fbpx
Police Dessin
Dessin publié le 13 novembre 2019 sur le compte Instagram de Lokz © Lokz Phoenix

Lokz Phoenix : des des­sins et un cœur bat­tant pour la démo­cra­tie de Hong Kong

Lokz Phoenix est illus­tra­trice. Installée depuis quatre ans à Paris, cette Hongkongaise qui a navi­gué dans le milieu de la mode des­sine aujourd'hui de plan­tu­reuses bai­gneuses, pour rendre aux femmes leurs vrais corps. Surtout, elle garde un œil sur la répres­sion poli­tique à l’œuvre dans son pays. Nous l'avons ren­con­trée pour dis­cu­ter de son tra­vail et de la crise à Hong Kong.

« C’est para­doxa­le­ment depuis la France que j’ai redé­cou­vert ma ville d’origine », raconte Lokz Phoenix, 34 ans, atta­blée dans un café pari­sien. Quand elle débarque, elle com­prend que tous les bus du monde n’ont pas deux niveaux, que par­ler cou­ram­ment anglais n’est pas mon­naie cou­rante et que por­ter un deuxième pré­nom anglais n’est pas une obli­ga­tion. Bref, Lokz, 30 ans à l’époque, prend la mesure de l’empreinte cultu­relle bri­tan­nique spé­ci­fique et per­sis­tante à Hong Kong.

À la base, son séjour en France ne devait durer que six mois, le temps de chan­ger d’air et de cas­ser la mono­to­nie de sa vie hong­kon­gaise. Lokz n’utilisera fina­le­ment pas son billet retour, « car les hasards de la vie et les ren­contres, les oppor­tu­ni­tés de [s]’épa­nouir dans [s]on métier d’illustratrice [la] font res­ter ». L’illustration – la plu­part du temps aqua­relle ou pein­ture acry­lique –, l’indisciplinée Lokz a là encore plon­gé dedans pour se sous­traire à son quo­ti­dien un peu ron­flant alors qu’elle tra­vaille en tant que gra­phiste pour une marque hong­kon­gaise. « Je n’ai jamais pris de cours de des­sins, j’avais fait des études de gra­phisme. Mais à force d’évoluer dans la boîte, je me suis retrou­vée à un poste où je ne fai­sais plus que mana­ger, sans plus créer », raconte celle qui, dans une socié­té hong­kon­gaise où les rôles sont encore très gen­rés, avait subi les remarques de son patron sur son manque de poli­tesse sup­po­sé parce qu’elle se refu­sait à por­ter du maquillage. Sa pre­mière expo­si­tion per­son­nelle à Hong Kong, juste avant son départ en France, est d’ailleurs une sorte de fuck au milieu de la mode et à sa manie de pho­to­sho­per les corps des femmes, hanches affi­nées, seins décuplés.

Inspirées de ses sou­ve­nirs de bains publics japo­nais, ces bai­gneuses tout en forme célèbrent les corps fémi­nins réa­listes, comme une manière de retrou­ver des canons de beau­té per­dus. « Avant le XXè siècle, les plus belles femmes chi­noises étaient celles que l’on consi­dè­re­rait aujourd’hui grosses, remet-​elle. Leur large taille était syno­nyme de richesse et de fer­ti­li­té. Aujourd’hui comme en France, on aime les filles tou­jours plus fines. »

L’influence de l’empire bri­tan­nique puis de la Grande-​Bretagne a contri­bué à sculp­ter les critères[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
sharrock iraq flamingos hd 18 a

Irak : le vol sans retour des fla­mants roses

Au sud-est de Bagdad, dans la province marécageuse de Maysan, un important braconnage de cet échassier migrateur secoue une région marquée par les trafics et la pauvreté. Les autorités ne s’attaquent que timidement à cette activité illégale...