fbpx

Anita Conti : la chasse à la surpêche

Fascinée par la mer depuis l’enfance, Anita Conti s’est impo­sée comme la pre­mière femme océa­no­graphe fran­çaise. Avec son appa­reil pho­to et ses car­nets, elle a su se faire adop­ter par le monde fer­mé des marins. Et déjouer la super­sti­tion qu’une femme porte mal­heur à bord ! Cette lan­ceuse d’alerte a contri­bué à la prise de conscience éco­lo­gique sur la fra­gi­li­té des océans.

conti10552 1949nb17
Portrait d’Anita Conti, en Guinée, entre 1945 et 1949.
© Anita Conti /​Archives de Lorient

Fécamp, 11 juin 1939. Anita Conti, 40 ans, embarque sur le moru­tier Viking-​F797 pour une cam­pagne de pêche qui doit durer plus de trois mois dans l’Atlantique Nord (mer de Barents, Spitzberg, île aux Ours). C’est la pre­mière fois qu’elle va séjour­ner aus­si long­temps sur un navire. Seule femme au milieu d’une cin­quan­taine d’hommes, appa­reil pho­to vis­sé à l’œil et car­net de notes jamais loin, elle va s’employer à obser­ver et docu­men­ter la vie à bord de ces marins. « Vingt-​quatre heures sur vingt-​quatre, ces hommes res­tent ain­si, debout, fichés dans la morue, les poi­gnets et les mains trem­pées de cette eau san­glante et gla­ciale, raconte-​t-​elle dans Le Carnet Viking, jour­nal de bord de cette expé­di­tion, publié bien après sa mort. Le visage balayé d’embruns, de pluie, brû­lé de vent, les jambes alour­dies tra­ver­sées de crampes ; ils veulent les igno­rer, ils veulent demeu­rer debout, debout dans la mer, debout dans la mer tan­dis que les bras tournent en action conti­nue, patiente, har­die, infa­ti­gable, alors que des bles­sures cruelles han­di­capent l’effort. » Son récit et les mul­tiples pho­tos qui l’accompagnent consti­tuent un témoi­gnage excep­tion­nel sur le monde fer­mé des terre-​­neuvas aujourd’hui disparu.

Les tra­vailleurs de la mer

L’amour de la mer lui vient très jeune, durant ses pre­miers séjours sur les côtes bretonnes.[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
jeanne barret madlla bare

Jeanne Barret, bota­niste et embar­quée clandestine

Cette botaniste est la première femme à avoir fait le tour du monde. Nous sommes au XVIIIe siècle, époque des grandes expéditions scientifiques sur les océans. Des aventures normalement réservées aux hommes. C’est pourquoi Jeanne Barret se déguisa...