outrage 1
Extrait d'« Outrage », d'Ida Lupino. © Théâtre du temple distribution

Rétrospective : trois rai­sons de (re)découvrir Ida Lupino

Septembre met à l’honneur Ida Lupino, grande cinéaste anglo-​américaine injus­te­ment oubliée. Cinq de ses films res­sortent en salle, dont Outrage, son chef‑d’œuvre, qui ouvre le bal à par­tir du 9. Voici trois rai­sons de plon­ger dare-​dare dans l’univers de cette réa­li­sa­trice fémi­niste des années 1950.

Parce qu’elle est une cinéaste pion­nière
Elle aurait pu être la énième brune fatale d’Hollywood, tra­ver­sant l’âge d’or (années 1930, 40 et 50) sous la hou­lette de mâles réa­li­sa­teurs confir­més tels Jean Negulesco ou Raoul Walsh. Sauf qu’Ida Lupino valait bien mieux que ça. Et qu’elle le savait. Indépendante, déter­mi­née, elle est donc deve­nue la deuxième femme de l’histoire, après Dorothy Arzner, à inté­grer le syn­di­cat des réa­li­sa­teurs amé­ri­cains. Une sorte d’ovni dans[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.