Antonia de Rendinger : « La BD d’Emma sur la charge mentale m’a fait pleurer »

99 Antonia de Rendinger © P.Guigou
© P. Guigou

Dans Moi jeu !, l’humoriste dépeint une galerie de personnages hauts en couleur, de la militante proallaitement à la prof de SVT à l’ancienne. Elle répond à notre « Questionnaire de Woolf »

Causette : Les livres marquants de la « bibliothèque » de vos parents ? 
Antonia de Rendinger : Les Philémon, de Fred, Hara Kiri, Naissance d’une archéologie, de David Macaulay, la collection Gründ des Légendes et contes. On lisait une histoire chaque soir dans le lit des parents, souvent tout le monde s’endormait et je terminais seule.  

Les lieux de votre enfance ? 
A. de R. : La maison de mes grands-​­parents en Dordogne. On a fait des pactes de sang, on s’est fouettés avec des orties, c’était entre « la guerre des boutons » et « sa majesté des mouches »…

Une[…]

La suite est réservée aux abonné.es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
99 Qui a tue mon père Stanilas Nordey ©JL Fernandez

La sélection d’avril 2019

Triptyque apparemment familial mais surtout politique au théâtre ce mois-ci : « Qui a tué mon père » ; « Le Fils » ; « Qui va garde les enfants ? »

2R4A3340 A

Le théâtre, un baume sur les plaies

Le metteur en scène Luca Giacomoni donne un nouveau souffle aux Métamorphoses du poète latin Ovide. Pour incarner ces héroïnes bafouées de l’Antiquité, il fait monter sur scène des femmes victimes de violences.