fbpx
20201203 124910
©Anne-Laure Bonnel

« Silence dans le Haut-​Karabagh », un docu­men­taire poi­gnant et néces­saire sur la vio­lence des com­bats entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan

Le film docu­men­taire réa­li­sé par la repor­ter de guerre Anne-​Laure Bonnel dif­fu­sé, depuis le 24 avril, sur la pla­te­forme Spicee témoigne du conflit meur­trier qui a eu lieu cet automne dans le Haut-​Karabagh. 

C’est un conflit qui s’est dérou­lé loin des regards, il y a à peine quelques mois. Pendant six semaines, du 27 sep­tembre au 10 novembre, la guerre éclair du Haut-​Karabagh oppo­sant l’armée armé­nienne aux troupes azer­baïd­ja­naises – sou­te­nues par Erdogan – a fait des mil­liers de vic­times et plus de cent mille déplacé·es. Un affron­te­ment aux racines pro­fondes puisque l’Arménie et l’Azerbaïdjan se déchirent depuis une tren­taine d’années pour le contrôle de cette enclave, grande comme un dépar­te­ment fran­çais, non recon­nue inter­na­tio­na­le­ment et où vit une com­mu­nau­té essen­tiel­le­ment armé­nienne. 

20201206 122957
Les mon­tagnes du Haut-​Karabagh. ©Anne-​Laure Bonnel

C’est donc dans un silence occi­den­tal assour­dis­sant que la repor­ter de guerre Anne-​Laure Bonnel s’est ren­due seule sur place en décembre 2020, quelques semaines seule­ment après le cessez-​le-​feu. Au milieu des mon­tagnes et des plaines dévas­tées encore minées, elle a pas­sé dix jours, camé­ra au poing, à la ren­contre des popu­la­tions meur­tries du Haut-​Karabagh. En res­sortent plu­sieurs cen­taines de vidéos et pho­to­gra­phies, et un film docu­men­taire, Silence dans le Haut-​Karabagh, dif­fu­sé depuis le 24 avril sur la pla­te­forme Spicee.

L’extrême vio­lence des com­bats 
20201204 124147
Les rues dévas­tées de Stepanakert, la capi­tale du Haut-​Karabagh. ©Anne-​Laure Bonnel

« En étant au plus près de l’insoutenable, j’ai vou­lu com­prendre et rap­por­ter les traces qu’ont lais­sées ces com­bats », indique Anne-​Laure Bonnel à Causette. Les stig­mates de la guerre sont effec­ti­ve­ment bien pré­sents tout au long des cin­quante minutes de film. Des vil­lages vidés de leurs âmes, des mai­sons bom­bar­dées, l’image d’une école où les impacts de balle côtoient des mots d’enfants aban­don­nés sur les murs. Le docu­men­taire montre aus­si la vio­lence des corps abî­més, bles­sés, par­fois déchi­que­tés par six semaines de com­bat. Des images dif­fi­ciles mais ô com­bien impor­tantes pour sai­sir l’horreur d’une guerre. 

20201211 130710
Les brû­lures des bombes au phos­phore. Hôpital des grands brû­lés de Yerevan. ©Anne-​Laure Bonnel

Silence dans le Haut-​Karabagh trouve sa force dans sa façon puis­sante et brute de trans­mettre l’information. Aucune voix off dans le film, seule­ment celles des témoins directs accom­pa­gnées d’archives four­nies par les auto­ri­tés armé­niennes et de quelques com­men­taires écrits pour appré­hen­der le contexte. « Les pay­sages dévas­tés, les visages et les regards de ceux qui ont vécu l’atrocité de cette guerre suf­fisent à racon­ter ce qu’il s’est vrai­ment pas­sé », sou­ligne la repor­ter. Sur place, Anne-​Laure Bonnel découvre effec­ti­ve­ment l’utilisation par l’armée azer­baïd­ja­naise de bombes au phos­phore et à sous-​munitions1, pour­tant inter­dites par le droit inter­na­tio­nal.

Silence dans le Haut-​Karabagh rend compte avec sobrié­té et jus­tesse de la vio­lence et de la com­plexi­té de ce conflit dans lequel les forces armé­niennes et azer­baïd­ja­naises s’accusent aujourd’hui mutuel­le­ment de crimes de guerre. Un docu­men­taire à voir abso­lu­ment pour ten­ter de com­prendre ce qu’il s’est joué pen­dant quarante-​quatre jours à 4000 kilo­mètres de Paris.

Capture d’écran 2021 04 28 à 21.14.19 1

Silence dans le Haut-​Karabagh, un film d’Anne-Laure Bonnel, dis­po­nible sur la pla­te­forme Spicee.
Certaines images sont sus­cep­tibles de heur­ter la sen­si­bi­li­té du public. 

  1. Les bombes à sous-​munitions libèrent des bombes plus petites qui s’éparpillent avant l’impact et détruisent tout sur un large péri­mètre, cer­taines n’explosent pas et pol­luent dura­ble­ment l’espace ciblé[]
Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés