fbpx

Awa-​Eve Sissoko : « Lutter contre la dépig­men­ta­tion des peaux noires, c'est lut­ter contre le racisme et le colo­risme »

Chargée de com­mu­ni­ca­tion digi­tale pour l'association Esprit d'ébène, Awa-​Eve Sissoko, mili­tante anti-​dépigmentation, nous a accor­dé un grand entre­tien sur le phé­no­mène.

awa eve sissoko
Awa-​Eve Sissoko © DR

C’est au détour d’un tweet épin­glant une bou­tique en ligne ven­dant sur Facebook des crèmes éclair­cis­santes pour bébés que nous avons fait sa connais­sance. Awa Eve Sissoko, 25 ans, gère le compte Twitter @StopDepig, de l’association Esprit d’ébène. Fraîchement diplô­mée d’un mas­ter en droit inter­na­tio­nal, la jeune femme qui sou­haite pas­ser le bar­reau milite depuis 2018 pour dif­fu­ser les connais­sances autour des risques pour la san­té (autant phy­sique que psy­cho­lo­gique) des pro­duits éclair­cis­sants pour les peaux noires. Pour l’heure en France, la Direction géné­rale de la concur­rence, de la consom­ma­tion et de la répres­sion des fraudes (DGCCRF) se borne à recom­man­der aux consom­ma­teurs de ne pas uti­li­ser les crèmes les plus toxiques par­mi ces pro­duits. Prévention, accom­pa­gne­ment des per­sonnes qui sou­haitent se débar­ras­ser de cette mau­vaise habi­tude cos­mé­tique et inter­pel­la­tion des pou­voirs publics pour qu’ils s’emparent du sujet : Awa a accep­té de répondre à notre inter­view sur la mis­sion qu’Esprit d’ébène s’est confiée.

Causette : Vous êtes char­gée de com­mu­ni­ca­tion digi­tale chez Esprit d’ébène. Pourquoi vous être enga­gée dans cette asso­cia­tion ?
Awa-​Eve Sissoko : J’ai tou­jours vou­lu rejoindre une asso­cia­tion et lorsque j’ai enten­du par­ler de celle-​ci, j’ai su que c’était la bonne. Le phé­no­mène de dépig­men­ta­tion, j’ai gran­di avec. Mes parents nous ont tou­jours trans­mis l’idée que nous étions belles telles quelles mes sœurs et moi mais j’ai par contre pas­sé mon enfance à voir les pha­langes de mes tantes et mes cou­sines s’éclaircir sous l’effet des crèmes dont elles se badi­geon­naient. Il y avait aus­si cette voi­sine, dont la peau était brû­lée, mais que cela n’a pas empê­chée de pra­ti­quer l’éclaircissement sur son enfant. Et un jour, alors que je par­ti­ci­pais à une réunion du Comité Justice pour Adama à Beaumont, j’ai vu cette femme arri­ver avec ses trois enfants dépig­men­tés… Il est d’autant plus facile de tom­ber dans la dépig­men­ta­tion quand sa mère, ses tantes, ses grandes-​sœurs le font. Dans cer­taines familles, c’est anor­mal de ne pas le faire. Cela me sou­lève le cœur, je me suis dit que je vou­lais par­ti­ci­per à déblo­quer le débat à ce sujet, com­prendre pour­quoi c’était pra­ti­qué, et com­ment le décons­truire. 

Début jan­vier, votre compte @StopDepig dénon­çait sur Twitter la réclame sur Facebook de Teint bébé Cosmetics, une bou­tique située en Côte d’Ivoire pro­po­sant des crèmes éclair­cis­santes pour très jeunes enfants, avec force pho­tos avant /​après. Grâce à votre mobi­li­sa­tion en ligne comme à celle de femmes des pays d’Afrique fran­co­phone, la page a été sup­pri­mée. Cette pra­tique qui consiste à dépig­men­ter son enfant existe-​t-​elle éga­le­ment en France ?
A.-E.S. : Ici c’est une pra­tique dis­crète, car ces pro­duits se vendent de manière assez infor­melle, mais je l’ai vue de mes propres yeux. Pas plus tard qu’il y a quelques jours, je suis pas­sée devant une bou­tique de cos­mé­tiques du quar­tier Strasbourg-​Saint-​Denis à Paris et la vitrine pro­po­sait toute une gamme de pro­duits des­ti­nés aux enfants. Les fabri­cants rusent et n’utiliseront pas le terme “éclair­cis­sant” mais “teint uni­fiant”, ce qui, pour celles et ceux qui les recherchent, revient au même. Ce sont des gens qui s’éclaircissent la peau eux-​mêmes, en pen­sant que c’est pour leur bien, donc tout natu­rel­le­ment, ils sou­haitent aus­si que leurs enfants béné­fi­cient de cet éclair­cis­se­ment. 

Peut-​on quan­ti­fier la dépig­men­ta­tion en France ?
A.-E.S. : Il n’y a mal­heu­reu­se­ment pas de chiffres dis­po­nibles, contrai­re­ment au monde anglo-​saxon où des études ont été menées par les pou­voirs publics. Mais c’est un phé­no­mène assez répan­du, de ce que nous pou­vons en voir. 
Il y a des bou­tiques spé­cia­li­sées en afro-​cosmétiques qui vendent des pro­duits impor­tés, mais aus­si un phé­no­mène de concoc­tion de for­mules éclair­cis­santes mai­son, en détour­nant de leur usage des pro­duits des­ti­nés à tout autre chose. 
Par exemple, l’hydroquinone, qui est recom­man­dé pour trai­ter des pro­blèmes de peau type eczé­ma, a beau avoir été pla­fon­né dans des pro­duits de marques de para­phar­ma­cie, il est aujourd’hui mélan­gé ou uti­li­sé à forte dose pour blan­chir la peau. De même que le glu­ta­thion, uti­li­sé pour trai­ter la mala­die de Parkinson.

D’où vient cette pra­tique ?
A.-E.S. : Grâce aux tra­vaux d’Aude Mouyanaga, doc­to­rante en his­toire et char­gée de plai­doyer chez Esprit d’ébène, nous savons que les inéga­li­tés sociales d’une part, la colo­ni­sa­tion et le racisme struc­tu­rel d’autre part ont favo­ri­sé une hié­rar­chi­sa­tion des cou­leurs de peau, qu’on appelle le colo­risme. Jusqu’à très récem­ment, en tout temps et en tout lieu, plus la peau était fon­cée, plus cela était syno­nyme de pau­vre­té car c’était les pay­sans et les ouvriers qui étaient expo­sés au soleil, les plus pauvres donc. Les per­sonnes riches et en haut de l’échelle sociale avaient le pri­vi­lège de l’intérieur et donc d’une peau plus claire.
Avec la décou­verte des autres mondes par les Européens, la colo­ni­sa­tion et l’esclavage, les plus clairs ont sou­mis les plus fon­cés, c’est à dire les noirs. Les puis­sants, ceux en haut de l’échelle sociale, ce sont les blancs, idée qui a sur­vé­cu à l’abolition de l’esclavage et per­siste encore aujourd’hui.
Il y a donc eu une inté­rio­ri­sa­tion de ces inéga­li­tés de cou­leur de peau chez les per­sonnes noires, de ce racisme, et la dépig­men­ta­tion a semble-​t-​il débu­té dans les années 60 aux Etats-​Unis, alors même que la com­mu­nau­té noire se bat­tait pour les droits civiques et l’abolition de la ségré­ga­tion. Les ouvriers noirs qui tra­vaillaient sans pro­tec­tion aucune dans les usines tex­tiles fabri­quant le jeans se sont ren­dus compte que les pro­duits uti­li­sés pour déla­ver la toile blan­chis­saient leurs mains. Ils ont sor­ti ces pro­duits hau­te­ment toxiques des usines et les ont détour­né de leur uti­li­sa­tion pre­mière pour blan­chir leur peau afin d’être mieux tolé­rés dans la socié­té amé­ri­caine ségré­ga­tion­niste. Derrière ce phé­no­mène, il y a cette ter­rible idée : “Je n’ai plus envie de subir ma cou­leur de peau dans cette ambiance raciste, pour­vu que l’éclaircissement que je m’impose s’accompagne d’une mobi­li­té sociale.”

Quelles sont les consé­quences de la dépig­men­ta­tion pour la san­té ?
A.-E.S. : Tout d’abord, s’éclaircir la peau arti­fi­ciel­le­ment relève d’un puis­sant com­plexe et d’un malaise vis-​à-​vis de soi plus ou moins conscient – car cer­taines le font par tra­di­tion fami­liale, ayant vu leurs mères, leurs tantes, leurs sœurs faire de même. Ensuite, en uti­li­sant un pro­duit éclair­cis­sant, au mieux, vous tom­bez sur une arnaque et cela ne marche pas. Mais lorsque le pro­duit fonc­tionne (qu’il s’agisse d’une crème, d’injections ou de pro­duits à ingé­rer), cela peut vous abî­mer très dura­ble­ment la san­té.
Les gens ont ten­dance à oublier que leur peau est un organe, qui est for­te­ment agres­sé par cet effort conti­nu pour le blan­chir. Il faut savoir que ces pro­duits contiennent par­fois du mer­cure ! L’épiderme s’affaiblit, la peau est lit­té­ra­le­ment brû­lée, vieillit pré­ma­tu­ré­ment, elle ne peut plus jouer son rôle pro­tec­teur. Cela peut entraî­ner des can­cers.
Récemment, nous avons relayé sur nos réseaux sociaux une affaire ter­rible : à Bamako au Mali, une jeune femme est décé­dée des suites de sa dépig­men­ta­tion for­ce­née. Elle était enceinte et a dû accou­cher par césa­rienne. La peau n’a jamais pu cica­tri­ser, car elle était trop affai­blie, et elle est morte d’une hémor­ra­gie.

Ce sont prin­ci­pa­le­ment les femmes qui ont recours à la dépig­men­ta­tion…
A.-E.S. : Oui, car ce sont elles qui portent le plus gros poids des dik­tats de beau­té de notre socié­té. L’éclaircissement – et c’est le gros pro­blème – est per­çu comme un soin de la peau, un fac­teur de bien-​être, qui rentre dans le logi­ciel de pen­sée qui veut qu’une femme doit être apprê­tée. Pour un pro­duit de beau­té mas­cu­lin, vous en trou­ve­rez dix décli­nai­sons pour les femmes.
Et puis, il y a ce cri­tère esthé­tique mas­cu­lin qui fait que plus vous êtes claires, plus vous êtes bonnes à marier. Cet état d’esprit a été très bien mon­tré dans l’excellent docu­men­taire Netflix Nos peaux noires, tour­né au Nigéria par Beverly Naya et sor­ti en 2019. On y voit des hommes témoi­gner de leur attrait pour les peaux claires et des femmes avoir inté­rio­ri­sé ce cri­tère de séduc­tion. Certaines ont peur de ne jamais trou­ver de mari si elles ne se dépig­mentent pas, c’est ter­rible ! En ce sens, les hommes en France ont très clai­re­ment leur part de res­pon­sa­bi­li­té pour en finir avec cette pra­tique. Ils doivent s’exprimer haut et fort pour dire qu’ils sont capables de tom­ber amou­reux d’une femme à la peau fon­cée. Car en atten­dant, sans démen­ti, des femmes spé­culent sur ces attentes et se font du mal.

Esprit d’ébène accom­pagne celles qui sou­haitent arrê­ter. Comment procédez-​vous ?
A.-E.S. : Tout d’abord, nous nous effor­çons de mettre en avant sur nos réseaux sociaux une beau­té noire plu­rielle, où toutes les teintes de peau sont repré­sen­tées. C’est essen­tiel pour contre­car­rer les images de femmes noires à la peau claire véhi­cu­lées par les médias ou les indus­tries du ciné­ma et de la musique, qui n’hésitent pas à pho­to­sho­per les teintes des épi­dermes.
Beaucoup de per­sonnes viennent donc à nous pour nous dire “j’ai com­pris que c’est dan­ge­reux et je sou­haite arrê­ter” et là, nous conseillons de le faire avec un sui­vi der­ma­to­lo­gique. La peau est par­fois tel­le­ment habi­tuée à rece­voir ces pro­duits toxiques qu’arrêter de but en blanc n’est pas for­cé­ment une bonne idée. Il faut aus­si un accom­pa­gne­ment esthé­tique, pour rem­pla­cer ce qui était une rou­tine de beau­té mal­saine par une autre res­pec­tueuse de soi.
Nous orga­ni­sons donc des ate­liers “soins et répa­ra­tion” – sus­pen­dus bien sûr par la contin­gence sani­taire -, dans les­quels inter­viennent der­ma­to­logues spé­cia­listes des peaux noires, socio-​esthéticiennes et maquilleuses. Ces der­nières enseignent par exemple les méthodes pour cou­vrir les tâches, qui peuvent être appa­rues à cause de la dépig­men­ta­tion.

Vous évo­quiez la repré­sen­ta­tion des noir·es dans les médias. Quelle res­pon­sa­bi­li­té ont-​ils dans l’intériorisation de normes de beau­té claire ?
A.-E.S. : Les médias, le ciné­ma et tous les canaux de culture de façon géné­rale façonnent la per­cep­tion qu’on a de nous-​mêmes. Le manque de diver­si­té dans la repré­sen­ta­tion des per­sonnes noires favo­rise le culte de la blan­cheur qui mène à des dérives telles que la dépig­men­ta­tion.
Les choses pro­gressent mais très len­te­ment. Par exemple, il a fal­lu attendre 2020 pour que Ralph Lauren repré­sente dans une publi­ci­té un couple 100 % noir. D’habitude, quand on repré­sente la diver­si­té, c’est un couple mixte noir-​blanc ou maghrébin-​blanc qui est à l’affiche.
En fait, il per­siste un racisme ambiant effa­rant, qui fait que, par exemple, lorsque la chan­teuse Aya Nakamura sort un nou­veau mor­ceau, ce n’est pas sa musique qui est cri­ti­quée par ses détrac­teurs – blancs, magh­ré­bins ou même noirs – mais bel et bien sa cou­leur de peau. Les gens ne sont pas habi­tués à voir une femme à la peau si fon­cée, et cer­tains la com­parent à des joueurs de foot, dans un effort pour mas­cu­li­ni­ser sa per­sonne qui ne rentre pas dans leurs logi­ciels. Elle-​même a expli­qué en inter­view qu’elle n’a pas de modèle auquel s’identifier en France car elle a une peau fon­cée, et doit cher­cher des per­sonnes qui lui res­semblent outre-​Atlantique. 

Récemment, Marina Alyssa Correia, une jeune Française deve­nue cham­pionne du monde de long­board dan­cing, s’est reven­di­quée pre­mière femme noire à deve­nir cham­pionne de la dis­ci­pline… Et a reçu une salve de cyber-​harcèlement de la part de per­sonnes noires, au titre qu’elle ne pou­vait reven­di­quer être noire car elle est métisse. Comment lut­ter contre ce colo­risme par­ti­cu­lier ?
A.-E.S. : Déjà, il faut com­prendre d’où il vient. Pour cer­taines per­sonnes de la com­mu­nau­té noire qui subissent du racisme et sont en crise iden­ti­taire, inclure les per­sonnes métisses dans l’identification “noir” aurait pour consé­quence d’invisibiliser les per­sonnes noires non métis­sées. Cet état de fait est la consé­quence d’une mon­dia­li­sa­tion opé­rée sur des bles­sures pas for­cé­ment gué­ries : le métis­sage s’est par­fois fait sous la contrainte, comme au Brésil où les colons por­tu­gais ont vio­lé des femmes noires afin que le pays ne devienne pas “un pays noir”.
La clef, c’est le dia­logue, évi­dem­ment. Afin d’arriver à com­prendre que si cette jeune femme s’identifie comme noire, c’est que son res­sen­ti au sein de la socié­té est celui d’une per­sonne noire, et que nous lui devons soli­da­ri­té.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés