p0090355
© Erwin/Plainpicture

À quand des bouses de vaches plus vertes ?

La recherche se penche de plus en plus sur les rots et bouses de vaches, et explore des pistes pour réduire leurs émissions de méthane. Car quand il faudra nourrir 9 milliards d’êtres humains et que la population mondiale des ruminants augmentera, on sera bien mal !

Lorsque le monde a les yeux rivés sur les émissions de dioxyde de carbone (CO2), les vaches en profitent pour éructer et lâcher des bouses. Quand elles le font, elles libèrent dans l’atmos­phère le méthane qui s’est formé dans leurs panses au moment de la digestion. Problème, le méthane est un gaz à effet de serre qui possède un important pouvoir calorifique. Son potentiel de réchauffement global est vingt-​huit fois plus puissant que celui du CO2 sur une période de cent ans. Les émissions de méthane sont certes plus faibles que celles du dioxyde de carbone – et elles se dégradent beaucoup plus rapidement (en une dizaine d’années, contre une centaine pour le CO2) –, mais[…]

La suite est réservée aux abonné.es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés