fbpx
ante hamersmit zqod6lfmuL0 unsplash
© Ante Hamersmit

Crimes verts : les res­pon­sables bien­tôt jugés ?

Un nou­veau cou­rant scien­ti­fique appa­raît en France et pour­rait bien faire bou­ger les choses en matière d’écologie. Il s’agit de la green cri­mi­no­lo­gy, sorte de socio­lo­gie des délinquant·es de l’environnement. Explications. 

Depuis qu’elle est « green cri­mi­no­lo­gist », Tanya Wyatt est allée en Russie enquê­ter sur le mar­ché noir de four­rures, a pro­po­sé des solu­tions contre le tra­fic de chiots au gou­ver­ne­ment bri­tan­nique et a docu­men­té l’exportation de « taren­tules, lézards, per­ro­quets et cac­tus » du Mexique vers l’Europe. Son métier lui paraît banal après avoir pas­sé quinze ans dans des facs outre-​Manche. En France, à part les acti­vistes de Greenpeace ou d’Extinc­tion Rebellion, on voit mal qui pour­rait exer­cer ce genre de jobs façon Tintin-de‑l’écologie. Mais, les choses pour­raient chan­ger. « Pour la pre­mière fois, la semaine der­nière, une revue scien­ti­fique fran­çaise [Déviance et Société, ndlr] a évo­qué la green cri­mi­no­lo­gy. Et j’ai écrit dedans ! » s’enthousiasme Tanya Wyatt, début jan­vier. Laurent Mucchielli, socio­logue à la tête de cette revue, confirme : « On a vingt ans de retard. C’est une[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
jeanne barret madlla bare

Jeanne Barret, bota­niste et embar­quée clan­des­tine

Cette botaniste est la première femme à avoir fait le tour du monde. Nous sommes au XVIIIe siècle, époque des grandes expéditions scientifiques sur les océans. Des aventures normalement réservées aux hommes. C’est pourquoi Jeanne Barret se déguisa...