fbpx
Photo Julien Bayou par Chloé Guilhem
© Chloé Guilhem

Julien Bayou : « Même numé­ro 2, Barbara Pompili n’a pas les moyens de faire flé­chir la poli­tique du gou­ver­ne­ment »

Lundi 6 juillet, la dépu­tée LREM et pré­si­dente de la Commission déve­lop­pe­ment durable à l’Assemblée natio­nale, Barbara Pompili, a été nom­mée ministre de la Transition éco­lo­gique par le nou­veau pre­mier ministre Jean Castex à l’occasion de la com­po­si­tion de son gou­ver­ne­ment. « Numéro deux » du gou­ver­ne­ment, l’ex-membre d’Europe Écologie-​Les Verts (EELV), qui a rejoint LREM en 2017, a annon­cé que l’une de ses prio­ri­tés serait de mener à bien la trans­for­ma­tion des pro­po­si­tions de la Convention citoyenne pour le cli­mat en lois. Le signe d’une nou­velle inflexion éco­lo­gique pour le pré­sident Macron, après le suc­cès d’EELV aux muni­ci­pales du 28 juin ? Pas le moins du monde pour Julien Bayou, secré­taire natio­nal du par­ti. Entretien.

Causette : Quel regard portez-​vous sur la nomi­na­tion de Barbara Pompili au poste de ministre de la Transition éco­lo­gique ?
Julien Bayou :
Nous avons acté que ce n’est pas ce gou­ver­ne­ment qui répon­dra à l’urgence cli­ma­tique. Je n’attends donc pas grand-​chose de cette nomi­na­tion, même si je lui recon­nais un cer­tain cran d’avoir aler­té, dans un récent rap­port par­le­men­taire, sur les fra­gi­li­tés du nucléaire et les risques que nous font encou­rir[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés