fbpx
2GH0G0P
Manifestation en Nouvelle-Zélande contre l’ouverture aux transgenres des épreuves féminines, et en particulier celle de l’haltérophile néo-zélandaise Laurel Hubbard, aux Jeux olympiques de Tokyo de 2020. © Ehimetalor Unuabona/Alamy Stock Photo

Sportives trans­genres : un vrai par­cours d’obstacles

Alors que le sport se veut être syno­nyme d’inclusion, la par­ti­ci­pa­tion de nombre de femmes trans­genres aux com­pé­ti­tions reste contro­ver­sée en rai­son d’un avan­tage phy­sique supposé.

« Faire du sport en France quand on est une femme trans­genre, ça reste tou­jours un com­bat. » Lucie1, 20 ans, sait de quoi elle parle. L’an der­nier, cette étu­diante en langues de 19 ans a dû arrê­ter le foot­ball qu’elle pra­ti­quait en club depuis l’enfance. Un moment qui coïn­cide avec la tran­si­tion hor­mo­nale qu’a enta­mée la jeune femme, née dans un corps de gar­çon. « Mon club m’a pro­po­sé de m’inscrire dans la caté­go­rie du genre assi­gné à ma nais­sance, mais je ne le sou­haite pas. Pour moi, cela revien­drait à accep­ter une trans­pho­bie ordi­naire », affirme Lucie à Causette. Pour pou­voir chaus­ser de nou­veau ses cram­pons et taper le bal­lon avec des filles cette fois, l’étudiante doit désor­mais attendre l’obtention de ses papiers d’identité, qui men­tion­ne­ront son genre fémi­nin. « Je pour­rai m’inscrire pour la ren­trée si tout se passe bien au niveau admi­nis­tra­tif », assure-​t-​elle, tout en nous confiant « être stres­sée à l’idée de devoir se chan­ger dans les ves­tiaires des filles ».

insta offre etudiante

Le par­cours de Lucie, Alexia Cérénys le connaît bien. La pre­mière Française joueuse de rug­by trans­genre en pre­mière divi­sion – et la seule connue à ce jour – a vécu le même, quelques années plus tôt. La jeune femme de 36 ans, qui dit être « un dino­saure de la tran­si­tion », jouait déjà au rug­by à haut niveau avant d’entamer cette tran­si­tion en 2012. Mais elle par­ta­geait alors le ter­rain avec les gar­çons. Pour jouer avec les filles, Alexia a dû renon­cer au ballon[…]

  1. Le pré­nom a été modi­fié[]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
commentaires