Capture d’écran 2021 12 17 à 19.12.23
Anne Frank à gauche et Audrey Hepburn à droite © archives créative commons

Anne Frank, l'ombre dou­lou­reuse d'Audrey Hepburn

À l'heure où Ari Folman res­sus­cite Anne Franck dans un des­sin ani­mé, on peut se rap­pe­ler le pre­mier film sur le célèbre Journal. Audrey Hepburn est sol­li­ci­tée pour incar­ner la jeune juive hol­lan­daise dépor­tée et décé­dée en 1945 à Bergen-​Belsen, Audrey Hepburn mais refuse. Histoire d'une pudeur, et d'une proxi­mi­té méconnue.

1958. « I can't », répond Audrey Hepburn à Otto Frank, le père d'Anne, seul sur­vi­vant de la famille, venu lui deman­der en per­sonne d'interpréter sa fille au ciné­ma. La mère d'Audrey avait été une admi­ra­trice bien connue d'Hitler. Comment incar­ner Anne Frank, avec ce pas­sé fami­lial ? Pourtant, cette mère a rat­tra­pé ensuite son aveu­gle­ment par des actes ris­qués de résis­tance. La vraie rai­son du refus d'Audrey est autre : ce sont les liens com­muns entre leurs deux des­tins – à com­men­cer par leur année de nais­sance, 1929 – qui sont trop lourds à por­ter pour l'actrice.

Comme Anne Frank, Audrey Hepburn a pas­sé la guerre aux Pays-​Bas, le pays de sa mère. Audrey arrive d'Angleterre, Anne Frank d'Allemagne. Leurs parents pensent que l'Allemagne nazie res­pec­te­ra la neu­tra­li­té des Pays-​Bas, comme en 1914–1918 ; lourde erreur. La famille d'Anne est juive alle­mande et fuit la mort. La famille d'Audrey, chré­tienne, inter­na­tio­nale, cherche la meilleure vie pos­sible dans une Europe mena­çante. Anne comme Audrey souffrent cruel­le­ment de la guerre, de la faim et de la peur. Les proches assas­si­nés. La mai­greur d'Audrey, sa vie durant, pro­vient de la mal­nu­tri­tion de son enfance. Ses épi­sodes dépres­sifs aus­si. Sa mort d'un can­cer de l'appareil diges­tif, à 63 ans, est due aux séquelles de la faim. Mais elle a réa­li­sé le rêve qu'Anne confiait à « Kitty », son amie de papier : deve­nir une star hol­ly­woo­dienne. Elle est aus­si l'une des pre­mières à décou­vrir ce rêve.

Audrey Hepburn, l'une des pre­mières lec­trices au monde du Journal d'Anne Franck

En 1945, Audrey Hepburn a 16 ans. Elle démé­nage avec sa mère à Amsterdam dans un appar­te­ment qui se trouve en des­sous de celui de l'éditeur auquel Otto Frank a confié le pré­cieux écrit, retrou­vé au len­de­main de la guerre dans l'Annexe intact. L'éditeur appré­cie sa jeune voi­sine et lui donne le texte, son­geant qu'elle y sera sen­sible. « Je ne savais pas ce que j'allais lire. Cela m'a mar­quée à jamais », dira Audrey. « Il y eut des flots de larmes1 ». Une « cathar­sis » : « Cette enfant enfer­mée entre quatre murs avait écrit tout ce que j'avais res­sen­ti ». Une fille comme elle – mais juive, morte en dépor­ta­tion comme 75 % des Juifs néer­lan­dais. Brune aux yeux bruns, née la même année 1929, pas­sion­née de bal­let, comme elle, un tem­pé­ra­ment d'artiste, rêvant des feux de la rampe, et redou­tant de voir ses rêves bri­sés par le joug nazi.

Pour Audrey, Anne est réelle. Elle n'est pas ce mythe qu'elle est deve­nue ensuite. Sa mort aus­si. Elle a été l'une des pre­mières, après sa lec­ture, à rendre visite à l'Annexe où se cachèrent les Frank à Amsterdam. Une des pre­mières à voir les pho­tos de stars accro­chées par la jeune fille dis­pa­rue qui rêvait à Hollywood, bien avant que le lieu ne devienne un musée pour péle­ri­nage de masse. En ce qui concerne le pro­jet de film qu'elle refu­sa, George Stevens finit par le réa­li­ser en 1959, confiant le rôle prin­ci­pal à Millie Perkins. L'oeuvre rem­por­ta trois Oscars. Qui sait si Audrey Hepburn n'a pas incar­né Anne autre­ment qu'en la jouant ? En vivant plu­tôt la vie que celle-​ci avait rêvé d'avoir.

  1. Les pro­pos cités d'Audrey Hepburn ont été ras­sem­blés par Robert Matzen dans Dutch Girl : Audrey Hepburn and World War II, Mirror Books, 2021.[]
Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.