Harcèlement de rue : « L’éducation, c’est la clé »

A l’Ecole régio­nale de la deuxième chance de Nîmes, dans le Gard, des sta­giaires par­ti­cipent chaque semaine à des ate­liers d’écriture jour­na­lis­tique. Ils publient des articles dans le maga­zine de l’Ecole, L’œil de la Chance, et le blog Croco Infos.
Il y a quelques semaines, quatre sta­giaires Hadjer Saidj, Oriana Gwizdz, Sarah et Maeva, âgées de 17 à 20 ans, ont déci­dé d’écrire sur l’application de lutte contre le har­cè­le­ment de rue HandsAway.
Accompagnées par le jour­na­liste Eric Allermoz (que vous lisez de temps en temps dans Causette !), elles ont recher­ché des infor­ma­tions, éla­bo­ré des ques­tions, inter­viewé deux membres de l’association HandsAway et enfin rédi­gé un article, que nous publions ici.

EROZcEhX0AIO6hF
Campagne de pré­ven­tion de Handsaway © Handsawat /​/​TBWA

Depuis 2016, l'association HandsAway (qui signi­fie « bas les pattes ») lutte contre le har­cè­le­ment de rue. Grâce à la géo­lo­ca­li­sa­tion, cette appli­ca­tion mobile gra­tuite per­met aux femmes vic­times de vio­lences sexistes dans l’espace urbain ou les trans­ports en com­mun, d’alerter, témoi­gner et être sou­te­nues par des « Street Angels ». Le suc­cès est au rendez-​vous avec près de 100 000 utilisateur·trices. Mais l’application a été pira­tée et tem­po­rai­re­ment désac­ti­vée en juin der­nier. L’association ne baisse pas les bras et fera son retour en 2021. Encore plus forte ! Explications avec Juliette Maduli et Lisa Zmihi, deux membres de HandsAway.

Causette : Comment avez-​vous eu l’idée d’ouvrir l’application HandsAway ?
Juliette Maduli et Lisa Zmihi : Elle a été créée en 2016 par Alma Guirao. L’élément déclen­cheur a été une énième expé­rience de har­cè­le­ment : un homme assis en face d’elle, dans le métro, a tout d’un coup, sans rai­son, sor­ti son sexe devant elle, en toute impu­ni­té. Elle était com­plè­te­ment cho­quée. En sor­tant du métro, elle s’est dit qu’elle devait vrai­ment faire quelque chose, faire bou­ger les choses car cela concerne des mil­liers de femmes.

L’application a été pira­tée en juin der­nier. Que s’est-il pas­sé exac­te­ment ?
J.M. et L.Z. : Cela fait suite face à un hash­tag sur Twitter, #Iwas. Beaucoup de femmes ont témoi­gné des agres­sions sexuelles ou des viols qu’elles ont pu subir. Certaines d’entre elles ont recom­man­dé de télé­char­ger l’application HandsAway pour que la situa­tion soit un peu plus facile à gérer pour les vic­times.
Forcément, cela a créé le buzz et 45 000 nou­velles per­sonnes ont télé­char­gé l’application. Parmi elles, des groupes mal­veillants et des comptes frau­du­leux ont pol­lué l’application avec de très nom­breux pro­pos à carac­tère sexiste ou sexuel, l’envoi de fausses alertes d’agression, etc. Ils ont uti­li­sé cette oppor­tu­ni­té pour atta­quer une ini­tia­tive fémi­niste. Nous avons été contraintes dans la fou­lée de désac­ti­ver tem­po­rai­re­ment l’application.

Avez-​vous une date de la réou­ver­ture de l’application ? Comment évi­ter de subir une nou­velle attaque ?
J.M. et L.Z. : Nous aime­rions relan­cer l’application début 2021. Nous allons ren­for­cer la modé­ra­tion et la sécu­ri­té sur notre appli­ca­tion. Les utilisateur·rices pour­ront aler­ter de façon limi­tée, par exemple avec un maxi­mum de deux ou trois alertes ou com­men­taires par jour. Deuxième axe d’amélioration : une car­to­gra­phie va recen­ser les lieux de soin, d’écoute, d’aide aux vic­times, les hôpi­taux, les com­mis­sa­riats, les gen­dar­me­ries, sur tout le ter­ri­toire fran­çais et d’outre-mer. L’objectif est que les vic­times de har­cè­le­ment dans la rue puissent faci­le­ment se diri­ger vers un lieu sûr. En ce moment, des béné­voles font un vrai tra­vail de four­mis pour recen­ser dans chaque région ces lieux res­sources.

« Nous ani­mons des ate­liers de sen­si­bi­li­sa­tion et des for­ma­tions »

Quelles sont les autres mis­sions de l’association ?
J.M. et L.Z. : Nous ani­mons des ate­liers de sen­si­bi­li­sa­tion et des for­ma­tions auprès des étudiant.es, les personnel.les des éta­blis­se­ments supé­rieurs ou dans les entre­prises sur les thèmes liés aux vio­lences sexistes et sexuelles, du cybe­rhar­cè­le­ment, mais aus­si au recueil de la parole des vic­times et à l’identification des situa­tions à risque, sur le cybe­rhar­cè­le­ment. Nous inter­ve­nons aus­si auprès du grand public sur le har­cè­le­ment de rue, par exemple dans le cadre d’un par­te­na­riat avec la Féministerie, une pla­te­forme fémi­niste d’ateliers inter­ac­tifs en visio­con­fé­rence. Nous lan­çons des cam­pagnes de sen­si­bi­li­sa­tion. La der­nière en date s’appelle « Ceci n’est pas un consen­te­ment ».

Pourquoi vous êtes-​vous enga­gées dans cette asso­cia­tion ?
J.M. et L.Z. : C’est une cause qui nous tient à cœur. Nous avons été vic­times d’harcèlement de rue, et trou­vions affli­geant ce qui a été fait à l’application. Nous avions envie de faire bou­ger les choses, par­ti­ci­per à cette éner­gie. Pour nous, il est pri­mor­dial de s’engager à notre niveau, nous vou­lions donc ral­lier le mou­ve­ment.

Avez-​vous un témoi­gnage qui vous a tou­chées plus qu’un autre ?
J.M. et L.Z. : Celui de Marie1, vic­time de har­cè­le­ment de rue, nous a mar­qué. Un jour, Marie sort du métro à Paris, et monte les esca­liers pour sor­tir de la sta­tion. Ce jour-​là, elle est en jupe sans col­lants. Quand tout à coup, elle sent quelque chose de froid entre ses jambes. Elle se retourne, et voit un homme der­rière elle fil­mant sous sa jupe avec un télé­phone. Elle hurle de sur­prise et l’homme part en cou­rant. Des per­sonnes de la RATP, aler­tées par ses cris, essayent de rat­tra­per l’homme. Marie est lais­sée seule dans la sta­tion, per­sonne n’est venu l’aider suite à ce choc. A ce jour, elle ne sait tou­jours pas ce que sont deve­nues les vidéos et les pho­tos.

« C’est un fait de socié­té ins­crit dans une culture patriar­cale que nous consi­dé­rons comme dépas­sée »

Depuis le vote de la loi de 2018 sur la lutte contre les vio­lence sexiste et sexuelle, avez – vous consta­té une dif­fé­rence ?
J.M. et L.Z. : Cette loi est un pas en avant puisqu’elle recon­naît le har­cè­le­ment de rue, cela va donc dans le bon sens. Malgré cette avan­cée, nous pen­sons que cela ne suf­fit pas et qu’il fau­drait l’accompagner d’autres mesures (for­ma­tions, sen­si­bi­li­sa­tions, actions de ter­rain…). Mais le gros point néga­tif de cette loi, c’est que l’agresseur doit être pris en fla­grant délit pour être ver­ba­li­sé, ce qui reste très peu pro­bable.

Est-​ce que le taux de har­cè­le­ment de rue a aug­men­té ou dimi­nué en 2020 ?
J.M. et L.Z. : C’est com­pli­qué de chif­frer une hausse ou une baisse, car très peu de vic­times osent en par­ler aux forces de l’ordre. Tout dépend du nombre de plaintes dépo­sées. Rappelons que 25 %des femmes âgées de 20 à 69 ans déclare avoir subi au moins une forme de vio­lence dans l’espace public au cours des 12 der­niers mois, soit envi­ron 5 mil­lions de femmes vic­times chaque année et donc 13 700 par jour.

Comment pourrions-​nous lut­ter plus effi­ca­ce­ment contre le har­cè­le­ment de rue ?
J.M. et L.Z. : C’est une vaste ques­tion. C’est com­pli­qué de lut­ter contre un com­por­te­ment. C’est un fait de socié­té ins­crit dans une « culture patriar­cale » que nous consi­dé­rons comme dépas­sée et que nous sou­hai­tons faire évo­luer. Il faut sen­si­bi­li­ser, for­mer contre ces com­por­te­ments mal­veillants qui n’ont plus lieu d’être dans la rue aujourd’hui. Le tra­vail des asso­cia­tions sur le ter­rain est pri­mor­dial. On pour­rait aus­si se dire que mettre des camé­ras par­tout et fil­mer les com­por­te­ments sexistes dans la rue, mais cela est trop com­pli­qué à mettre en place. Il faut édu­quer les hommes et les femmes à ne pas se com­por­ter comme ça. L’éducation est la clé. C’est une décons­truc­tion tout au long de la vie, dès le plus jeune âge, au col­lège, au lycée mais aus­si en entre­prise. Car au cours de sa car­rière, une femme sur trois sera har­ce­lée ou agres­sée sur son lieu de tra­vail.


La règle des « 5 D » pour aider une per­sonne har­ce­lée

Juliette Maduli et Lisa Zmihi rap­pellent la méthode pour aider une vic­time de har­cè­le­ment et inter­ve­nir en sécu­ri­té.

Distraire : Intervenir de manière indi­recte pour évi­ter que la situa­tion ne dégé­nère et détour­ner l’attention de l’harceleur : deman­der son che­min ou l‘heure, faire tom­ber quelque chose, etc.
Déléguer : Repérer une per­sonne repré­sen­tant l’autorité (conducteur·rice de bus, agent.e de sécu­ri­té, gérant.e de bar, policier.es, etc.) et deman­der de l’aide.
Documenter : Filmer l’incident, prendre des pho­tos, rele­ver la plaque d’immatriculation pour aider la vic­time si elle porte plainte.
Diriger : C’est l’approche la plus fron­tale. Après avoir éva­lué sa propre sécu­ri­té, il s’agit d’intervenir, défendre la vic­time, deman­der à l’harceleur d’arrêter, deman­der de l’aide autour de soi en évi­tant de se mettre en dan­ger.
Dialoguer : Dès que l’incident est ter­mi­né, dis­cu­ter et ras­su­rer la vic­time.

  1. le pré­nom a été modi­fié[]
Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  


Idées Cadeaux Causette

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés