fbpx

Interview avec les scé­na­ristes de « Mental », la série qui parle de la san­té men­tale des jeunes

Vendredi 2 avril sort, sur France.tv Slash, la sai­son 2 de Mental, série fran­çaise de grande qua­li­té sur un groupe d’ados atteints de troubles psy­chiques, accueillis dans une cli­nique pédo­psy­chia­trique. Un show qui par­vient à mêler habi­le­ment vraie pro­blé­ma­tique socié­tale, réelle habi­le­té dans le récit et humour sur un sujet pour­tant sen­sible et qui n’a jamais autant réson­né avec l’actualité… Interview avec ses deux scé­na­ristes : Marine Maugrain-​Legagneur et Victor Lockwood. Et en prime, un extrait en exclu !

MENTAL 2 A

Causette : Comment est née, au tout départ, l’idée de créer une série sur la san­té men­tale des jeunes ?
Marine Maugrain-​Legagneur et Victor Lockwood :
Au tout départ, en fait, le pro­duc­teur de la série cher­chait à faire une adap­ta­tion d’un for­mat fin­lan­dais pré­exis­tant. Un for­mat un peu par­ti­cu­lier avec des épi­sodes de lon­gueurs variables. Plutôt des ins­tan­ta­nés à l’hôpital. De notre côté, nous avons donc tout remis à plat en créant une série avec de vraies lignes nar­ra­tives. À l’instar d’autres séries ados de réfé­rence comme Skins. Et puis avec une tona­li­té un peu rock’n’roll. Drama et joyeux à la fois. On est par­tis de cette couleur-​là.

Ça ne fai­sait pas peur aux chaînes un thème comme celui-​ci ?
M. M.-L. et V. L. :
À l’époque, France.tv Slash [qui dif­fuse le pro­gramme, ndlr] était déjà au cou­rant et inté­res­sé sur le papier. Mais ensuite, il a fal­lu pro­po­ser quelque chose de convain­cant pour que la chose passe. Il faut savoir que c’est tou­jours plus facile de vendre une idée à une chaîne quand il y a un pro­jet pré­exis­tant. D’autant que la série d’origine a eu son petit suc­cès. À l’écriture, on est allés assez loin, on pen­sait se faire reto­quer plein de choses, mais en fait non. On a béné­fi­cié d’une grande liber­té de ton. Notre pro­jet c’était d’écrire quelque chose de pas trop plom­bant tout en n’évitant pas notre sujet. De des­si­ner des per­son­nages d’une grande flam­boyance sans pas­ser sous silence le plus noir. L’irrévérence pour nous était très impor­tante. Car c’est le propre de l’adolescence. Être rugueux, vul­gaire, faillible. On veut assu­mer qu’ils puissent faire du mal autour d’eux. Et à eux-​mêmes.

La sai­son 1 por­tait plu­tôt sur le fait que les per­son­nages admettent qu’ils étaient malades. Comment décririez-​vous les enjeux de cette sai­son 2 ?
M. M.-L. et V. L. :
C’est une sai­son où les ados ont pris conscience de la mala­die et essaient de com­prendre com­ment l’intégrer à leur par­cours, à leur iden­ti­té. Sans la lais­ser défi­nir uni­que­ment leur iden­ti­té. De notre point de vue de scé­na­ristes, on essaie de se mettre à leur hau­teur. Ils ont tous quelque chose de très sin­gu­lier dans leur façon de vivre la chose. Le per­son­nage de Simon, par exemple, a ce qu’on appelle une per­son­na­li­té bor­der­line ou un état limite. Les soi­gnants le mettent sou­vent en garde sur ses élans du cœur. Pour autant, il ne va pas sus­pendre ses émo­tions, même si démê­ler le vrai du faux entre ce qu’il res­sent vrai­ment et ce qui est lié à son état n’est pas tou­jours évident pour lui.

Lire aus­si l Mental, sai­son 2 : tous zin­zins de ces ados

Comment on se met à hau­teur d’ados ?
M. M.-L. et V. L. :
Tout d’abord, on se sou­vient tous les deux assez bien de notre ado­les­cence. Et nous avons une forte empa­thie pour cette période de la vie. L’intensité avec laquelle on vit les choses quand on est ados est dif­fi­ci­le­ment oubliable. Mais il nous semble que les ados d’aujourd’hui ont le sen­ti­ment d’être dans le flou plus long­temps quant à qui ils sont vrai­ment.
On est aus­si spec­ta­teurs de fic­tions ados. On a regar­dé pas mal de pro­duc­tions faites par des ados eux-​mêmes. Et puis on a été traî­ner devant les lycées, sur les réseaux sociaux. Et, bien sûr, on a ren­con­tré des patients et ex-​patients de ces ins­ti­tuts là. Concernant le lan­gage, on n’a pas non plus tota­le­ment col­lé à ce qui se pra­tique aujourd’hui, sinon on ne com­pren­drait rien ! Et dans l’espoir que la série soit encore regar­dable dans dix ans avec le même voca­bu­laire.

Comment, en tant que scé­na­riste, on se fami­lia­rise puis on s’approprie le sujet de la san­té men­tale ?
M. M.-L. et V. L. :
Nos recherches sur la san­té men­tale sont allées de pair avec l’envie que nous avions de racon­ter l’adolescence de façon assez uni­ver­selle. Notre volon­té était de mon­trer com­ment les deux se téles­copent. Nous avons été sui­vis par deux pédop­sy, qui ont été nos consul­tantes à plu­sieurs étapes du texte afin de véri­fier la cré­di­bi­li­té des per­son­nages et de leurs troubles. Elles ont véri­fié que tout était cohé­rent et juste scien­ti­fi­que­ment.
Elles nous ont fait visi­ter des lieux, ren­con­trer des gens. Elles ont même accom­pa­gné les comé­diens dans cer­taines lec­tures. Notamment pour les faire des­cendre un peu en inten­si­té au niveau de leur jeu. Ils ont appris, avec elles, que ce n’était pas néces­saire d’en faire trop. Qu’en fait ça ne se passe pas for­cé­ment comme ça. On a beau­coup rai­son­né en termes d’échelle. La san­té men­tale, c’est un spectre. Il n’y a pas les fous d’un côté et les gens nor­maux de l’autre. C’est beau­coup plus com­plexe et nuan­cé que ça.

Comment met-​on en mots et en his­toire quelque chose qui se passe autant à l’intérieur des êtres ?
M. M.-L. et V. L. :
Tout l’enjeu est de réus­sir à mettre en scène un état d’anxiété, ou même cer­taines hal­lu­ci­na­tions sans être dans la cari­ca­ture. Notre façon de faire, c’est de ne pas se concen­trer sur des crises, mais bien que toutes les inter­ac­tions des per­son­nages, leur façon de par­ler, d’agir, de se com­por­ter soient fina­le­ment une expres­sion du trouble. C’est à tra­vers les situa­tions, les dia­logues qu’on raconte leur mal être.

Il y a deux nou­veaux per­son­nages dans cette série. Tout d’abord, un nou­veau direc­teur, en la per­sonne du Dr Bourdon. Que souhaitiez-​vous faire incar­ner à ce per­son­nage ?
M. M.-L. et V. L. :
Il est très théo­rique, un peu le prof de fac. Hyper bien­veillant et per­sua­dé de savoir com­ment faire, mais il se confronte au réel et ça le dépasse rapi­de­ment. Nous vou­lions mon­trer que, par­fois, les adultes enca­drants ont tout autant de mal que les jeunes à gérer les choses. On a croi­sé dans nos recherches des gens un peu comme ça. Qui ont des théo­ries bien­veillantes, inté­res­santes, mais dont la mise en pra­tique n’est pas si simple. Et les ados n’ont pas for­cé­ment envie qu’on leur fasse faire des jeux de rôle ou ce genre de choses. Il n’y a pas d’évidence. Chaque centre doit trou­ver ses propres méthodes. Tout le monde essaie comme il peut et tout le monde se plante, car il n’y a pas de modèle quand on parle de la san­té men­tale.

Et puis il y a le per­son­nage qu’incarne Deborah Lukumuena, Max, qui a clai­re­ment une sen­si­bi­li­té fémi­niste.
M. M.-L. et V. L. :
Sa dimen­sion poli­tique s’est impo­sée assez vite. C’est un com­bat d’actualité por­té par des jeunes femmes aujourd’hui. Elle a ce truc des ados qu’on a pu croi­ser : por­ter un fémi­nisme assez fort, assez rentre dedans. C’est pas for­cé­ment hyper for­mu­lé, mais dans ses tripes, elle est per­sua­dée qu’il faut défendre ça. Elle est une femme, noire, en sur­poids donc tri­ple­ment en lutte contre les oppres­sions. Ça va aus­si avec son trouble. Max est à la fois cette femme forte, solide, déter­mi­née même si en pri­vé, c’est plus com­pli­qué que ça. Le poli­tique la tient aus­si. Elle a beau com­battre le patriar­cat, et elle a les moyens de le com­battre, elle en subit quand même les consé­quences.

Extrait en exclu :

La ques­tion du genre et de l’orientation sexuelle est très pré­sente dans la série. Pour cette sai­son 2, vous avez ame­né la ques­tion de l’asexualité. Chose très rare dans les séries. Pourquoi ça vous sem­blait impor­tant et com­ment vous avez tra­vaillé pour abor­der cette ques­tion ?
M. M.-L. et V. L. :
Précisément parce qu’on ne la voit jamais repré­sen­tée. Nous avions déjà créé le per­son­nage de Simon, qui est bisexuel, et c’est assu­mé et reven­di­qué. Il est très mature là-​dessus. Ce n’est pas un sujet en soi dans la série. Puis, pen­dant nos recherches sur les ques­tions d’identité sexuelle à l’adolescence, on a décou­vert cette com­mu­nau­té assez forte poli­ti­que­ment aus­si. Ils et elles se battent pour que ça soit recon­nu comme une orien­ta­tion sexuelle. Pour qu’on ne leur explique pas en per­ma­nence que l’appétit vient en man­geant, etc. Ça peut être très violent comme genre d’injonctions aus­si. Dans une socié­té très sexuelle, il est inté­res­sant de lais­ser de la place à autre chose, à un autre modèle. Donner aux asexuels une exis­tence en fic­tion, c’est impor­tant. Ça crée des modèles iden­ti­fi­ca­toires. Et le per­son­nage en ques­tion en super sexy en l’occurrence. Mais pas sexuel. Il ne voit pas le désir qu’il peut pro­vo­quer. C’est inté­res­sant.

Vous avez fait le choix de ne pas faire men­tion de la crise sani­taire. Pourquoi ?
M. M.-L. et V. L. :
Cela ris­quait de trop dater la série dans le temps. Et puis quand on a écrit, on ne pen­sait pas que ça dure­rait si long­temps. Pour autant, on traite de l’isolement, de l’angoisse, de la peur du len­de­main. Ça existe déjà de toute façon. Et on espère que ça fera du bien aux jeunes qui tra­versent un moment dif­fi­cile en ce moment de voir cela repré­sen­té à l’écran.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés