fbpx
109 ACTIVISME ECOLO © Pontus LUNDAHL TT News Agency AFP
Greta Thunberg, en réunion avec des militant·es et expert·es climatiques africain·es, le 31 janvier, à Stockholm (Suède). En haut de l’écran, à droite, Makenna Muigai, activiste kényane. En bas, de gauche à droite : Ndoni Mcunu, Vanessa Nakate et Ayakha Melithafa. © Pontus Lundahl/TTnews agency/AFP

Activisme éco­lo : stop à l’entre-soi occi­den­tal !

C’est l’histoire d’une acti­viste ougan­daise, cou­pée sur une pho­to lors du Forum éco­no­mique mon­dial, en jan­vier. Mais c’est sur­tout l’histoire d’une grande sur­di­té. Celle du monde occi­den­tal envers les éco­los du Sud, en par­ti­cu­lier d’Afrique, pour­tant premier·ères touché·es par la crise cli­ma­tique. 

Deux semaines après sa par­ti­ci­pa­tion au Forum éco­no­mique mon­dial de Davos (Suisse), Google ne recon­nais­sait tou­jours pas son nom. Lorsque l’on tapait « Vanessa Nakate », le moteur de recherche nous enjoi­gnait à essayer « avec cette ortho­graphe » et pro­po­sait, à la place d’informations sur cette éco­lo­giste ougan­daise proche de Greta Thunberg, une quasi-​homonyme, avo­cate pari­sienne, spé­cia­liste du divorce. Amer rap­pel… Celui de l’invisibilisation des acti­vistes éco­los des pays du Sud, en par­ti­cu­lier d’Afrique, dans les débats sur la pla­nète. Vanessa Nakate venait pour­tant – iro­nique para­doxe – d’en deve­nir le sym­bole. La faute à une pho­to d’Associated Press, où elle figu­rait aux côtés de quatre autres[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés