0319029
Benoît Poelvoorde dans "Normale", d'Olivier Babinet

Benoît Poelvoorde : « J'ai beau ne pas avoir d'enfant, y a rien à faire, ça vient natu­rel­le­ment de les prendre sous son aile »

Il est mer­veilleu­se­ment drôle et tou­chant en père veuf, malade, un peu geek et mal éle­vé, d’une ado dans Normale, le joli film rêveur d’Olivier Babinet en salles mer­cre­di 5 avril. Rencontre avec Benoît Poelvoorde, qui dit pré­fé­rer « par­ler fort plu­tôt que par­ler de lui », mais se prête gen­ti­ment au jeu de l’interview…

Causette : Qu’est-ce qui vous a séduit dans l’histoire de cette col­lé­gienne pre­nant soin de son père, veuf et malade ? Que le film ne cherche jamais à s’apitoyer… ou que le père, votre per­son­nage, élève sa fille à grand ren­fort de piz­zas et de films d’horreur ?
Benoît Poelvoorde : En fait, j’ai ren­con­tré Olivier [Babinet, le réa­li­sa­teur, ndlr] avant même d’avoir lu son scé­na­rio. Et j’ai qua­si­ment dit oui à l’issue de cette ren­contre tel­le­ment le bon­homme m’a plu ! Il y a quelque chose de gen­til, de bien­veillant chez lui, c’est rare dans le ciné­ma, c’est un truc qui me touche. Et puis la cohé­rence de son dis­cours… Il a fait des choix très per­son­nels, très artis­tiques dans son film. C’est vrai qu’il arrive à abor­der son sujet de façon impec­cable, alors que le côté « petite fille et mec malade », ça pour­rait vite deve­nir misé­ra­bi­liste et faire peur. Or pas du tout ! Son héroïne, Lucie, est juste une jeune fille épous­tou­flante et grâce à Justine [Lacroix, sa par­te­naire de jeu], on y croit ! Il faut dire que la dyna­mique entre nos deux per­son­nages s’est mise en place très tôt. J’ai vou­lu faire les cas­tings avec elle. Je l’ai fait gen­ti­ment, pour aider. Parce qu’à cet âge-​là, ce genre d’exercice est difficile…

Un réflexe très pater­nel ! Précisément, les liens père-​fille struc­turent tout le film. Or vous n’avez pas d’enfant dans la « vraie vie » : cela vous a fait dou­ter au départ ?
B.P. : Pas vrai­ment. J’ai déjà été papa dans plu­sieurs films, et puis j’ai été enfant. J’ai per­du mon père assez jeune, mais j’ai tou­jours ma maman. J’ai eu la chance d’avoir une mère qui m’a énor­mé­ment aimé, j’ai donc pui­sé dans mon quo­ti­dien, tout sim­ple­ment. Et puis, y a rien à faire, ça vient natu­rel­le­ment de pro­té­ger une enfant, de la prendre sous son aile. Je vois bien, là, alors que je suis en pro­mo pour le film avec Justine… Je la ras­sure. Je l’emmène avec moi pour telle ou telle émis­sion de radio alors qu’elle n’est pas invi­tée, et je lui dis t’inquiète pas ! L’émerveillement qu’elle a, face à tout ça, c’est un peu l’émerveillement que l’on perd en vieillis­sant. C’est une sorte de relais.

Olivier Babinet, l’auteur-réalisateur de Normale, a pris plai­sir à mélan­ger les genres pour racon­ter son his­toire. Il dit aus­si que s’il vous a choi­si, c’est parce que vous êtes « un genre à vous tout seul ». Qu’en pensez-​vous ?
B.P. : Ah, c’est joli ! C’est un peu comme mon épouse, quand elle me dit que je suis un spé­ci­men. Oui, c’est assez logique que je défende Normale vu que j’ai du mal à m’inscrire dans la norme… Mais qu’est-ce que c’est la norme ? Il m’arrive sou­vent, par exemple, de sif­fler quand je fais des courses, pen­dant des heures, sans m’en rendre compte. Je suis au rayon cor­ni­chon et je suis seul dans ma tête. C’est ma femme qui me le fait remar­quer, parce que moi c’est mon monde, je m’en fous. A ce sujet, il m’est arri­vé un truc très mignon, pen­dant le tour­nage de Normale d’ailleurs, enfin pen­dant que j’étais arrê­té. J’étais bien malade, une pneu­mo­nie, et j’étais dans un maga­sin quand une dame s’approche et me dit : « Mais qu’est-ce qui vous arrive ? Vous ne sif­flez pas, vous êtes malade ? » Hé bien ça m’a ému ! Tout ça pour dire que je pense que tout le monde est un genre à lui tout seul… et que je pré­fère sif­fler dans ma tête plu­tôt que de por­ter des écou­teurs. Chacun son sys­tème pour tenir le coup !

Normale, d’Olivier Babinet. Sortie le 5 avril. 

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don
Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.