fbpx
camille huguenot ied justeunmur web 3
© Camille Huguenot

Violences faites aux enfants : les Français·es doivent prendre le réflexe d’appeler le 119

L’association Innocence en dan­ger, qui lutte contre les vio­lences faites aux enfants, a mené le 22 octobre, place de la République à Paris, une cam­pagne de sen­si­bi­li­sa­tion au signa­le­ment des vio­lences fami­liales bap­ti­sée « Juste un mur ». Une cam­pagne à forte réso­nance, alors que l’on entame la deuxième semaine du recon­fi­ne­ment, dont le pre­mier a vu explo­ser les vio­lences fami­liales. 

Elles·ils s’appelaient Aliya*, Dylan* et Nicolas*. Ces trois enfants sont décédé·es à la mai­son, sous les coups de leurs parents, après des mois de sévices et d’atrocités. Aliya, 4 ans, bat­tue à mort par son beau-​père, dans sa salle de bains, le 13 avril 2008. Dylan, 4 ans éga­le­ment, est lui aus­si bat­tu à mort par son beau-​père, dans sa chambre, le 3 octobre 2003. Et Nicolas, dont l’âge n’est pas connu, est mort le 9 août 2003, dans son salon, après des mois de mal­trai­tance paren­tale. Les murs qui sépa­raient leurs enfers quo­ti­diens de ceux de leurs voi­sins mesu­raient cha­cun moins de 30 cen­ti­mètres et, pour­tant, per­sonne de l’autre côté n’est inter­ve­nu pour mettre fin à l’horreur. 

Camille Huguenot IED JusteUnMur web 13
© Camille Huguenot

Comme Aliya, Dylan et Nicolas, un enfant meurt tous les cinq jours en France à la suite de vio­lences fami­liales. Alors, pour aler­ter le plus grand nombre, l’association Innocence en dan­ger – qui lutte depuis plus de vingt ans contre les vio­lences faites aux enfants – a mené le 22 octobre der­nier, puis les 5 et 6 novembre, une cam­pagne de sen­si­bi­li­sa­tion bap­ti­sée « Juste un mur » et sou­te­nue par le conseil régio­nal d’Île-de-France. Le temps d’une jour­née, trois murs sur les­quels étaient racon­tées les his­toires tra­giques d’Aliya, Dylan et de Nicolas ont ain­si été éri­gés place de la République, à Paris. 

Adopter le réflexe de signa­ler au 119

En maté­ria­li­sant, dans l’espace public, la sépa­ra­tion d’à peine 30 cen­ti­mètres qui sépa­rait les voi­sins des cal­vaires subis par ces trois enfants, l’association sou­hai­tait « faire com­prendre qu’on est tous des voi­sins et qu’à seule­ment un mur de chez nous, il peut y avoir un enfant mal­trai­té », sou­ligne Barbara Arbib, béné­vole et char­gée de com­mu­ni­ca­tion chez Innocence en dan­ger. « Protéger un enfant, c’est un acte citoyen. Signaler, c’est une obli­ga­tion légale qui doit deve­nir un réflexe, car la vie d’un enfant peut tenir à un mur de 22 cen­ti­mètres », pré­cise Homayra Sellier, pré­si­dente et fon­da­trice de l’association. « J’en ai marre de ne voir que les parents dans le box des accu­sés, ajoute-​t-​elle. Les voi­sins qui n’alertent pas le 119 alors qu’ils entendent les hur­le­ments des enfants depuis des semaines, des mois voire des années, eux aus­si, ils sont cou­pables. » 

abribus IED mood
© Camille Huguenot

Derrière ces murs, l’objectif de l’opération est donc clair. Il s’agit d’éduquer, de res­pon­sa­bi­li­ser et d’inciter chaque citoyen à prendre le réflexe de signa­ler au 119 – le numé­ro gra­tuit et ano­nyme d’appel natio­nal de l’enfance en dan­ger, ouvert 24 h/​24 – des vio­lences faites sur des enfants, même en cas de doute. « Pour mobi­li­ser les Français autour du signa­le­ment, il ne suf­fit pas de leur dire “appe­lez”. Il faut les tou­cher émo­tion­nel­le­ment en les confron­tant à leurs quo­ti­diens », indique Jean-​François Sacco, cofon­da­teur de l’agence Rosapark, qui éla­bore des cam­pagnes de sen­si­bi­li­sa­tion depuis sept ans avec Innocence en dan­ger. D’ailleurs, pour pro­lon­ger l’opération coup de poing, Innocence en dan­ger et Rosapark ont déci­dé de reve­nir place de la République, les 5 et 6 novembre der­niers. Une paroi d’un abri­bus a ain­si été rem­pla­cée par l’un des murs retra­çant l’histoire tra­gique de Dylan. 

« À chaque fois qu’il y a des infan­ti­cides, on s’aperçoit que la plu­part du temps, les voi­sins étaient au cou­rant, qu’ils enten­daient des cris. Mais qu’aucun n’avait osé inter­ve­nir »

Gilles Lazim, méde­cin géné­ra­liste en Seine-​Saint-​Denis et coor­di­na­teur de cam­pagnes contre les vio­lences sur mineur·es.

Si Innocence en dan­ger a choi­si de sen­si­bi­li­ser au signa­le­ment, c’est que les chiffres des vio­lences paren­tales ont dra­ma­ti­que­ment explo­sé pen­dant le pre­mier confi­ne­ment, les oppresseur·euses étant en per­ma­nence avec leurs petites vic­times. En effet, en avril der­nier, le nombre d’appels adres­sés au 119 a aug­men­té de 89,35 %. Et les appels consi­dé­rés comme urgents avaient eux-​mêmes aug­men­té de 60 %. « Les voi­sins ont signa­lé plus que d’habitude, car ils étaient davan­tage pré­sents, mais cela reste majo­ri­tai­re­ment insuf­fi­sant », constate Gilles Lazimi, méde­cin géné­ra­liste en Seine-​Saint-​Denis et coor­di­na­teur de cam­pagnes contre les vio­lences sur mineur·es. En effet, selon une étude menée par l’association Enfant bleu en 2018, 60 % des per­sonnes soup­çon­nant des mal­trai­tances dans leur entou­rage n’agissent pas. Il faut rap­pe­ler qu’en France, selon le Code pénal, toute per­sonne qui s’abstient de signa­ler qu’elle a connais­sance d’une situa­tion d’un enfant en dan­ger est punie d’une peine pou­vant aller jusqu’à trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende. 

Mais mal­gré un cadre légis­la­tif défi­ni, « à chaque fois qu’il y a des infan­ti­cides, on s’aperçoit que, la plu­part du temps, les voi­sins étaient au cou­rant, qu’ils enten­daient des cris. Mais qu’aucun n’avait osé inter­ve­nir », déplore le méde­cin. Mais com­ment signa­ler si on ne sait pas voir les signes qui doivent nous y ame­ner ? Pour répondre à la ques­tion, Gilles Lazimi a éla­bo­ré pour la cam­pagne une liste de signes prio­ri­taires. Violences sonores et ver­bales, traces de coups, retard de déve­lop­pe­ment, appa­rence négli­gée, chan­ge­ment de com­por­te­ment bru­tal, repli sur soi, pré­oc­cu­pa­tions sexuelles inadap­tées sont autant de signes, qui, en cas de doute, doivent nous aler­ter, selon le méde­cin. 

Camille Huguenot IED JusteUnMur web 58
© Camille Huguenot

Un dis­po­si­tif péda­go­gique visant à ras­su­rer ces Français·es qui n’appellent pas le 119 par peur de s’immiscer dans la vie de leurs voi­sins. « En France, on souffre d’un indi­vi­dua­lisme chro­nique, sou­tient Homayra Sellier. Lorsque ça ne les touche pas per­son­nel­le­ment, la plu­part des gens ne font rien. » Barbara Arbib, elle, va plus loin. « Il y a éga­le­ment cette fausse croyance selon laquelle signa­ler, c’est dénon­cer, alors que c’est juste être res­pon­sable. C’est au gou­ver­ne­ment d’envoyer le mes­sage : “Vous ne ris­quez rien si vous signa­lez des vio­lences” », ajoute la béné­vole. 

Le confi­ne­ment, ter­reau de vio­lences faites aux enfants 

Malgré un ren­for­ce­ment signi­fi­ca­tif du 119 depuis avril – avec une aug­men­ta­tion du bud­get et des capa­ci­tés d’écoute –, pour la pré­si­dente d’Innocence en dan­ger, les pou­voirs publics ont leur part de res­pon­sa­bi­li­té dans ce manque de signa­le­ment. « Ils lancent des com­mis­sions [Adrien Taquet, le secré­taire d’État char­gé de l’Enfance et des Familles a annon­cé une com­mis­sion sur les vio­lences sexuelles faites aux enfants pour cet automne, ndlr], mais n’interrogent jamais les gens du ter­rain, assure Homayra Sellier. Alors que le gou­ver­ne­ment ne peut pas éta­blir une poli­tique de pro­tec­tion de l’enfance cor­recte sans deman­der conseil aux asso­cia­tions. » La pré­si­dente pré­cise par ailleurs que, depuis l’annonce du recon­fi­ne­ment le 29 octobre der­nier, elle n’a eu aucun contact avec les res­pon­sables de la pro­tec­tion de l’enfance, ce qu’elle regrette. 

« Même si pour ce second confi­ne­ment les enfants vont à l’école et sont donc pro­té­gés une par­tie de la jour­née, le contexte social et sani­taire actuel exa­cerbe et stig­ma­tise la mal­trai­tance paren­tale », sou­ligne Homayra Sellier, qui craint une nou­velle aug­men­ta­tion des vio­lences faites aux enfants. 

Il est donc indis­pen­sable d’alerter le 119 au moindre doute. « Les enfants ne votent pas et ne mani­festent pas eux-​mêmes pour leurs droits, déclare Homayra Sellier. Si on ne devient pas nous-​mêmes la voix des enfants, ils sont condam­nés au silence et aux vio­lences. »

  • * Les pré­noms ont été modi­fiés.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés