fbpx
elsa sahal fontaine le voyage a nantes 2020 philippe piron   lvan
© Philippe Piron-lvan

Un Manneken-​Pis fémi­nin sor­ti des eaux

À l’occasion de l’événement cultu­rel du Voyage à Nantes, Fontaine, la figure pis­sante d’Elsa Sahal, s’installe dans le bas­sin de la Place royale du 8 août au 27 sep­tembre. Drôle, pro­vo­cante et fémi­niste, ce Manneken-​Pis au fémi­nin est un véri­table mani­feste pour le droit des femmes dans l’espace public.

Compte Instagram de la gale­rie d'art contem­po­rain The Pill

Uriner debout comme un acte fémi­niste : c’est la pro­po­si­tion de l’artiste fran­çaise Elsa Sahal à tra­vers sa sculp­ture pis­sante. À l’occasion du Voyage à Nantes, par­cours poé­tique et cultu­rel pro­po­sé chaque été à tra­vers la cité des ducs de Bretagne, l’œuvre prend ses quar­tiers ce same­di 8 août — jusqu’au 27 sep­tembre — dans le bas­sin de la fon­taine monu­men­tale de la Place royale. Baptisée Fontaine, « comme un pied de nez à l’urinoir ren­ver­sé de Marcel Duchamp, œuvre mani­feste de l’avant-garde contem­po­raine », dixit la créa­trice, la sculp­ture en grès émaillé rose bon­bon de 3 mètres, créée en 2012, repré­sente deux jambes émer­geant des eaux, posées sur deux grandes colonnes de terre ornées d’oursins, de coraux et de coquillages. Mais toute l’œuvre réside en ce filet d’eau qui s’écoule de la vulve triom­phante de la sculp­ture.

Une Jeanneke-​Pis qui pisse debout

D’ailleurs en la voyant, on ne peut s’empêcher de remar­quer la simi­li­tude avec le célèbre petit Bruxellois qui pisse debout. Et pour cause, Elsa Sahal indique s’être évi­dem­ment réfé­rée au Manneken-​Pis de Bruxelles. Un hom­mage à la sculp­ture belge mon­dia­le­ment connue, mais aus­si à son pen­dant fémi­nin beau­coup moins visi­té, la Jeanneke-​Pis qui elle, urine accrou­pie.

Mais contrai­re­ment à sa consœur du Plat Pays, Fontaine pisse debout et n’a[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
cc3a9cile fatiman

Cécile Fatiman, la pasio­na­ria haï­tienne

Prêtresse vaudou, éphémère « première dame » d’Haïti, Cécile Fatiman fut l’une des protagonistes de la cérémonie de Bois-Caïman, coup d’envoi de la révolution de 1791 qui fit d’Haïti la première république noire de l’Histoire.