The Ultimatum Queer Love S1 E2 Native 00 18 33 05R
"Ultimatum: Queer love" - Netflix © 2023

On a vu "Ultimatum : Queer love" : Netflix à l’heure drama-gouine

La télé-​réalité de dating Ultimatum se consacre cette sai­son aux amours saphiques, aux États-​Unis : on fait le bilan calmement. 

Après avoir mis en scène, y com­pris en France, des couples hété­ro­sexuels sur la sel­lette, Ultimatum accueille cette sai­son des femmes les­biennes, tou­jours selon le prin­cipe qui a fait son suc­cès : dans chaque couple, l’un·e des par­te­naires sou­haite ardem­ment se marier tan­dis que l’autre hésite. Les participant.es vont alors échan­ger leur conjoint·e pen­dant trois semaines puis se déci­der, à l’issue de la sai­son, pour le mariage ou la rup­ture. Au menu : chaos, cou­che­ries, trom­pe­ries et tri­angles amou­reux à gogo. Et, tou­jours, l’idée selon laquelle il est admis de pres­su­ri­ser l’être aimé pour arri­ver à ses fins. 

Si les les­biennes dans la télé-​réalité se comptent encore sur les doigts de la main, de Koh Lanta à Top Chef, elles font aus­si figure d’exception dans les émis­sions de « dating », comme Princess Charming (RTL Deutschland). En rai­son de sa rare­té, l’émission a donc sus­ci­té l’adhésion d’une par­tie de la presse spé­cia­li­sée outre-​Atlantique et a été lar­ge­ment sui­vie par les sites queer comme Autostraddle ou Them, conquis par les tra­jec­toires amou­reuses des pro­ta­go­nistes, Mal, Roxy ou encore Xander. Ultimatum : Queer love donne en effet à voir un large spectre d’identités et d’orientations au sein de la com­mu­nau­té LGBTQIA+ : les­biennes fémi­nines et mas­cu­lines aux mor­pho­lo­gies variées, pan­sexua­li­té, per­sonnes raci­sées et non-​binaires. Certain·es par­te­naires font éga­le­ment preuve d’une soro­ri­té et d’une adel­phi­té rare­ment vues dans ce type de pro­gramme for­ma­té. Surtout, le show appa­rait débar­ras­sé de la mas­cu­li­ni­té toxique et des vio­lences sexuelles qui gan­grènent tra­di­tion­nel­le­ment de nom­breuses télé-​réalités, comme le rap­pe­lait dans son essai éclai­rant l’autrice Valérie Rey-​Robert. L’émission se garde tou­te­fois d’idéaliser à outrance les romances les­biennes, celles-​ci n’étant pas dénuées de rap­ports de domi­na­tion, comme en attestent cer­tains épi­sodes (no spoi­ler, pro­mis).

Sororité et normes conjugales

Les couples les­biens font-​ils mieux que les hété­ros ? Oui… et non. Sommé·es de com­po­ser avec une logis­tique com­plexe et des dis­cri­mi­na­tions à la pelle, les pro­ta­go­nistes n’ont d’autre choix que de pro­po­ser ici un modèle fami­lial alter­na­tif ‑tant mieux. Néanmoins, lorsqu’il s’agit de réin­ven­ter le couple ou d’interroger la mono­ga­mie, les conjoint·es sont limité·es par le cadre nor­ma­tif impo­sé par la pro­duc­tion : soit le com­bo coha­bi­ta­tion, fian­çailles et mariage avec pro­gé­ni­ture à la clé. Cette sai­son d’Ultimatum s’inscrit dans la stra­té­gie de Netflix pour capi­ta­li­ser sur des publics de niche, ce qui n’empêche pas le dif­fu­seur d’égrener les cli­chés sur les couples les­biens qui emmé­na­ge­raient ensemble au bout de trois jours ou consa­cre­raient leurs soi­rées à d’interminables dis­cus­sions lacrymales. 

L’émission, rapi­de­ment trans­for­mée en pugi­lat n’échappe pas non plus aux écueils du genre, qui font le bon­heur des télé-spectateur·rices : dra­ma­ti­sa­tion outran­cière de conflits arti­fi­ciel­le­ment mis en scène, ébats cap­tés dans le noir, images « volées »… Autre bémol, de taille : la pla­te­forme a été étrillée pour avoir don­né la parole et invi­té, lors du der­nier épi­sode tour­né en pla­teau, l’une des pro­ta­go­nistes, arrê­tée pour vio­lences conju­gales à l’encontre d’une autre des par­ti­ci­pantes. Une omis­sion gênante qui met en lumière l’invisibilité des vio­lences conju­gales au sein des couples de même sexe.

Ultimatum : Queer love, sur Netflix, disponible.

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don
Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés
THIS IS US Saison 5 Key Art 1 A

Les séries à sur­veiller de jan­vier 2021

This Is Us, sai­son 5 (la suite) Ce pur soap amé­ri­cain aime jouer avec les glandes lacry­males de son public comme avec ses nerfs. De fait, la saga de l’addictive famille Pearson, qui aborde des sujets aus­si sen­sibles que l’adoption...

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.