fbpx
simonebiles
© Capture d’écran France Télévisions

Comment Simone Biles est en train de cre­ver le tabou de la san­té men­tale chez les athlètes

L’étoile de la gym­nas­tique a décla­ré for­fait lors des épreuves des Jeux olym­piques de Tokyo. Évoquant sa san­té men­tale, elle ouvre, dans le sillage de la joueuse de ten­nis Naomi Osaka, la porte à une libé­ra­tion de la parole. 

Ce mar­di 27 juillet, les pro­jec­teurs étaient bra­qués sur les épreuves de gym­nas­tique par équipes qui débu­taient pour les Jeux de Tokyo. Et plus par­ti­cu­liè­re­ment sur l’Américaine Simone Biles, super­star de la dis­ci­pline. A la pre­mière épreuve, le saut, l’athlète de 24 ans sim­pli­fie son enchaî­ne­ment – qu’une demie-​vrille -, puis rentre aux ves­tiaires. Lorsqu’elle revient sur le tapis, Biles est en sur­vê­te­ment et ne par­ti­ci­pe­ra pas aux épreuves sui­vantes, se conten­tant d’encourager ses coéquipières. 

Son for­fait en pleine com­pé­ti­tion est un petit trem­ble­ment de terre dans le monde de la gym­nas­tique et pour ces Jeux olym­piques. « J’ai res­sen­ti le besoin de me mettre en retrait pour tra­vailler sur ma san­té men­tale », explique la jeune ath­lète en confé­rence de presse quelques heures plus tard. Elle admet ne pas prendre de plai­sir, être extrê­me­ment stres­sée et donc ne pas vou­loir « ris­quer de [se] faire mal ou de faire quelque chose de stu­pide en par­ti­ci­pant à cette com­pé­ti­tion ». Car der­rière cet arrêt sou­dain, il y a chez Biles la ter­reur des « twis­ties ». Dans le jar­gon de la gym, ce mot désigne la façon dont l’athlète perd le contrôle de son corps, qui ne lui répond plus, alors qu’il est dans les airs. Ce phé­no­mène, qui peut durer un jour ou des mois et est sou­vent dû à un blo­cage psy­cho­lo­gique, peut avoir de très lourdes consé­quences si la ou le gym­naste ne par­vient pas à se rat­tra­per au sol. Si Simone Biles a écour­té son saut, c’est pré­ci­sé­ment parce que sa hanche a dévis­sé de sa rota­tion, comme le montrent les images décor­ti­quées par cette internaute : 

Après sa démis­sion, la fédé­ra­tion amé­ri­caine de gym­nas­tique a indi­qué à la presse, sans ren­trer dans les détails autour de l’état psy­cho­lo­gique de sa cham­pionne que « l’évolution de son état sera sui­vie chaque jour pour savoir si elle dis­pose du feu vert des méde­cins en vue des futures com­pé­ti­tions ». Alors que certain·es de ses com­pa­triotes et commentateur·trices s’agaçaient sur les réseaux sociaux de ce qu’ils voyaient comme un « aban­don », Simone Biles a reçu le sou­tien cha­leu­reux d’anciennes gym­nastes amé­ri­caines, à[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
CP3P5161 A 1

Julia Chanourdie, pre­mière de cordée

Cet été, l’escalade fait son entrée aux Jeux olympiques. Julia Chanourdie est l’une des deux femmes qui défendront les couleurs de la France à Tokyo. À 25 ans, elle a montré qu’elle grimpait aussi fort que les hommes, en compétition comme en falaise.

RR karli A 1

Patin : Les fémi­nistes en roues libres

Il a suffi du buzz de quelques vidéos stylées de roller pendant le confinement pour que le monde entier se mette au patin. En particulier, les queers et les féministes. Retour aux racines d’un sport très politique, qui doit beaucoup aux communautés...