ante hamersmit zqod6lfmuL0 unsplash
© Ante Hamersmit

Crimes verts : les responsables bientôt jugés ?

Un nouveau courant scientifique apparaît en France et pourrait bien faire bouger les choses en matière d’écologie. Il s’agit de la green criminology, sorte de sociologie des délinquant·es de l’environnement. Explications. 

Depuis qu’elle est « green criminologist », Tanya Wyatt est allée en Russie enquêter sur le marché noir de fourrures, a proposé des solutions contre le trafic de chiots au gouvernement britannique et a documenté l’exportation de « tarentules, lézards, perroquets et cactus » du Mexique vers l’Europe. Son métier lui paraît banal après avoir passé quinze ans dans des facs outre-​Manche. En France, à part les activistes de Greenpeace ou d’Extinc­tion Rebellion, on voit mal qui pourrait exercer ce genre de jobs façon Tintin-de‑l’écologie. Mais, les choses pourraient changer. « Pour la première fois, la semaine dernière, une revue scientifique française [Déviance et Société, ndlr] a évoqué la green criminology. Et j’ai écrit dedans ! » s’enthousiasme Tanya Wyatt, début janvier. Laurent Mucchielli, sociologue à la tête de cette revue, confirme : « On a vingt ans de retard. C’est une[…]

La suite est réservée aux abonné.es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
capture decran 2020 06 10 a 16.16.14

Mary Anning : aux origines de la paléontologie

Peu reconnue pour ses recherches de son vivant, Mary Anning a pourtant activement participé à la preuve de l’extinction de certaines espèces. Au départ loisir pour amateurs éclairés, la paléontologie devient une discipline scientifique au XIXe...