet amour t’appartient, apprécie-​le et comprends-​le pen­dant qu’il en est temps encore, – sans quoi tu le pleu­re­ras vai­ne­ment plus tard. Mais je crois que tu es comme moi – tu n’apprécies les choses douces et les êtres aimés que lorsque tu les as per­dus – Cela vous laisse au moins l’infinie volup­té du regret – quoique rien au monde, ni sur la terre ni dans le ciel, ne vaille un regret.

Tourne-​toi vers Eva – réfugie-​toi dans son immense ten­dresse – et ne te sou­viens de moi que très rare­ment, comme une flamme éteinte – comme un peu de cendres et de poussière.

Quoiqu’en véri­té je sois une flamme vivante, et qui brûle et qui se consume loin de toi – et que t’importe aujourd’hui pour qui et pour­quoi elle se consume ?

Souviens-​toi que l’amitié est faite de silence, elle a les pas voi­lés de ceux qui demeurent dans les temples – mais elle ne lève pas le voile et ne pénètre pas dans le sanctuaire.

– Je te donne le loin­tain bai­ser de ceux qui s’en vont au tour­nant des chemins.

Tendrement et tristement,

Pauline


  1. Éléments bio­gra­phiques tirés du tra­vail de l'autrice Hélène Néra, sur son blog "Les Faunesses"
  2. Lettre tirée du livre Lettres de rup­ture. Petite his­toire de la sépa­ra­tion amou­reuse à tra­vers les plus belles lettres de per­son­nages célèbres, pré­sen­tées par Agnès Pierron, Le Robert, 2015.

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don
Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.