fbpx
carte saint valentin
©message d'amour

Saint-​Valentin : si vous saviez ce que vous fêtez ce jour-​là, vous en ava­le­riez vos Mon Chéri de tra­vers

Faux pétales de roses, pré­sents dou­teux et petits dîners (à empor­ter, Covid oblige). Aujourd'hui, c'est la fête à neu­neu, celle où il est de bon aloi de ran­ger la hache de guerre du couple, de s'asseoir sur sa charge men­tale et de comp­ter fleu­rette à celui ou celle à qui on a vague­ment rou­lé une pelle lors de cette soi­rée de 2006 et avec qui, on ne sait plus vrai­ment sur quel mal­en­ten­du, on a fini par déci­der de se mettre en ménage. Ça va, ça va, on rigole, nous aus­si, on a un cœur tendre, quelque part, là, tout au fond.
On ne vous refe­ra pas dans cet article le coup de « la Saint-​Valentin, c'est une fête hyper com­mer­ciale » (vous-​mêmes qui, fraî­che­ment en couple, ne savez pas si vous devez offrir « un petit quelque chose » à votre nou­veau +1, on com­pa­tit). On a par contre fouillé nos livres d’histoire pour ten­ter de com­prendre com­ment s'est déci­dé qu'une fois par an à la fin de l'hiver, toute la pla­nète entière devrait offrir des strings ficelle rouges à l'être cher. Voici donc trois légendes sur l'origine de cette célé­bra­tion, comme autant de fables à chu­cho­ter au creux de l’oreille de votre Valentin·e chéri·e en le/​la regar­dant avec des yeux de mer­lan frit. 

Ne tirez-​pas sur l’oiseau dra­gueur 

Pour enta­mer notre voyage sur les traces de la Saint-​Valentin, remon­tons le temps de quelques siècles. Dans l’Angleterre médié­vale du 14e siècle pour être exact. A cette époque, le mois de février rime avec retour du prin­temps (faut dire que la per­fide Albion ne peut pas se per­mettre d'être trop exi­geante en terme de degrés cel­sius). Les arbres bour­geonnent, le soleil pointe le bout de son nez mais sur­tout, c’est le début de la joyeuse sai­son des amours pour… les oiseaux. Bien avant que les humains ne s’offrent des Mon Chéri, il était donc de cou­tume d’observer les grives, per­drix et autres pies s’adonner à leurs ébats le 14 février. Et jus­te­ment, l’un de ces vola­tiles res­sent une cer­taine pres­sion. « À mi-​février, bon merle doit nicher », qu’ils disent, ces sata­nés poètes anglais. Mais pas facile pour un merle de trou­ver chaus­sure à son ergot. Bec au vent, celui-​ci trouve pour­tant l’élue de son cœur, là, tout près sur un toit de chaume. Fidèle à une tra­di­tion qui per­du­re­ra jusqu’à l’ère du Netflix and chill, notre ami apporte à sa dul­ci­née un pré­sent. Pour cette fois-​ci, ce sera une belle poire flé­trie. Touchée par ce cadeau de choix, la mer­lette est conquise. Le merle est sau­vé, il pour­ra relire sans trem­bler Le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare, qui fait dire à Thésée, duc d'Athènes et orni­tho­logue à ses heures : « Bonjour mes amis ! La Saint-​Valentin est pas­sée. Les oiseaux de ces bois ne commencent-​ils pas à s’accoupler aujourd’hui ? »

Valentin, loin des yeux, près du cœur 
800px Saint Valentine   facial reconstruction 1

Voici à quoi res­sem­ble­rait notre cher Valentin
selon une recons­truc­tion faciale 3D
faite par Cícero Moraes

Laissons merles et autres moi­neaux der­rière nous pour nous inté­res­ser à l’homme qui a lais­sé son nom à la fête. Car avant de deve­nir le saint-​patron des amou­reux, Valentin de Terni était un prêtre chré­tien tout ce qu’il y a de plus ordi­naire. Enfin, pas tant que ça. En ce troi­sième siècle, à l’heure où le monde romain se chris­tia­nise, l’homme de dieu joue avec le feu. Son Empereur du moment, Claude II le Gothique (sur­nom­mé « le cruel » en cou­lisses), se bat farou­che­ment pour faire inter­dire le mariage. Il craint en effet que ses jeunes sol­dats deviennent moyen chauds pour aller se faire tuer à la guerre quand ils peuvent res­ter tran­qui­lou­bi­lou à la domus se faire câli­ner par domi­na.
Fidèle à sa répu­ta­tion de Cruello d'enfer, Claude tue les mau­dits amou­reux qui tentent de scel­ler leur union reli­gieu­se­ment. Car vous l'aurez com­pris, c'est en réa­li­té le chris­tia­nisme qui chif­fonne l’ami Claude.
Dans son coin de Rome, Valentin ne l’entend pas vrai­ment de cette oreille. À l’abri du regard mena­çant de l’empereur, le prêtre décide de marier à tour de bras tous les jeunes gens qui lui en font la demande, façon prêtre Elvis de casi­no de Vegas avant l'heure. Mais toutes les bonnes choses ont une fin, et Valentin finit par être décou­vert. Emprisonné, le prêtre n’arrête pas pour autant de jouer avec l’amour. Faute de Tinder, c’est dans l’enceinte même de sa pri­son qu’il va mat­cher. Avec Julia, la femme de son geô­lier (oui, Valentin aime beau­coup se com­pli­quer la vie). Une jeune fille qu’on ima­gine pleine de vie mais qui, outre son devoir d’amener de la nour­ri­ture au prêtre enfer­mé, a la par­ti­cu­la­ri­té d’être aveugle de nais­sance. Depuis sa cel­lule, Valentin la séduit en lui décri­vant ce monde qu’elle ne peut voir. Dans un retour­ne­ment de situa­tion à faire pâlir les scé­na­ristes de La Chronique des Bridgerton, Julia retrouve la vue (on vous rap­pelle à toutes fins utiles que Valentin devien­dra Saint). Elle ne pour­ra mal­heu­reu­se­ment pas pro­fi­ter long­temps de l'image de son amou­reux, puisque ce miracle par­vient aux oreilles de Claude-​le-​cruel. Pas fran­che­ment d’humeur à ces miè­vre­ries, il ordonne la déca­pi­ta­tion de Valentin pour le 14 février. Ce der­nier a tout de même le temps d’écrire vite fait, bien fait, une der­nière lettre à sa bien-​aimée signée « Ton Valentin ». Une légende est née. 

Les luper­cales, ou la lote­rie de l’amour

Terminons en res­tant dans la Rome antique. Au pied du mont Palatin, du 13 au 15 février, la fête des luper­cales bat son plein en l'honneur de Faunus, dieu de la forêt et des trou­peaux. On mange, on boit, on sacri­fie des boucs, le nec-​plus-​ultra de l'époque pour des soi­rées réus­sies. Dans les rues de Rome, des hommes courent nus en riant aux éclats. Sur leur tra­jet, ils s'amusent régu­liè­re­ment à fouet­ter, comme ça en pas­sant, des femmes avec leur lanières en peau de bouc. N’y voyez aucun plai­sir sado­ma­so­chiste, les vic­times sont répu­tées bien heu­reuses de se faire vio­len­ter : ce coup de lanière est en effet pré­sage d’une gros­sesse dans l’année et, mieux encore, de gros­sesse heu­reuse !
Après la course, un grand ban­quet prend place. On ignore si Astérix y a par­ti­ci­pé, mais une chose est sûre : le petit gau­lois aurait eu toutes ses chances de trou­ver l’amour. En effet, le repas donne l’occasion à une petite lote­rie peu banale. Les jeunes gens céli­ba­taires ins­crivent leur pré­nom sur un papier pla­cé dans une urne, avant qu’un enfant inno­cent aille à la pioche. Les paires ain­si for­mées sont des­ti­nées à res­ter ensemble tout au long de la soi­rée, avant de choi­sir s’ils décident de se marier. Un concept digne de l’émission de télé­réa­li­té d’M6, Mariés au pre­mier regard. Comme vous pou­vez vous en dou­ter, les Romains et Romaines raf­folent de cette fête. Mais le pape Gélase II vien­dra sif­fler la fin des réjouis­sances en 496, pas vrai­ment friand des fes­ti­vi­tés païennes. Vous vous sou­ve­nez de ce bon vieux prêtre Valentin ? Ce sera désor­mais lui que l’on célè­bre­ra le 14 février.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  


Idées Cadeaux Causette

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés
black and gray stethoscope

L'enfermière

Ce dimanche d’hiver, je dévore une série sur une infir­mière sadique et ­cal­cu­la­trice qui manie le pic à glace avec dex­té­ri­té quand, sou­dain, une dou­leur ful­gu­rante me trans­perce le dos, puis le ventre. Je hurle, tente de révi­ser...