fbpx
HS11 gail bradbrook 1
Pour protester contre le vaste projet de ligne ferroviaire HS2, Gail Bradbrook a escaladé, le 15 octobre à Londres, l’entrée du ministère des Transports et a commencé à attaquer la vitre blindée au marteau… avant d’être interpellée. © Joe Twigg

Gail Bradbrook, une déso­béis­sante très civile

Gail Bradbrook a cofon­dé Extinction Rebellion et mène de spec­ta­cu­laires actions de déso­béis­sance civile au Royaume-​Uni pour aler­ter sur l’urgence cli­ma­tique. Causette l’a ren­con­trée chez elle, à Stroud. En 2020, elle entend don­ner un nou­veau souffle au mou­ve­ment, alors que l’environnement est deve­nu une des prio­ri­tés pour les Britanniques. 

Elle s’excuse d’emblée. Débordée, Gail Bradbrook n’a pas eu le temps de déjeu­ner. Elle gri­gnote à la va-​vite une tar­tine à la confi­ture d’abricot, se pré­pare un thé Earl Grey, puis s’installe sur un cana­pé recou­vert d’une cou­ver­ture en soie tibé­taine. Pour par­ve­nir à la ren­con­trer, il a fal­lu insis­ter pen­dant plu­sieurs mois. Celle qui est deve­nue l’une des femmes les plus média­ti­sées du Royaume-​Uni – aus­si adu­lée que détes­tée – accorde peu d’interviews. Chez elle, dans sa mai­son de Stroud, dans le sud-​ouest de l’Angleterre, l’intérieur est cosy, zen. Des gra­vures boud­dhistes côtoient une che­mi­née en briques rouges, sur laquelle cli­gnote une guir­lande. Ses livres de che­vet s’empilent sur une table : Boudicca, récit de l’épopée de Boadicée, la Vercingétorix bre­tonne, Effondrement, le célèbre essai de Jared Diamond, ou encore Poor People’s Movements (« les mou­ve­ments popu­laires », non tra­duit), un clas­sique de la socio­lo­gie des mou­ve­ments sociaux. Au dos de son écran de PC trône un sym­bole deve­nu viral : un sablier à l’intérieur d’un cercle qui repré­sente la Terre. Le logo d’Extinction Rebellion. Comme pour rap­pe­ler que c’est ici qu’est né le mou­ve­ment éco­lo radi­cal, qui, depuis un an, mène des actions coup de poing à tra­vers le monde pour dénon­cer l’inaction des gou­ver­ne­ments face à la crise climatique. 

Physicienne sur­douée

En octobre 2019, pour sa troi­sième « rébel­lion », le mou­ve­ment a encore frap­pé fort au Royaume-​Uni. Près de 30 000 mili­tants ont para­ly­sé l’aéroport de Londres, blo­qué des minis­tères, bou­clé des sec­teurs du Parlement et de la Banque d’Angleterre… Depuis quelques mois, Extinction Rebellion – « XR », de son petit nom – a essai­mé dans soixante-​dix capi­tales, dont Paris, New York et Berlin. « En avril 2018, nous étions une quin­zaine dans cette pièce. On dis­cu­tait déjà depuis quelques mois de la créa­tion d’Extinction Rebellion et, cette fois-​là, on s’est dit : on se lance ! » se remé­more Gail Bradbrook, pier­cing nasal et béret beige vis­sé sur la tête.

Aujourd’hui âgée de 47 ans, elle dit rêver de « chan­ger le monde » depuis qu’elle est ado. « À 14 ans, je me suis ins­crite au Parti éco­lo­giste après avoir par­ti­ci­pé à des actions de pro­tec­tion des ani­maux. » Au sein[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
jeanne barret madlla bare

Jeanne Barret, bota­niste et embar­quée clandestine

Cette botaniste est la première femme à avoir fait le tour du monde. Nous sommes au XVIIIe siècle, époque des grandes expéditions scientifiques sur les océans. Des aventures normalement réservées aux hommes. C’est pourquoi Jeanne Barret se déguisa...