GOWWDGVXwAAXO4j
© Maxence Parey / FDC

Symbole de liber­té, l'Iranien Mohammad Rasoulof ova­tion­né debout à Cannes

Alors que son dépla­ce­ment à Cannes n'était pas cer­tain pour des rai­sons de sécu­ri­té, le cinéaste ira­nien Mohammad Rasoulof en exil en Europe en rai­son des repré­sailles du régime ira­nien a pu mon­ter les marches pour pré­sen­ter son film en lice pour la Palme d'or, Les graines du figuier sau­vage.

Un sym­bole pour la liber­té d'expression : le cinéaste ira­nien Mohammad Rasoulof, qui a réus­si à fuir clan­des­ti­ne­ment le régime de Téhéran, a été ova­tion­né debout avant la pro­jec­tion à Cannes, ven­dre­di 24 mai, de son film en lice pour la Palme d'or.

Poursuivi par le régime ira­nien qui l'a pri­vé de son pas­se­port et condam­né à des années de pri­son, Rasoulof pré­sente Les graines du figuier sau­vage, un film tour­né clan­des­ti­ne­ment et dont une par­tie de l'équipe est res­tée en Iran.

Sur le tapis rouge puis dans la salle, Mohammad Rasoulof a bran­di les pho­tos de deux de ses acteurs prin­ci­paux, Missagh Zareh et Soheila Golestani. Il a mon­té les marches aux côtés de l'actrice ira­nienne Golshifteh Farahani, qui vit en exil en France depuis une quin­zaine d'années. Il était aus­si accom­pa­gné de sa fille Baran, un pas­sage de témoin sym­bo­lique puisque c'est cette der­nière qui avait reçu l'Ours d'or à Berlin au nom de son père, inter­dit de quit­ter son pays, il y a quatre ans.

Après avoir bra­vé pen­dant des années la cen­sure, Rasoulof a été condam­né en appel à huit ans de pri­son dont cinq appli­cables. Pour ne pas retour­ner der­riè­ree les bar­reaux, il a dû se résoudre à l'exil, au prix d'une dan­ge­reuse fuite clan­des­tine vers l'Europe. "Quand je tra­ver­sais la fron­tière, je me suis retour­né, j'ai lan­cé un der­nier regard à ma terre natale et je me suis dit 'j'y retour­ne­rai'", a décla­ré le réa­li­sa­teur, invi­té jeu­di sur le pla­teau de l'émission C ce soir sur France 5. "Je pense que tous les Iraniens qui ont dû par­tir en rai­son de ce régime tota­li­taire gardent une valise prête chez eux, dans l'espoir que les choses s'améliorent."

Mohammad Rasoulof n'avait pas mis les pieds à Cannes depuis 2017 et le prix Un cer­tain regard pour Un homme intègre, sur la cor­rup­tion. Il n'avait pas pu venir l'an der­nier, comme membre du jury de cette sec­tion paral­lèle. Son nou­veau film, Les Graines du figuier sau­vage, pro­met de déran­ger encore le pou­voir, racon­tant l'histoire d'un juge d'instruction som­brant dans la para­noïa, au moment où d'immenses mani­fes­ta­tions éclatent dans la capi­tale Téhéran.

Soutien des cinéastes

En l'accueillant en per­sonne, le 77e Festival envoie un signal "à tous les artistes qui, dans le monde, subissent vio­lences et repré­sailles dans l'expression de leur art", a sou­li­gné le délé­gué géné­ral du fes­ti­val, Thierry Frémaux. Et, plus lar­ge­ment, aux opposant·es au régime en place en Iran, où la répres­sion ne cesse de s'accentuer.

Amnesty International affirme que l'Iran, secoué par un mou­ve­ment de contes­ta­tion fin 2022 après la mort de la jeune Mahsa Amini, a exé­cu­té 853 per­sonnes en 2023, le nombre le plus éle­vé depuis 2015. Les cinéastes sont régu­liè­re­ment accu­sés de pro­pa­gande contre le régime, dans un pays où les conservateur·rices concentrent tous les pou­voirs. Une donne peu sus­cep­tible d'évoluer après la mort récente du pré­sident Ebrahim Raïssi dans un crash d'hélicoptère.

Les fes­ti­vals inter­na­tio­naux et la caisse de réso­nance qu'ils offrent sont une forme de recon­nais­sance impor­tante pour les cinéastes iranien·nes aux prises avec le régime, à l'image de Jafar Panahi (Taxi Téhéran) ou Saeed Roustaee (Leila et ses frères), régu­liè­re­ment sélec­tion­nés, mal­gré la répres­sion qu'ils subissent.

Une série de per­son­na­li­tés du ciné­ma ont expri­mé leur sou­tien à Mohammad Rasoulof dans une lettre ouverte, dont l'actrice ira­nienne réfu­giée en France Zar Amir Ebrahimi et celle de Anatomie d'une chute, Sandra Hüller, ou encore des cinéastes comme Fatih Akin, Agnieszka Holland et Laura Poitras, ain­si que deux prétendant·es à la Palme d'or 2024, Payal Kapadia et Sean Baker.

Lire aus­si l Le réa­li­sa­teur Mohammad Rasoulof, en lice pour la Palme d’or à Cannes, appelle le ciné­ma mon­dial au secours après avoir fui l’Iran

Outre Les graines du figuier sau­vage, le jury de Greta Gerwig visionne éga­le­ment ven­dre­di le der­nier des 22 opus de la com­pé­ti­tion, La plus pré­cieuse des mar­chan­dises, de Michel Hazanavicius (The Artist), qui évoque la Shoah. Le pal­ma­rès est atten­du same­di soir.

Partager
Articles liés
ANTONINA R6 02 GRD V02.mp4.20 57 29 11.Still001

"La Femme de Tchaïkovski" : miso­gyne Russie

Au travers du destin gâché, suffocant, d’Antonina, c’est bien le portrait d’une Russie misogyne, homophobe et aliénée, hier comme aujourd’hui, que Kirill Serebrennikov, résolument dissident, dresse dans ce film, en salles ce 15 février.

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.