fbpx

Podcast : Axelle Jah Njiké lève le voile sur le tabou des vio­lences intra­fa­mi­liales sur mineurs dans les com­mu­nau­tés noires

Dans son nou­veau pod­cast La fille sur le cana­pé, pro­duit par Nouvelles écoutes, l’autrice fémi­niste Axelle Jah Njiké lève le voile sur le dou­lou­reux sujet des vio­lences intra­fa­mi­liales sur mineurs dans les com­mu­nau­tés noires.

la fille sur le canape cover
© Nouvelles Ecoutes

Cette fille sur le cana­pé, c’est elle. Axelle Jah Njiké. Elle est âgée de 11 ans lorsqu’elle est vic­time d’un viol par un proche au sein même de son foyer. C’est elle, qui, dans le pre­mier épi­sode de ce pod­cast en neuf épi­sodes, s’exprime, 38 ans plus tard, suite à un long che­min de rési­lience, de recons­truc­tion et d’acceptation. Après avoir réus­si ce lourd tra­vail du récit auto­bio­gra­phique, elle trans­met le bâton de parole à d’autres femmes, des afro­péennes, selon ses termes. En France, rappelons-​le encore et encore, 51% des viols et ten­ta­tive de viols déclaré.e.s par les femmes ont été subis avant leur 11 ans. Les agres­seurs sont en grande majo­ri­té des hommes membres de la famille, qui d’après les per­sonnes vic­times auraient fait d’autres vic­times.

Déjà à l’initiative du pod­cast à suc­cès Me, my sex and I, Axelle Jah Njiké décide de mêler l’intime au poli­tique, puisque c’est la voca­tion de ces séries docu­men­taires épo­nymes lan­cées par la pro­duc­trice Lauren Bastide. Après qu’Ovidie a explo­ré la ques­tion de la trans­mis­sion des valeur fémi­nistes et Océan celle des travailleurs.euses du sexe, Axelle Jah Njiké, autrice et mili­tante fémi­niste païenne, ain­si qu’elle se défi­nit, s’attelle au silence et à l’invisibilisation qui entourent les vio­lences sexuelles sur mineures dans le cadre intra­com­mu­nau­taire. En l’occurrence la com­mu­nau­té noire.

Pourquoi un tel tabou, une telle omer­ta sur ce qui se passe, à l’abri des regards, dans le cadre fami­lial ou conju­gal ? Pourquoi la com­mu­nau­té noire pointe-​t-​elle rare­ment du doigt les méfaits des siens ? Pourquoi les jeunes vic­times sont-​elles condam­nées à se taire ? Existe-​t-​il un lien entre leur appar­te­nance cultu­relle et le poids, très lourd, du secret ?

visuel presse axelle 2
Axelle Jah Njiké © Olivier Ezratty- QFDN

« L’unité noire s’est construite sur le silence de la femme noire », écri­vait Angela Davis, figure incon­tour­nable du mili­tan­tisme afro-​américain, ici reprise par Axelle Jah Nijiké dont la série docu­men­taire est émaillée d’extraits lit­té­raires. La soli­da­ri­té com­mu­nau­taire primerait-​elle sur la dénon­cia­tion de vio­lences com­mises par des hommes noirs ? Parler ce serait être considéré.e.s comme des traitres et des trai­tresses à la cause ? Ce serait prendre le risque d’entacher l’image d’une com­mu­nau­té déjà rudoyée ? Porter plainte revien­drait à condam­ner un homme noir à la vio­lence poli­cière ? Autant de ques­tions posées par Axelle Jah Njiké aux femmes qui ont accep­té de lui livrer leur his­toire et aux expertes qui apportent leur éclai­rage à cette pro­blé­ma­tique spé­ci­fique.

C’est le cas de l’afro-féministe belge Aïchatou Ouattara, inter­ro­gée par Axelle dans le troi­sième épi­sode, et qui évoque la pres­sion exer­cée sur les femmes noires pour qu’elles sou­tiennent de manière indé­fec­tible les hommes de leur com­mu­nau­té, même en cas de vio­lence. La crainte ? L’instrumentalisation raciste qui pour­rait décou­ler de ces révé­la­tions de crimes sexuels. « Les femmes sont encore et tou­jours des agneaux sacri­fiés sur l’autel de la com­mu­nau­té. Les injus­tices racistes sont une réa­li­té et doivent être com­bat­tues mais cette lutte ne doit pas être incom­pa­tible avec la dénon­cia­tion d’agressions sexuelles, s’exclame-t-elle. Le crime, même si ce terme est fort, est por­té par celui qui impose le silence à une fille ou une femme abu­sée, sous pré­texte d’unité cultu­relle. » 

Trop nom­breuses

« Dans ma famille, le viol était la façon de deve­nir femme », lance Axelle Jah Njiké. Mère à son tour d’une jeune fille dont elle avait choi­si le pré­nom avant même sa concep­tion, son com­bat est de rompre à tout prix avec ce dra­ma­tique legs trans­gé­né­ra­tion­nel. L’écrivaine Maya Angelou, citée elle aus­si dans ce pod­cast, parle des « grandes œillères de l’enfance » qui enferment dans la soli­tude du trau­ma­tisme et l’impossibilité de s’en libé­rer. « Je pen­sais être seule à avoir subi un viol, conti­nue Axelle, mais j’ai com­pris que nous étions très nom­breuses. Trop nom­breuses. »

Grace à un appel à témoi­gnages lan­cé avant de démar­rer cette pro­duc­tion, Axelle a recueilli de nom­breuses confi­dences, qui libé­raient des his­toires trop lourdes à por­ter, et qui fai­saient caisse de réson­nance avec la sienne. « La charge émo­tion­nelle a été décu­plée par l’effet miroir. J’étais pour elles, ces femmes de 25 à 34 ans, la pos­si­bi­li­té de se racon­ter avec une oreille tota­le­ment empa­thique. Nous par­lions le même lan­gage. » Se replon­ger dans les sou­ve­nirs trau­ma­tiques et reprendre le contrôle de son récit, tel est le fil rouge cathar­tique de La fille sur le cana­pé. « Il y a deux portes d’entrée pour les audi­teurs, explique Axelle. Celle de la réa­li­té avec les témoi­gnages, et celle de la fic­tion avec les extraits lit­té­raires de grandes écri­vaines noires, mais quoi qu’il arrive nous sommes confronté.e.s au sujet des vio­lences sexuelles. »

La musique qui accom­pagne très judi­cieu­se­ment le pod­cast a été com­po­sée et inter­pré­tée par l’artiste franco-​camerounaise Sandra Nkaké. Elle uti­lise son corps comme seul ins­tru­ment et sert ain­si mer­veilleu­se­ment le pro­pos de l’intime. « Je suis super fan, s’enthousiasme Axelle. Quand je pré­pa­rais le pod­cast je savais que ce serait elle. J’ai trou­vé fort que le corps soit au centre, reprenne sa place. »

Investir le « je ».

Avec cette pro­duc­tion sonore, et en abor­dant ce sujet déli­cat, Axelle Jah Njiké fait figure de pion­nière. Et ne don­ner la parole qu’à des femmes afro­péennes, les concer­nées, donc, prend ici tout son sens. « L’afropéanité est une notion à laquelle je sous­cris tota­le­ment. », pré­cise la réa­li­sa­trice. Développé par l’autrice Léonora Miano, qui inter­vient éga­le­ment dans le pod­cast, ce terme défi­nit et légi­ti­mise toute une com­mu­nau­té afro­des­cen­dante, vivant en Europe. « Nous sommes là, nous exis­tons, conti­nue Axelle. C’est ain­si que je conçois plei­ne­ment mon appar­te­nance, dans un col­lec­tif où on peut mettre son indi­vi­dua­li­té au ser­vice de tous. » Face à la néces­si­té de faire valoir sa qua­li­té de sujet dans un groupe cultu­rel, Axelle tente de remé­dier à l’invisibilisation des femmes noires. « L’intimité des femmes noires est sou­mise à un groupe qui pré­vaut sur l’individu. Il est dif­fi­cile d’investir le « je ». Partout dans le monde des femmes se battent pour l’éradication des vio­lences sexuelles. On oublie trop sou­vent que le mou­ve­ment « Me too » a été ini­tié il y a 10 ans par une femme noire, Tarana Burke. Pour autant, les afro­des­cen­dantes ne se sai­sissent pas suf­fi­sam­ment de cette lutte, faute d’espace et de consi­dé­ra­tion. Cela reflète un pro­fond malaise. », ajoute-​t-​elle.

« J’ai fait un pod­cast que j’aurais aimé entendre, dont nous avons besoin. Et parce que j’étais prête, arri­vée au bon endroit, à 48 ans. C’est mon his­toire, mais elle est com­mune à de nom­breuses jeunes femmes », conclut Axelle Jah Njiké qui fait le pari, ample­ment réus­si, de faire entendre la voix des femmes noires à tous les publics, l’intime étant le lieu idéal pour créer des pas­se­relles et par­ler un lan­gage uni­ver­sel.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  


Idées Cadeaux Causette

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés