Capture d’écran 2022 12 27 à 14.07.19
Manifestation en hommage aux trois militant·es kurdes tué·es par balle, vendredi 23 décembre. Lundi 26 décembre, place de la république, Paris. ©Capture d'écran BFM-TV.

Qui était Emine Kara, la mili­tante kurde assas­si­née le 23 décembre rue d’Enghien ?

Emine Kara, l'une des trois per­sonnes assas­si­nées le 23 décembre der­nier rue d’Enghien dans le Xe arron­dis­se­ment de Paris, était res­pon­sable du Mouvement des femmes kurdes en France.

Elle était aus­si connue sous le nom de guerre d’Evin Goyi. En kurde, Evin veut dire « amour ». Vendredi 23 décembre, Emine Kara de son vrai nom a été tuée par balle par un homme qui a ouvert le feu à plu­sieurs reprises peu avant midi, dans et devant le centre cultu­rel kurde Ahmet Kaya rue d’Enghien, dans le Xe arron­dis­se­ment de Paris. Deux autres hommes ont éga­le­ment été tués dans cette fusillade – dont le chan­teur kurde et réfu­gié poli­tique Mir Perwer – et trois per­sonnes ont été bles­sées. Les trois vic­times, toutes Kurdes, étaient des membres investi·es dans leur communauté.

Ce jour-​là, cette femme de 48 ans bien connue de la dia­spo­ra kurde en France devait d’ailleurs par­ti­ci­per à une réunion de pré­pa­ra­tion du dixième anni­ver­saire de l’assassinat de trois mili­tantes kurdes tuées rue Lafayette à Paris le 9 jan­vier 2013, selon le Conseil démo­cra­tique kurde de France (CDK‑F), cité par Libération. Mais ce rendez-​vous avait été reporté[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés