fbpx
HS10 Anna Roumanoff © Ingrid Mareski
© Ingrid Mareski

Les humo­ristes renou­vellent le canular

Parmi les cra­pules qui prennent les qui­dams pour des buses (ou font tout comme), une espèce sym­pa­thique nous réjouit : les humo­ristes. Quatre éner­gu­mènes de ce genre nous ont racon­té leur modus ope­ran­di, de la taqui­ne­rie bon enfant aux canu­lars les plus épicés. 

HS10 Guillaume Meurice © Fanchon Bilbille
© Fanchon Bilbille

Guillaume Meurice

« Je vais cher­cher la conne­rie en cha­cun de nous. » La messe meu­ri­cienne est dite. Des jeunes bour­geois dans un mee­ting du par­ti Les Républicains (avec qui il se prend en sel­fie) aux aspi­rants au titre de cham­pion du monde de l’œuf mayo (« cham­pion­nat du monde, bor­del ! » souligne-​t-​il à Causette), en pas­sant par les petits vieux du mar­ché, le chro­ni­queur Guillaume Meurice aime titiller son pro­chain. Quasi cinq ans qu’il « dis­cute avec les gens dans la rue, tous les jours » et raille leurs convic­tions sur France Inter dans l’émission Par Jupiter ! Il va jusqu’à faire cra­cher à un lob­byiste du plas­tique, après moult ten­ta­tives, que le verre pol­lue moins que son mau­dit poly­mère. Il peut deman­der benoî­te­ment à une grand-​mère pour­quoi elle emmène son petit-​fils à une attrac­tion mini-​Porsche et pas à un ate­lier Renault Fuego. Et même se rendre à un mee­ting de Sarkozy dégui­sé en Marianne, avec une pan­carte « J’ai mal au cul »« J’adore le rai­son­ne­ment par l’absurde, se réjouit-​il. J’essaie de mettre du doute dans leurs dis­cours. Et, sou­vent, alors que les gens sont cer­tains d’un truc, ils se disent : “Au final, en fait, non.” » Un accom­plis­se­ment pour ce fils de « kios­quiers bour­gui­gnons soixante-​huitards », ancien étu­diant en théâtre, habi­tué des dis­cus­sions poli­tiques et de la rhé­to­rique. 
À ces témoi­gnages éclec­tiques, Guillaume Meurice ajoute, à l’antenne, des blagues bien noires. Pour para­phra­ser l’avis d’une fan de Game of Thrones et expli­quer le mot « spoil » : « C’est comme si on disait à Nicolas Dupont-​Aignan qu’il va encore se prendre une taule : ça lui enlève la sur­prise. » Pour par­ler sexe, il salue « l’équipe du pro­fes­seur de bio­lo­gie Barbarin » pour ses ensei­gne­ments d’éducation[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
miqueer 47 bis

Le mi-​queer au chocolat

Aujourd’hui, le mi-cuit fait l’unanimité en matière de dessert, quels que soient notre sexe et notre genre. Alors, laissez s’exprimer, sans vous donner de coups de fouet, votre côté dirty et sluty qui rêve de cuir et voit la vie en queer.

black and gray stethoscope

L'enfermière

Ce dimanche d’hiver, je dévore une série sur une infir­mière sadique et ­cal­cu­la­trice qui manie le pic à glace avec dex­té­ri­té quand, sou­dain, une dou­leur ful­gu­rante me trans­perce le dos, puis le ventre. Je hurle, tente de révi­ser...