fbpx
mqlpzbrt c
©Kuzzat Altay

Droits humains : Faut-​il boy­cot­ter les com­pé­ti­tions sportives ?

Les Jeux olym­piques d’hiver de Pékin, qui débutent le 4 février, sont mar­qués par le boy­cott « diplo­ma­tique » des États-​Unis, du Royaume- Uni, du Canada et de l’Australie, « en rai­son du géno­cide » contre la mino­ri­té ouï­goure. Si leurs équipes spor­tives par­ti­ci­pe­ront, aucun·e représentant·e poli­tique ne s’y ren­dra. La déci­sion se dis­tingue des boy­cotts « spor­tifs » que l’on a pu obser­ver au cours de l’Histoire et qui consistent, pour les délé­ga­tions, à se reti­rer de la com­pé­ti­tion. Alors que des voix s’élèvent depuis des mois pour appe­ler à boy­cot­ter éga­le­ment la Coupe du monde de foot­ball 2022 au Qatar (où des tra­vailleurs étran­gers sont mas­si­ve­ment exploi­tés, au moins 6 500 sont morts), c’est l’occasion de se deman­der : quels résul­tats apportent ces boycotts ?

Marie Holzman

Présidente de Solidarité Chine et pro­fes­seure sino­logue
à l’université Paris-VII

"La cré­di­bi­li­té des dic­ta­tures vient en par­tie des grands évé­ne­ments inter­na­tio­naux, syno­nymes de pres­tige. Ne pas boy­cot­ter les[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés