Zitkála-​Šá, l’avocate des Amérindiens

Écrivaine, activiste et musicienne, Zitkála-​Šá, baptisée Gertrude Simmons Bonnin par les missionnaires blancs, fut l’une des militantes amérindiennes les plus influentes du début du XXe siècle. Oubliée des livres d’histoire, elle créa le Conseil national des Indiens d’Amérique afin de militer pour les droits civiques de son peuple.   

hs12 zitalka wikipedia
Zitkála-​Šá photographiée par Gertrude Käsebier. © Wikipédia

Une femme aux longs cheveux noir de jais, le regard fier. Plusieurs colliers de perles ornent sa tunique ­brodée… Magnifique et singulière, elle porte les habits de son peuple : les Sioux. C’est l’un des portraits photographiques les plus connus de Zitkála-​Šá, dont le nom signifie « Oiseau rouge » en langue lakota. Femme en quête de liberté et activiste acharnée, Zitkála-​Šá naquit en 1876 dans la réserve indienne de Yankton, située au Dakota du Sud. Son père est germano-​­américain, sa mère est une Yankton Sioux. C’est elle qui élève Zitkála-​Šá. Elle grandit avec ses deux frères au rythme des traditions sioux, près de la rivière du Missouri. La petite fille se sent « aussi libre que le vent qui soufflait dans sa chevelure ». Le soir, autour du feu, elle écoute, captivée, les légendes contées par les anciens, comme celle[…]

La suite est réservée aux abonné.es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
christine dans sa bibliotheque lors dune interview

Christine Brisset, madone des squatteurs

De 1945 au milieu des années 1960, celle qu’on surnommait aussi « la fée des sans-logis » a organisé près de huit cents squats à Angers et a fait construire des milliers de logements pour les plus démunis.

toypurina page 1

Toypurina, frondeuse décoloniale

Femme-médecine réputée, Toypurina avait 25 ans lorsqu’elle guida les guerriers de plusieurs villages amérindiens, en 1785, dans une attaque contre les colons espagnols de la Mission San Gabriel, en Californie.

cc3a9cile fatiman

Cécile Fatiman, la pasionaria haïtienne

Prêtresse vaudou, éphémère « première dame » d’Haïti, Cécile Fatiman fut l’une des protagonistes de la cérémonie de Bois-Caïman, coup d’envoi de la révolution de 1791 qui fit d’Haïti la première république noire de l’Histoire.