thumbnail msm 9750
Le mariage de Christophe Beaugrand et de Ghislain Gerin (©Christophe Beaugrand)

« Je me suis dit qu'il fal­lait mon­trer notre amour au plus grand monde » : Christophe Beaugrand-​Gerin se rap­pelle de l'émotion res­sen­tie lors de son mariage

Série "10 bou­gies arc-​en-​ciel", 5/​6

Le 17 mai 2023 marque les dix ans de la pro­mul­ga­tion de la loi Taubira, ouvrant le mariage et l'adoption aux couples de même sexe. À cette occa­sion, Causette donne la parole à des per­son­na­li­tés, artistes et poli­tiques, pour savoir com­ment ils et elles ont vécu cette période et com­ment cette avan­cée a chan­gé (ou non) leur vie. Dans ce cin­quième épi­sode, le jour­na­liste Christophe Beaugrand se sou­vient de l'émotion res­sen­tie au moment de s'unir à com­pa­gnon Ghislain Gerin.

"J'ai su très jeune que j'étais homo­sexuel. À l'époque, le mariage me sem­blait impos­sible. Mais ce n'est pas ça qui me coû­tait le plus. Car, chez moi, on est très famille. Je n’arrivais alors pas à me pro­je­ter sans pou­voir en fon­der une, sans avoir des enfants. En 2013, je voyais donc encore le mariage comme moins impor­tant, même si je me bat­tais pour, en signant des tri­bunes et péti­tions, par exemple. Mais toutes les mani­fes­ta­tions des anti m’ont mar­qué. Elles ont été d'une vio­lence… J'ai été plus tou­ché que je ne l'aurais cru : je me suis retrou­vé en larmes devant la télé­vi­sion quand il y avait 1 mil­lion de per­sonnes dans la rue. Cette mobi­li­sa­tion des oppo­sants a presque créé mon envie de m'unir à Ghislain. Nous avons tel­le­ment galé­ré pour avoir ce droit. Je me suis dit qu’il fal­lait l’utiliser et mon­trer notre amour au plus grand monde. 

Nous nous sommes unis à la mai­rie du VIIIe arron­dis­se­ment de Paris, en juillet 2018. J’ai trou­vé hyper émou­vant de rece­voir le livret de famille, avec la cou­ver­ture en velours bleu et les grandes lettres d'or disant “République fran­çaise”. Quand j’étais enfant, j’étais loin d’imaginer qu’un jour tout cela serait pos­sible. Je me suis dit : “Mon Dieu, mais quel che­min par­cou­ru !” Nous avons d'ailleurs choi­si de publier dans Gala les pho­to­gra­phies du mariage pour cas­ser les fan­tasmes que cer­tains pou­vaient encore nour­rir sur les couples homos. 

Pour la plu­part de mes proches, il s’agissait de la pre­mière fois qu’ils se ren­daient à un mariage entre deux per­sonnes de même sexe. Tous m'ont fait part d’une émo­tion sup­plé­men­taire res­sen­tie lors de cet évé­ne­ment. Souvent, cela n'a pas for­cé­ment été facile de s'accepter et de se sen­tir accep­ter dans la socié­té. On sait aus­si que ces his­toires d'amour-là ont été un peu plus com­pli­quées que les autres. Parfois, le ou la par­te­naire de la per­sonne n'a pas du tout été accep­té par la famille au début. On s'est bat­tus pour ce droit et pour cette accep­ta­tion. Je pense qu'il y a donc encore plus d'émotion dans ces mariages-​là et que l'amour est d’autant plus fort, vu tous les obs­tacles affron­tés. Tout le monde était très heu­reux lors de mon mariage. Il y avait vrai­ment quelque chose de l’ordre du sou­la­ge­ment aus­si, de se dire que c'était enfin possible.

En paral­lèle de l'organisation du mariage, nous avions lan­cé une pro­cé­dure de GPA aux États-​Unis. Ce qui est assez mar­rant, c'est que quelques jours avant la céré­mo­nie, nous avons appris que ça avait fonc­tion­né, que nos embryons "avaient pris" et que nous pou­vions cher­cher une mère por­teuse. Ça a été une espèce de cadeau de mariage extra­or­di­naire. Mais nous n'avons rien dit, sur­tout pas à nos mamans res­pec­tives, car ce sont de grandes angois­sées. Nous leur avons dit assez tard, une fois que notre mère por­teuse, Whitney, était enceinte. Notre enfant est né en novembre 2019. Je le vis comme un abou­tis­se­ment. Quand j'y pense, d'ailleurs, nous nous sommes mariés avant d'avoir le bébé. Je rigole en me disant que nous incar­nons un peu un couple à l'ancienne, un peu vieille France !"

Épisode 4 – « Ma fille était effa­rée » : l'ancienne dépu­tée LaREM Laurence Vanceunebrock revient sur les défi­lés de la Manif pour tous

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.