fbpx
RosaBonheur
Camille Delaforge, au clavecin ; Guilhem Worms, au baryton-basse ; Annie Couture à la vielle à roue - Concert du 26 juillet 2020 © Sébastien Andrea

Une jour­née chez Rosa Bonheur, quel bon­heur !

La pro­messe, c’est une exquise jour­née d’été. Rendez-​vous au châ­teau de By, en région pari­sienne, domaine de la peintre Rosa Bonheur, où se déroule le fes­ti­val musi­cal “Un temps pour elles”. Un fes­ti­val dédié aux com­po­si­trices, jouées par des inter­prètes exceptionnel·les.

On arrive en début d’après-midi à Thomery, près de Fontainebleau (Seine-​et-​Marne), et on pousse la porte du châ­teau de By, inti­mi­dé par le joyeux et toni­truant carillon de la cloche fichée en hau­teur. Ce petit châ­teau du XVe siècle fut ache­té en 1859 par Rosa Bonheur, alors riche et célèbre, avec la vente d’un seul de ses tableaux. Depuis plus de cent ans, grâce à des héri­tiers bien­veillants, le domaine est res­té dans son jus. Intime, tou­chant, accueillant. On s’attend à ce qu’elle des­cende l’escalier, Rosa, celui qui mène à son bureau et à son ate­lier, qu’on va bien­tôt visi­ter. C’est le but de cette esca­pade : pas­ser un moment avec Rosa Bonheur, cette femme remar­quable trop long­temps oubliée, et ter­mi­ner la jour­née en écou­tant des œuvres de com­po­si­trices, que par­fois elle-​même connais­sait, et qui sont si peu jouées.

La visite du châ­teau est à la fois émou­vante et roma­nesque. Notre guide est pas­sion­née. On passe d’une pièce à l’autre (l’atelier est une mer­veille !) tra­ver­sant les siècles et les épi­sodes d’une vie qui pour­rait faire une excel­lente série sur Netflix. Après un tour dans le grand parc, à contem­pler les roses et admi­rer la vigne, on s’installe dans les tran­sats pour le concert. Le fes­ti­val, fidèle à l’esprit de Rosa (dont la mère était musi­cienne), est dédié aux com­po­si­trices fémi­nines. Une idée com­plè­te­ment folle, née du Covid-​19, avec un résul­tat tout aus­si fou. Pendant le confi­ne­ment, les orga­ni­sa­trices, Lou Brault et Héloïse Luzzati, ont décou­vert des par­ti­tions inédites dans les gre­niers du châ­teau. Elles se lancent dans le pro­jet de les faire jouer et sol­li­citent, sans trop d’espoir, de grands noms de la musique vocale et ins­tru­men­tale. Tous et toutes répondent présent·es ! Le fes­ti­val est né : jusqu’au 20 sep­tembre, toutes les fins de semaine, des concerts excep­tion­nels auront lieu sous les grands arbres, au châ­teau de By. Et pour en savoir plus sur notre hôtesse, voi­ci le lexique per­so de Rosa.

RosaBonheur2
Les concerts se déroulent géné­ra­le­ment à l'extérieur,
dans le parc du châ­teau – Concert du 31 juillet 2020 
avec Celia Oneto-​Bensaid au pia­no © Festival Rosa Bonheur

RÉPUTATION. Rosa a souf­fert des rumeurs qui bruis­saient dans le sillage de sa vie pri­vée sin­gu­lière, de son choix radi­cal : elle était, disait-​elle, une « ves­tale de l’art ». Elle a néan­moins par­ta­gé sa vie avec deux femmes, Nathalie Micas (cinquante-​huit ans de vie com­mune) puis Anna Klumpke, indui­sant bien sûr des com­men­taires crus sur leurs rela­tions. Rosa n’a jamais rien dit sur ce point et les nou­velles pro­prié­taires de son châ­teau – ain­si que de ses archives – n’ont trou­vé aucune note ou lettre qui irait dans ce sens. Rosa emporte son secret, et c’est aus­si bien. Nathalie Micas était une amie d’enfance, peintre elle aus­si, mais pas­sion­née par les ques­tions méca­niques et scien­ti­fiques. Elle se lan­ça dans l’invention de freins hydrau­liques pour les loco­mo­tives, tes­tant ses inven­tions dans le parc du châ­teau de By. Malheureusement, étant une femme, elle ne par­vint jamais à obte­nir un bre­vet. Longtemps après la mort de Nathalie, Rosa prit sous son aile Anna Klumpke, jeune femme peintre elle aus­si, dont Rosa fit son héri­tière.

OSER. Quand on est pas­sion­née d’animaux, avec l’envie de les peindre au plus juste, on est bien obli­gée d’aller les regar­der de près. Non seule­ment Rosa dis­sé­quait des aba­tis chez elle, mais elle cou­rait les foires aux bes­tiaux et les abat­toirs. Difficile avec une longue robe : « Quel ennui d’être limi­tée dans ses gestes quand on est une fille ! » clamait-​elle. Aussi demanda-​t-​elle, et elle l’obtint, un « per­mis de tra­ves­tis­se­ment », qui lui per­met­tait offi­ciel­le­ment de por­ter le pan­ta­lon. Un per­mis de police renou­ve­lable tous les six mois, dont elle fit soi­gneu­se­ment usage sa vie durant. Malgré tout, elle met­tait un point d’honneur à por­ter des robes dans les cir­cons­tances offi­cielles et sur ses por­traits.

SOPHIE MARQUIS. Ainsi se nom­mait la mère de Rosa. Une enfant de parents incon­nus, éle­vée dans une famille aisée d’un riche mar­chand qui l’adopte et s’avère être en réa­li­té le père de la jeune fille. Débuts roma­nesques d’une vie qui le sera moins. Sophie est une excel­lente pia­niste, elle épouse Raymond Bonheur, un peintre. Le couple encou­rage ses enfants dans la voie artis­tique : Rosa, son frère Auguste et sa sœur Juliette seront peintres, leur frère Isidore sera sculp­teur. Hélas, Raymond est hap­pé par le cou­rant des saint-​simoniens, entre au couvent avec eux, aban­donne sa famille. Sophie donne des cours de pia­no le jour, prend des ouvrages de cou­ture la nuit. Elle ne dort plus et s’épuise lit­té­ra­le­ment. Elle en meurt, alors que Rosa a 12 ans. Celle-​ci se jure qu’elle défen­dra l’honneur artis­tique de sa mère, relè­ve­ra leur nom, se consa­cre­ra toute sa vie à l’art, et à l’art seule­ment.

ANIMAUX. Considérée comme « la plus grande peintre ani­ma­lière du monde » aux États-​Unis, Rosa éprouve une vraie pas­sion pour les bêtes. À l’époque, les ani­maux dans les tableaux étaient des sym­boles ou des acces­soires. Elle, elle vou­lait leur don­ner une âme, les peindre au plus juste. Non seule­ment elle allait les détailler sur place, mais elle en adop­tait sans cesse. Dans ce châ­teau de By, elle a eu jusqu’à deux cents bes­tioles ! Bien sûr, les habi­tuels chiens chats poules vaches bœufs che­vaux, etc., mais aus­si des loups, un san­glier appri­voi­sé et… des lions ! Elle s’attachait, disait-​elle, à mon­trer leur âme, ce qu’on com­prend lorsqu’on regarde les yeux de ces fauves ou de ces vaches tran­quilles dont elle rem­plit ses toiles. Mais elle est scru­pu­leuse, au point qu’elle a réa­li­sé des des­sins et des pein­tures si justes que les scien­ti­fiques s’y sont réfé­rés pour étu­dier des espèces dis­pa­rues.

RosaBonheur4
L'atelier de Rosa Bonheur, à l'intérieur du Château de By © Ouiflash

BUFFALO BILL. Lorsqu’en 1889 le grand Buffalo Bill vient en France avec son spec­tacle de cirque, le Wild West Show, Rosa Bonheur se dit qu’elle va enfin avoir l’occasion de voir des buffles. Une véri­table gour­man­dise pour la peintre, qui l’attire irré­sis­ti­ble­ment vers Bill. De son côté, Buffalo rêve d’être por­trai­tu­ré par Rosa, extrê­me­ment connue aux États-​Unis à l’époque. Le deal est vite bou­clé : Rosa se rend quand elle veut dans le cam­pe­ment de Bill et, en échange, elle qui déteste peindre les humains, fera le por­trait du cow-​boy.

OR. C’est en francs-​or que se mon­naient les toiles de Rosa. Et pas qu’un peu ! Rapidement, ses œuvres sont très cotées et ren­contrent un suc­cès inter­na­tio­nal. En 1853 (elle a 31 ans), son tableau Le Marché aux che­vaux de Paris est ache­té par un Américain pour l’énorme somme de 268 500 francs-​or (ce qui, en gros, équi­vau­drait à plus d’un mil­lion d’euros). Rosa Bonheur est aus­si la pre­mière peintre dont l’œuvre a fait l’objet de spé­cu­la­tions sur le mar­ché de l’art de son vivant.

NE PAS DOUTER. Rosa ne doute pas de son tra­vail. De son talent peut-​être, quel artiste n’a jamais trem­blé devant une toile impos­sible à ter­mi­ner ! Mais elle ne dou­tait pas de sa capa­ci­té et sur­tout, mal­gré l’époque, du fait qu’être une femme pou­vait nuire à son talent. « Pourquoi ne serais-​je pas fière d’être une femme ? Je suis per­sua­dée qu’à nous appar­tient l’avenir. » Disait-​elle, long­temps avant Aragon.

HÉRITAGE. Rosa n’a pas confiance dans sa famille pour per­pé­tuer son œuvre. Et elle n’a pas d’enfant. Aussi, elle fait de Anna Klumpke, une jeune peintre amé­ri­caine en qui elle se recon­naît, sa léga­taire uni­ver­selle. Une lourde tâche pour la jeune femme, et un vrai scan­dale qui révol­te­ra la famille. Après une bataille homé­rique, Anna ven­dra une grosse quan­ti­té d’œuvres, de petits tableaux, des esquisses, des des­sins… pour abreu­ver la famille. Ensuite, elle essaie­ra, en vain, de faire vivre la mémoire de Rosa Bonheur.

ENSEIGNEMENT. Rosa était, comme le fut son père, une ardente ensei­gnante. Elle fut direc­trice de l’école impé­riale gra­tuite de des­sin pour demoi­selles, de 1849 à 1860. À ses élèves, elle disait : « Je vais faire de vous des Léonard de Vinci en jupons. » L’Histoire n’a pas conser­vé les noms de ses élèves, dom­mage !

ULTIME VISITE. Alors qu’elle atteint ses 77 ans, Rosa Bonheur est tou­jours aus­si frin­gante. Elle four­mille de pro­jets. Entre autres, celui de faire construire un nou­vel ate­lier, des­ti­né à Anna Klumpke, au pied du châ­teau. Mais évi­dem­ment, impos­sible de lais­ser à d’autres le soin de diri­ger les tra­vaux. C’est lors d’une visite de chan­tier que Rosa attrape froid. Le len­de­main, elle a un bon rhume, qui dégé­nère rapi­de­ment. En quelques jours, elle est empor­tée par une conges­tion pul­mo­naire ful­gu­rante. Elle sera inhu­mée au Père-​Lachaise, à Paris, près de Nathalie.

RIDICULE. Rosa affec­tionne les for­mats et les thèmes tra­di­tion­nel­le­ment dévo­lus aux peintres hommes. Les femmes sont cen­sées se can­ton­ner aux fleurs, aux por­traits et aux petits chiens. Pas elle. Sur la toile qui l’a fait connaître, Le Labourage niver­nais, les bœufs sont mus­cu­leux et puis­sants. Elle peint des che­vaux impo­sants, des lions puis­sants. Et grands. En 1853, elle peint Le Marché aux che­vaux de Paris, sur une toile de 2,44 m sur 5. Exposée au Salon, la toile a un tel suc­cès qu’on peut lire dans la presse : « C’est vrai­ment une pein­ture d’homme, ner­veuse, solide, pleine de fran­chise » !

L’adresse (vous saurez tout !)

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés