fbpx
epinettesourire1986183681eclaircie
Adèle Haenel et Noémie Merlant. © Pyramide distribution

Céline Sciamma : « Le rôle d’Héloïse dans "Portrait de la jeune fille en feu" a été pen­sé pour Adèle Haenel »

La nou­velle créa­tion de Céline Sciamma est aus­si trou­blante qu’irrésistible. Situé dans la France de 1770, ce récit d’un amour fou­droyant entre une artiste peintre et son modèle ose parier sur la soro­ri­té. Décryptage avec sa réa­li­sa­trice…

Causette : Vous avez tou­jours trai­té de sujets ultra contem­po­rains jusqu’à pré­sent. Pourquoi ce choix, tout à coup, d’un film en cos­tumes ? 
Céline Sciamma : Vous savez, le ciné­ma, c’est tou­jours une façon de réor­ga­ni­ser un monde. Que l’on parle du pré­sent ou du pas­sé. Donc là, je ne me suis pas dit : je vais faire un film en cos­tumes ! Tout sim­ple­ment parce que ce n’est pas le genre en soi[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
ps1magalibragard a

« Passion simple », ver­tiges de l'amour

En adaptant librement Passion simple, court récit impétueux signé Annie Ernaux, la cinéaste Danielle Arbid offre un premier rôle passionnant d’ambivalence à Laetitia Dosch. Rencontre avec une actrice solaire, libre, sans filtre…

113 cinema voir le jour pyramide distribution

En salles : « Voir le jour », la belle équipe

À l’heure où les soi­gnants sont de nou­veau dans la rue et que, mal­gré la crise du Covid-​19, les hôpi­taux res­tent le parent pauvre de notre pays, cette plon­gée dans le ser­vice de néo­na­to­lo­gie d’une mater­ni­té aux abois vaut le détour...