Capture d’écran 2022 02 04 à 17.38.03

Sexe et JO : l’important, c’est de prendre son pied

Militant de la lutte contre le sida, le Dr Kpote inter­vient depuis une ving­taine d’années dans les lycées et centres d’apprentissage d’Île-de-France comme « ani­ma­teur de pré­ven­tion ». Il ­ren­contre des dizaines de jeunes avec lesquel·les il échange sur la sexua­li­té et les conduites addictives. 

Tous les quatre étés, vautré·es dans nos cana­pés, nous sommes des mil­lions à nous rin­cer l’œil sur des pecs et des abdos sculp­tés, des cuisses fermes et des petits culs bien mus­clés. C’est le temps des olym­piades et des gla­çons dans la limo­nade. Émoustillé·es par la cha­leur des après-​midi esti­vaux, il nous arrive même de tom­ber le pentath­lon pour pas­ser au saut d’obstacles, le salon se trans­for­mant alors en ter­rain de jeux éro­tiques, pra­ti­qués en indi­vi­duel ou en équipe. 

Il ne vous a pas échap­pé que la flamme a quit­té Tokyo et le pays des hen­tai1 pour venir incen­dier celui du French kiss. Mais êtes-​vous prêt·es pour Paris 2024 ? Saviez-​vous, par exemple, qu’un rap­port dure en moyenne 7,3 minutes, soit le temps qu’il faut à un Éthiopien pour plier un 3 000 mètres ? Fort de cette info, vous convien­drez qu’il vaut mieux choi­sir une course de fond pour s’envoyer en l’air devant sa télé plu­tôt qu’un 100 mètres orches­tré par la fusée Bolt, qui, après 9 secondes de bon­heur pré­coce, vous expo­se­ra au micro et aux pos­tillons d’un Nelson Monfort tou­jours au top de la syn­thèse : « So it was a quick but won­der­ful coït. » (C’était un coït rapide mais merveilleux.)

Citius, Altius, Fortius (« plus vite, plus haut, plus fort », devise des JO), il y a bien un lien entre sexua­li­té et sport ! Pour preuve, aux Jeux d’hiver, en 2018, à Pyeongchang (Corée du Sud), l’appli­cation de ren­contre Tinder avait vu son uti­li­sa­tion grim­per de 350 % et à Rio (Brésil), près de 450 000 pré­ser­va­tifs avaient été dis­tri­bués aux athlètes. 

En même temps, quand on réunit sur trois semaines près de 11 000 jeunes au top de leur forme phy­sique, bourré·es d’hormones de syn­thèse et de sti­mu­lants en tout genre, en plein pic de dopa­mine, on est en droit de s’attendre à un sacré cock­tail de fluides échangés !

Forcément sen­sibles à toutes ces per­for­mances, les jeunes n’en finissent pas de me ques­tion­ner sur la dimen­sion phy­sique de la sexua­li­té. Le fameux « sport en chambre » n’est tou­jours pas une expres­sion désuète tant ils sont nom­breux les grands spé­cia­listes du va-​et-​vient, prêts à ris­quer l’accident cardio-​vasculaire, dopés au Viagra ou à d’autres vaso­di­la­ta­teurs illé­gaux. « Prêts à tout pour tirer à balles réelles [sans capotes, ndlr] », m’avait résu­mé une équipe de tireurs en chambre pari­sienne qui visait pro­ba­ble­ment la médaille d’or de la contamination. 

Dans ce contexte, cer­tains me posent la ques­tion ultime : « Monsieur, le plus impor­tant, c’est la taille ou le car­dio ? » On aurait pu convo­quer Tony Estanguet, pré­sident du Comité d’organisation des Jeux olym­piques et para­lym­piques de Paris 2024, pour y répondre, mais je doute que sa réponse les eût satis­faits vu que le bon­homme était plu­tôt un adepte des plai­sirs soli­taires dans son canoë mono­place. Mais ces jeunes qui font réfé­rence au car­dio parlent-​ils d’une mon­tée en puis­sance rapide sui­vie d’une bonne tenue de l’exercice ? Font-​ils réfé­rence à l’endurance cardio-​vasculaire, soit la capa­ci­té de pour­suivre pen­dant un cer­tain temps un effort modé­ré sol­li­ci­tant l’ensemble des muscles ? « Alors les gars, à fond ou long­temps ? » me suis-​je ris­qué « Les deux ! » m’ont répon­du des CAP ­com­merce pas avares dans l’effort.

Je leur ai deman­dé si, au regard de cette liai­son sexualité-​sport, ils envi­sa­ge­raient que le cul intègre les épreuves des pro­chains JO dans la capi­tale de l’amour ? Celui-​ci pour­rait se pra­ti­quer en double mixte ou pas, en indi­vi­duel ou en équipe, voire en para­lym­pique avec assistant·es sexuel·les… 

Ils étaient chauds au point d’imaginer un pro­gramme d’entraînement. Question agrès et matos, cette géné­ra­tion Pornhub pré­fère se four­nir sur Ruedesplaisirs.com plu­tôt qu’au Decathlon du coin. D’ailleurs, quand ils vident leurs sacs, ça vibre sur la moquette. À 15 ans, ils te font croire qu’ils gèrent du sex­toy, des plugs2 et du matos BDSM bien mieux que des hal­tères ou une corde à sauter. 

On a cau­sé échauf­fe­ment, car il ne fal­lait pas ris­quer une déchi­rure mus­cu­laire avant la com­pète. « L’échauffement, c’est les pré­lis !, m’a balan­cé avec un grand sou­rire l’un d’eux. Ça peut aus­si être une petite bran­lette aux gogues avant, his­toire de pro­po­ser du jus bien frais à la meuf. » « Et on dure plus long­temps si on s’est bran­lé avant », ont ajou­té deux autres, en vieux bris­cards de la dis­ci­pline. J’ai clai­re­ment signi­fié que ne pas s’échauffer cor­rec­te­ment – pré­pa­rer certes son pénis mais aus­si mobi­li­ser les glandes du vagin pour bien lubri­fier –, c’est ris­quer la bles­sure, la dou­leur et pro­ba­ble­ment le trau­ma qui va avec pour la suite de sa car­rière sexuelle. J’ai évo­qué le vagi­nisme et les dys­pa­reu­nies3, la rup­ture du frein et la bala­nite4, sans occul­ter le pria­pisme5 pour les mara­tho­niens de l’érection. En 2024, pour accom­pa­gner nos ath­lètes, nous aurons besoin autant de sexos que d’osthéos. 

Le mec se voyait bien taper la série de pompes au-​dessus de sa par­te­naire, his­toire de s’échauffer, gal­vau­dant un peu trop, à mon goût, la pré­pa­ra­tion men­tale. Galvanisé par leur ima­gi­na­tion, j’ai intro­ni­sé un cer­tain baron Pierre de Libertin et décré­té que « le plus impor­tant n’était pas de gagner mais de prendre son pied »

La ques­tion du clas­se­ment des parti­cipants pour la remise des médailles se posait : une note esthé­tique comme au pati­nage ou la gym au sol pou­vait être envi­sa­gée, sou­le­vant les éter­nels débats sur la pro­bi­té des juges. La per­for­mance pou­vait aus­si être notée sur la durée du coït, sur l’intensité sonore des orgasmes du couple, le nombre de figures impo­sées réa­li­sées et celles tota­le­ment libres pro­po­sées par les ath­lètes. J’ai impo­sé un « cri­tère qua­li­té de la rela­tion, com­pli­ci­té et res­pect », qu’ils ont accep­té sans rechigner. 

Pour clore le débat, je me suis essayé à l’interview post-​podium : « Je me suis mis au ser­vice de mes par­te­naires. J’ai éle­vé mon niveau de jeu. J’ai tout don­né. Je remer­cie mon entraî­neur et ma famille sans qui je n’aurais jamais autant per­for­mé. » Quand j’ai évo­qué la famille, j’ai sen­ti que j’avais pous­sé un peu trop loin la blague. On ne remer­cie pas ses daron·nes après une bonne baise. En 2020, à Tokyo, la France a car­ton­né en sports col­lec­tifs. Cette élé­va­tion de notre niveau de jeu en gang bang ou en par­touze nous laisse beau­coup d’espoir pour les JO de 2024. Et qui sait, serons-​nous enfin débarrassé·es des gestes bar­rières pour pou­voir plei­ne­ment en pro­fi­ter ? Reste tout de même à régler le pro­blème de la dif­fu­sion des épreuves, à l’heure où les géants du porn sont dans le viseur du CSA.

[email protected] et sur Facebook/​Twitter

  1. Mangas à carac­tère por­no­gra­phique.[]
  2. Godemichets, géné­ra­le­ment anaux.[]
  3. Douleurs res­sen­ties lors des rap­ports sexuels.[]
  4. Inflammation du gland.[]
  5. État d’érection intense et pro­lon­gée, sou­vent très dou­lou­reuse.[]
Partager
Articles liés
feuilles2 A

Vulvothérapie lit­té­raire

Lire des textes érotiques pour guérir ses douleurs gynécologiques. Des patient·es et des soignant·es témoignent de l’efficacité de la méthode dans les soins du vaginisme et des dyspareunies.

grayscale photo of person using MacBook

Sugar Daddy is back

Depuis les accusations de proxénétisme visant le site SugarDaddy, sur lequel des hommes mûrs se payaient une cure de jouvence tarifée auprès d’étudiantes, je pensais que les « papas sucrés » étaient définitivement canceled sur la Toile...

orgasme1 cmjn

Douloureuse jouis­sance

Parler de « mau­vais orgasmes » semble rele­ver de l’oxymore. Pourtant, orgasme et réel plai­sir ne sont pas tou­jours syno­nymes. La recherche s’est mise à ana­ly­ser le sujet, éclai­rant un peu plus les méca­niques de la jouissance...

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.