fbpx
2GH0G0P
Manifestation en Nouvelle-Zélande contre l’ouverture aux transgenres des épreuves féminines, et en particulier celle de l’haltérophile néo-zélandaise Laurel Hubbard, aux Jeux olympiques de Tokyo de 2020. © Ehimetalor Unuabona/Alamy Stock Photo

Sportives trans­genres : un vrai par­cours d’obstacles

Alors que le sport se veut être syno­nyme d’inclusion, la par­ti­ci­pa­tion de nombre de femmes trans­genres aux com­pé­ti­tions reste contro­ver­sée en rai­son d’un avan­tage phy­sique supposé.

« Faire du sport en France quand on est une femme trans­genre, ça reste tou­jours un com­bat. » Lucie1, 20 ans, sait de quoi elle parle. L’an der­nier, cette étu­diante en langues de 19 ans a dû arrê­ter le foot­ball qu’elle pra­ti­quait en club depuis l’enfance. Un moment qui coïn­cide avec la tran­si­tion hor­mo­nale qu’a enta­mée la jeune femme, née dans un corps de gar­çon. « Mon club m’a pro­po­sé de m’inscrire dans la caté­go­rie du genre assi­gné à ma nais­sance, mais je ne le sou­haite pas. Pour moi, cela revien­drait à accep­ter une trans­pho­bie ordi­naire », affirme Lucie à Causette. Pour pou­voir chaus­ser de nou­veau ses cram­pons et taper le bal­lon avec des filles cette fois, l’étudiante doit désor­mais attendre l’obtention de ses papiers d’identité, qui men­tion­ne­ront son genre fémi­nin. « Je pour­rai m’inscrire pour la ren­trée si tout se passe bien au niveau admi­nis­tra­tif », assure-​t-​elle, tout en nous confiant « être stres­sée à l’idée de devoir se chan­ger dans les ves­tiaires des filles ».

Le par­cours de Lucie, Alexia Cérénys le connaît bien. La pre­mière Française joueuse de rug­by trans­genre en pre­mière divi­sion – et la seule connue à ce jour – a vécu le même, quelques années plus tôt. La jeune femme de 36 ans, qui dit être « un dino­saure de la tran­si­tion », jouait déjà au rug­by à haut niveau avant d’entamer cette tran­si­tion en 2012. Mais elle par­ta­geait alors le ter­rain avec les gar­çons. Pour jouer avec les filles, Alexia a dû renon­cer au bal­lon ovale jusqu’à ce[…]

  1. Le pré­nom a été modi­fié[]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
RR karli A 1

Patin : Les fémi­nistes en roues libres

Il a suffi du buzz de quelques vidéos stylées de roller pendant le confinement pour que le monde entier se mette au patin. En particulier, les queers et les féministes. Retour aux racines d’un sport très politique, qui doit beaucoup aux communautés...

CP3P5161 A 1

Julia Chanourdie, pre­mière de cordée

Cet été, l’escalade fait son entrée aux Jeux olympiques. Julia Chanourdie est l’une des deux femmes qui défendront les couleurs de la France à Tokyo. À 25 ans, elle a montré qu’elle grimpait aussi fort que les hommes, en compétition comme en falaise.

commentaires