01 00 48 23
Eva Elfie et Artem © Petit à Petit Production

« Artem & Eva » : l'amour et son fac­teur X

Dans ce docu­men­taire magis­tral dis­po­nible sur Arte.tv, Evgeniy Milyk filme le tour­billon d'argent facile, de sta­ri­sa­tion et de ver­tiges conju­gaux d'Artem et Eva, jeunes russes bien décidé·es à réus­sir dans l'industrie por­no. Mais au jeu de cette éman­ci­pa­tion post-​féministe, la déban­dade amou­reuse guette…

« Ce n'est pas ce que ma mère atten­dait pour moi, c'est sûr », dit-​il, si jeune, en lavant un gode­mi­chet à peine ache­té et des­ti­né à acces­soi­ri­ser une nou­velle vidéo. Artem, la petite ving­taine, par­tage avec Yulia un petit appar­te­ment d'étudiant·es à Moscou. Venu·es dans la capi­tale russe depuis la loin­taine Omsk en Sibérie, les deux amoureux·euse ont eu l'idée de tour­ner un por­no ama­teur et de le dif­fu­ser sur YouPorn pour joindre les deux bouts. Très vite, le jeu d'enfant se trans­forme en suc­cès pour la toute jeune Yulia, Eva Elfie de son nom de scène. De quoi les pous­ser à conti­nuer et les entraî­ner dans un tour­billon fait d'argent facile, de sta­ri­sa­tion et de ver­tiges conjugaux.

Le docu­men­taire Artem & Eva, har­deurs roman­tiques les suit pen­dant une heure et demi dans une vie pré-​covid et pré-​guerre en Ukraine, au plus près de leurs rêves d'émancipation par l'industrie du sexe, dans une démarche qu'on pour­rait qua­li­fier de post-​féministe. Artem et Yulia sont encore des enfants (il faut taire à leurs parents, c'est cru­cial, leurs acti­vi­tés inter­lopes) mais sont déjà très lucides sur la machine à fan­tasmes entre leurs mains. En la matière, il s'agit du corps de Yulia, celui d'Artem ser­vant prin­ci­pa­le­ment d'accessoire phal­lique à la belle.

Scènes crues pour le X, caresses amou­reuses pour l'intimité

En appren­ti pro­duc­teur de films X, armé de son iPhone, Artem dirige son amou­reuse et actrice Yulia-​Eva en lui fai­sant adop­ter toutes les pos­tures et tous les scé­na­rios de nature à réjouir le male gaze. Le jeune homme au minois téné­breux gère éga­le­ment les réseaux sociaux d'Eva Elfie, pour faire bar­rière entre la star mon­tante du por­no et les sol­li­ci­ta­tions des fans – « Encore une pho­to de bite », soupire-​t-​il en ouvrant, pas jaloux mais bla­sé, les dizaines de mes­sages sur Twitter. 

Lire aus­si l Avec sa série "Des gens bien ordi­naires", Ovidie offre une plon­gée sur­pre­nante dans le monde du porno

La camé­ra las­cive du réa­li­sa­teur Evgeniy Milykh épouse la post-​adolescence très tac­tile et fusion­nelle du couple, dans un sai­sis­sant contraste ente la dou­ceur de leurs gestes amou­reux et les scènes crues de leur busi­ness. « Tu com­prends que tu ne revien­dras jamais à une vie nor­male ?, demande Artem dans l'un de ces moments d'intimité à la dia­phane Eva. Tu es mar­gi­nale à vie. » « J'ai dis­cu­té avec Slava hier, je lui ai dit "si je devais aller tra­vailler dans un bureau cinq jours sur sept, je devien­drais folle" », lui rétorque-t-elle.

La déban­dade du pygmalion

La rela­tion, qu'on pou­vait de prime abord pen­ser toxique – un homme qui se fait de la maille sur le dos (les fesses ?) de sa copine qu'il a trans­for­mée en porn star – s'avère bien plus com­plexe qu'il n'y paraît. De por­no­graphe pyg­ma­lion, Artem devient au fil des séquences un amou­reux tran­si lais­sé sur la touche par sa « créa­ture », qui empoche l'intégralité des reve­nus créés par leurs vidéos… Et qui s'épanouie en sujet désiré.

La consé­cra­tion ful­gu­rante d'Eva Elfie – maté­ria­li­sée par une nomi­na­tion aux Pornhub Awards de 2019 pour laquelle le couple se rend à Los Angeles et s'offre trois semaines de paillettes amé­ri­caines – devient le ter­reau de la déli­ques­cence. « Le hob­by qui appor­tait du plai­sir et de l'argent est deve­nu une tor­ture, ça change notre rela­tion », confie un Artem tou­chant, qui ne sait plus com­ment résor­ber l'éloignement d'avec Eva. Un docu­men­taire magis­tral, de la trempe d'un roman d'apprentissage accé­lé­ré de la vie d'adulte, dont la ten­sion nar­ra­tive va cres­cen­do : l'amour gamin de Yulia et Artem sera-​t-​il ava­lé tout cru par le monstre porno ?

Artem & Eva, har­deurs roman­tiques, 97 minutes, à voir sur Arte.tv.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés
ANTONINA R6 02 GRD V02.mp4.20 57 29 11.Still001

"La Femme de Tchaïkovski" : miso­gyne Russie

Au travers du destin gâché, suffocant, d’Antonina, c’est bien le portrait d’une Russie misogyne, homophobe et aliénée, hier comme aujourd’hui, que Kirill Serebrennikov, résolument dissident, dresse dans ce film, en salles ce 15 février.

oleg laptev QRKJwE6yfJo unsplash

Tribune : “Nous, jeunes femmes jour­na­listes en for­ma­tion, dénon­çons le sexisme qui règne dans la pro­fes­sion avant même l’embauche”

Les femmes de la 28e pro­mo­tion de la licence Presse de proxi­mi­té de l’ESJ Lille dénoncent le sexisme qui règne dans la pro­fes­sion avant même l’embauche. “Toi, tu vas l’avoir ton stage…” Cette phrase, on vou­drait l’entendre après une...

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.