fbpx
Les réalisatrices cérémonie douverture 5
Cérémonie d'ouverture d'une précédente édition © FIFF

Créteil : au Festival International des Films de Femmes, 10 jours d’histoires d’amour(s) !

Un Festival dont le pro­gramme est de nous par­ler d’amour… à quoi rêver d’autre par les temps qui courent ? Pour cette 44ème édi­tion du Festival International des Films de Femmes (FIFF) qui se tien­dra du 11 au 20 mars, Jackie Buet, sa fon­da­trice, et son équipe d’enthousiastes ciné­philes, ont pré­pa­ré un menu par­ti­cu­liè­re­ment savou­reux et diversifié.

« Au nom de l’Amour, amorce Jackie Buet, les femmes ont sou­vent accep­té de sacri­fier leur indé­pen­dance, leur liber­té, leur exis­tence même. Et c’est aus­si le lieu de beau­coup de sté­réo­types. Les réa­li­sa­trices invi­tées vont nous racon­ter d’autres his­toires ! » Les films et les cinéastes choi­sies vont en effet tis­ser, du 11 au 20 mars à Créteil, une toile sub­tile où se croisent l’amour des autres et de soi-​même, en remet­tant « l’humain au cœur du récit ». Un élan qui par­court la sélec­tion des trois com­pé­ti­tions du Festival (6 longs métrages de fic­tion, 6 docu­men­taires et 12 courts métrages), élan par­ti­cu­liè­re­ment neuf et déca­pant puisque cette cuvée 2022 regroupe une majo­ri­té de pre­miers films.

Bande annonce du festival :

BA_​FIFF_​2022 from Fiff94 on Vimeo.

MEDUSA Affiche
Medusa de Anita Rocha da Silveira.
En avant-​première dans la sélec­tion « Elles font genre »

Les amou­reux et amou­reuses du ciné­ma fémi­niste et huma­niste (nous tous et toutes, donc !) brû­lons d’une par­ti­cu­lière impa­tience pour deux temps forts du Festival, les thé­ma­tiques « Elles font genre » et « La longue marche des réa­li­sa­trices chi­noises ». Nous revien­drons en détail pro­chai­ne­ment sur cette der­nière thé­ma­tique et ces jeunes cinéastes que nous avons rare­ment l’occasion de décou­vrir en France.

Causette a aus­si à l’œil le pro­gramme de « Elles font genre ». La palme d’Or du Festival de Cannes, attri­buée au film d’horreur Titane de Julia Ducourneau, a mis enfin en lumière le talent des réa­li­sa­trices pour le film de genre (épou­vantes, gore, SF etc…) qu’on les consi­dé­rait jusque-​là inca­pables de mettre en scène. Le FIFF démontre lar­ge­ment leurs talents avec une quin­zaine de films, entre rare­tés, clas­siques, avant-​premières et inédits. À noter, la rétros­pec­tive de la réa­li­sa­trice Lucile Hadžihalilović, en sa pré­sence, et éga­le­ment l’avant-première de son nou­veau film Earwig (aus­si sur ARTE, par­te­naire du FIFF). Et si déci­dé­ment vous aimez fré­mir, vous ne man­que­rez pas la table ronde « Parcours fémi­nins dans le ciné­ma de genre » avec les réa­li­sa­trices Julia Kowalski, Lucile Hadžihalilović Aurélia Mengin, Julie Delpy et Anita Rocha da Silveira.

8 vous ne desirez que moi c les films de l apres midi 61c9d5c712c51
« Vous ne dési­rez que moi » de Claire Simon. Yann Andréa (Swann Arlaud) et Michèle Manceaux (Emmanuelle Devos). © Les films de l’après-midi

Le fil rouge des amours, on le retrou­ve­ra dans l’hommage ren­du à l’essayiste, pho­to­graphe et cinéaste Susan Sontag, et tout natu­rel­le­ment tres­sé par l’invitée d’honneur 2022 : Claire Simon. Rendez-​vous avec elle le 12 mars à 21h pour la pro­jec­tion de son der­nier film Vous ne dési­rez que moi, à pro­pos duquel elle décla­rait récem­ment au micro de France Culture : « Il s’agissait à la fois du récit d’une his­toire d’amour, mais aus­si d’une figure inver­sée de l’oppression homme-​femme. Il est très rare qu’un homme parle de son amour, et qu’il en parle dans le cadre d’une situa­tion où il est affai­bli. Finalement, je crois que mon film est un film "metoo". »

Festival International de Films de Femmes, du 11 au 20 mars 2022 à la Maison des arts de Créteil. Programme com­plet sur le site du FIFF. Tarifs : place à l'unité : 8€ ; soi­rées spé­ciales et évé­ne­ments : 10€ ; pass illi­mi­té : 70€.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés
IMG 9605 HeleneLambert CTHOMAS

Hélène Lambert, l'inconnue de Ouistreham

Grâce au hasard d’un casting sauvage, Hélène Lambert est à l'affiche de "Ouistreham". C’est peu dire qu’à 34 ans, cette mère de quatre enfants, elle-même ex-agente d’entretien et qui a écumé les boîtes d’intérim, crève l’écran.