113 la grande muraille verte ∏ REDUX REA
Salumata Diallo arrose les semis qui seront plantés dans une parcelle contribuant au projet de la Grande Muraille verte, à Koyly-Alpha, au Sénégal. © Jan Hahn / Redux / Rea

Une muraille verte au secours du Sahel

Lancé au Sahel depuis treize ans et sou­te­nu par l’ONU, c’est l’un des pro­jets éco­los les plus ambi­tieux jamais entre­pris. Pourtant, la Grande Muraille verte est mécon­nue. Le docu­men­taire The Great Green Wall (avec Inna Modja !), au ciné­ma
à par­tir du 22 juin, sort enfin ce pro­jet fou de son ano­ny­mat. 

Voilà vingt-​sept ans qu’El Hadji cultive la terre à Khaye Daga (Sénégal). « Ce que les champs donnent aujourd’hui est très dif­fé­rent de ce que l’on récol­tait aupa­ra­vant », déplore-​t-​il, embru­mé par le nuage de sable qui s’envole lorsqu’il bêche le sol, tant il est sec. Alors, quand il bosse mal­gré tout, il fre­donne un air héri­té des ancêtres. Ça dit : « Courage, digni­té, estime de soi. »

Cette scène est l’un des ter­ribles tableaux de la déser­ti­fi­ca­tion que donne à voir The Great Green Wall, pré­sen­té à la Mostra de Venise en 2019 et sub­ven­tion­né par l’ONU. Incarné par la musi­cienne malienne Inna Modja, que l’on voit sillon­ner le Sahel dans un van à la ren­contre des popu­la­tions locales pour par­ler éco­lo­gie, il raconte ce pha­rao­nique pro­jet qui[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
man and woman riding bicycle on road during daytime

Vélo : les antis pètent un câble

Entre les « coronapistes » décriées et la violence verbale ou physique subie par les cyclistes, le vélo n’a pas que des allié·es. Pour quelles raisons ce petit deux-roues inoffensif cristallise-t-il autant l’hostilité ?

jeanne barret madlla bare

Jeanne Barret, bota­niste et embar­quée clan­des­tine

Cette botaniste est la première femme à avoir fait le tour du monde. Nous sommes au XVIIIe siècle, époque des grandes expéditions scientifiques sur les océans. Des aventures normalement réservées aux hommes. C’est pourquoi Jeanne Barret se déguisa...