fbpx

Ginette Planson, l'ouvrière qui a rache­té son usine

Après l’incendie de son ate­lier en 1979, Ginette Planson, ouvrière, a relan­cé une acti­vi­té dans le sous-​sol de sa mai­son en récu­pé­rant des machines des­ti­nées à la casse. Vingt ans plus tard, elle rache­tait l’usine, qu’elle dirige tou­jours.

Ginette Planson
© Collection per­son­nelle

C’était un soir de l’été 1979. Ginette Planson, 37 ans, ouvrière au sein des éta­blis­se­ments Couesnon, à Château-​Thierry (Aisne), décroche son télé­phone. Les nou­velles sont mau­vaises. Son usine est en feu. Depuis dix-​neuf ans, Ginette confec­tion­nait, aux côtés de six autres ouvrières, les étuis en cuir pour les ins­tru­ments de musique à vent et les per­cus­sions, fabri­qués par Couesnon, lea­der mon­dial dans son domaine au début du XXe siècle, qui employait alors 165 ouvriers. 

« L’incendie était cri­mi­nel, nous en étions tous per­sua­dés, même le maire. Mais on n’a jamais pu le prou­ver. » Ce jour-​là, tous les stocks dis­pa­raissent, ain­si que plu­sieurs ate­liers. « C’était la fer­me­ture pour les vacances, le lieu était vide. Je n’ai pas pen­sé tout de suite que mon bou­lot par­tait en fumée. En ren­trant chez moi, je me suis dit : “Maintenant, que vais-​je faire ?” » Seule une petite dizaine de postes sont sau­vés, dont celui de son mari. Mais pas de miracle pour les six filles de la confec­tion. Élue avant l’incendie au comi­té d’entreprise, Ginette garde néan­moins le contact avec ses col­lègues d’infortune. « Je les retrou­vais tous les ven­dre­dis. Un jour, j’ai vu les machines dehors, sous la pluie. Je ne sais pas ce qui m’a pris. J’ai deman­dé au PDG ce qu’elles allaient deve­nir. » La réponse lui glace le sang : la fer­raille. Elle les rachète. « Cela m’a[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
216147 France Danemark Feminine   Match amical  avril 2019

Celles qui vont faire le show

Cette sélection de onze joueuses, établie d’après les différentes équipes alignées par la coach lors des derniers matchs amicaux et deux ou trois « paris » de Causette, devrait se retrouver sur le terrain.